Le DFCO a trouvé le juste milieu

Nous pouvions par moments être inquiets de la profondeur de banc dont le DFCO disposait en ce début de saison au milieu de terrain, mais les hommes de l’entrejeu dijonnais ont confirmé leur montée en puissance ces derniers temps en National.

Rayan Souici fait partie des joueurs les plus en vue du championnat à son poste.

Sur les réseaux sociaux, nombreux étaient ceux qui se souciaient de voir un milieu de terrain trop inexpérimenté au haut niveau pour le début de saison du Dijon FCO. Même parmi nos rédacteurs, si la qualité ne manquait pas, c’est surtout en quantité que nous ignorions si nos joueurs seraient capables de prendre le relais en cas de blessure ou de suspension d’un cadre. Ce cas de figure se présente dès ce week-end avec l’absence d’un élément qu’on ne pensait pas devenir si important, si vite.

nn

Impressionnant lors de ses premiers pas au sein du groupe professionnel, Loïc Etoga a livré cinq matchs de bonne facture pour un joueur âgé de seulement 20 ans, ponctués de trois titularisations, d’un but et d’une expulsion à Orléans. Puisqu’il ne s’agit-là que de deux cartons jaunes dans la même rencontre, le jeune Camerounais ne ratera que le match contre Doullens (D1) en Coupe de France, pour lequel il est automatiquement suspendu. Mais le DFCO n’a pas de quoi s’inquiéter puisqu’il a de la ressource derrière.

nn

Qu’il évolue en 4-3-3 ou en 4-2-3-1, les trois remplaçants logiques pour la trinité semblent être Jordan Marié, Yanis Chahid et Rayan Souici. Le premier, capitaine, a d’ailleurs eu moins de temps de jeu que les deux autres mais s’inscrit grâce à son calme, sa qualité de frappe (2 buts marqués hors de la surface, meilleur total du championnat) et sa confiance retrouvée dans le onze de départ sans pouvoir être remis en question. Chose dont on pouvait douter tant Benoît Tavenot a tendance à laisser de côté certains anciens joueurs de Ligue 2 voire de Ligue 1 lorsqu’il compose son équipe. Mais Marié a pris ses nouvelles responsabilités avec beaucoup de sérieux et nous a fait mentir quant à sa capacité d’embrasser ce rôle de capitaine, tant il n’est pas réputé pour être un « brailleur » comme pouvait l’être un leader comme Balmont à son époque. C’est plutôt une force tranquille qui émane du numéro 14, imperturbable et serein. Il est l’un des indéboulonnables de cette équipe, lui apporte de l’équilibre et, pour les superstitieux, est un vrai porte-bonheur depuis le mois d’août : Dijon n’a pas perdu un seul match avec Jordan Marié parmi les titulaires cette saison.

Deux des trois meilleurs milieux de National au DFCO !

Après l’homme au brassard, le nom de Rayan Souici s’inscrit sans réfléchir dans tous les groupes de match quand il est disponible. L’ancien stéphanois, dont le rôle n’est pas encore tout à fait défini, peut enchaîner les matchs grâce à sa polyvalence et son goût de l’effort. Largement premier au nombre de fautes commises (36, soit 5 de plus que le 2e dans ce domaine) en National, ce paramètre s’explique par son pressing haut et intense, qui le fait régulièrement se retrouver au même niveau que notre attaquant sur le terrain. Il n’a pas un total de cartons jaunes particulièrement élevé (2), et est par ailleurs le deuxième joueur de la compétition à disputer le plus de duels (124). L’intensité de ses efforts n’est plus à démontrer. Efficace pour placer sa tête sur les phases arrêtées mais aussi pour réaliser des appels et courses tardives dans la surface, Souici a une précision de plus de 60% sur les longues transmissions et a prouvé qu’on pouvait compter sur lui après des débuts plutôt frustrants. Ses deux buts en sont la preuve, une particularité qui l’aide à être nommé dans le top 3 des joueurs du championnat à son poste par le site WyScout, aux côtés d’un autre nom bien familier…

nn

En effet, parmi les milieux défensifs aux meilleures statistiques du championnat (buts, occasions créées, dribbles réussis, tirs cadrés, deuxième ballons gagnés, passes décisives, précision aux passes, passes en profondeur, tacles glissés et interceptions) se trouvent Tom Renaud (Cholet), Rayan Souici et Yanis Chahid ! Auteur lui aussi de deux buts et bien plus intéressant dans les duels (duels aériens exclus) que ce que pourrait suggérer son gabarit, le jeune joueur formé au DFCO impressionne et est à nouveau dans les bons coups depuis qu’il a été mis au repos quelques matchs par Benoît Tavenot mais aussi repositionné un cran plus haut, à un poste hybride 8/10 qui le voit régulièrement accompagner l’avant-centre. Très précis sur ses rares tirs tentés, Chahid a également un désir de jouer de l’avant caractéristique et prend souvent le jeu à son compte malgré son jeune âge. Une maturité épatante pour un joueur qui n’avait jamais joué à ce niveau auparavant et qui doit donner confiance au reste de l’équipe, tant il joue libéré.

nn

Menacés de suspension comme le rappelle le forumeur Chad la Moutarde sur dijonfoot1998.com, Chahid et Souici doivent tenir une rencontre de plus sans être avertis pour ne pas être suspendus et être prêts contre le Red Star, ce qui nous donnera les meilleurs chances de nous imposer. L’adversaire du 7e tour de la coupe est très modeste et nous permettra sans doute de faire tourner l’effectif, mais même s’il s’agissait d’un match de National et que ces deux éléments manquaient à l’appel, on pourrait probablement replacer Zoran Moco dans l’axe de cette formation avec Traoré qui jouerait dans le couloir droit (voire Temanfo) et permettre à Bryan Soumaré de revenir dans le onze de départ. Un potentiel 4-2-3-1 se justifie à l’occasion du match en Picardie, qui sera sans aucun doute dominé par les Dijonnais qui devront néanmoins ne pas trop tarder à marquer leur premier but. En attendant, nous avons des valeurs sûres disponibles à chaque ligne et même avec trois joueurs du milieu de terrain mis de côtés, l’effectif reste cohérent et doit avoir pour ambition de poursuivre sa série d’invincibilité tout en continuant à gagner.

53 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *