USO 1-2 DFCO : le siège à Orléans

En 1429, la libération d’Orléans – assiégée par les Anglais – par Jeanne d’Arc et ses compagnons a signé un tournant majeur dans la Guerre de Cent Ans et le début de la reconquête du Royaume de France. Ce vendredi soir, le DFCO, réduit à 10 juste avant la mi-temps, a subi un véritable siège ponctués de nombreux assauts pendant plus de 45 minutes et a fini par l’emporter au courage et à l’abnégation. Un tournant majeur pour la suite, et pourquoi pas le début d’une inarrêtable marche en avant ?

Zakaria Fdaouch a permis au DFCO de ne pas douter plus que 8 minutes.

LE MATCH

US Orléans 1-2 Dijon FCO

Au Stade de la Source (Orléans), vendredi 10 Novembre 2023, coup d’envoi à 19h30

nn

Buts : Saint-Ruf (2e) pour l’USO / Fdaouch (10e) et Etoga (30e) pour le DFCO

n

Avertissements : Solvet (65e) et Fortuné (88e) pour l’USO / Etoga (45e+1, 45e+3) pour le DFCO

n

Expulsions : Etoga (45e+3) pour le DFCO

    n

  • 2e : Orléans cueille les Dijonnais à froid. Le coup-franc excentré de Fortuné est dévié par Dabasse, le ballon lobe toute la défense et arrive sur Nicolas Saint-Ruf au second poteau qui aligne à bout portant un Risser resté scotché sur sa ligne. 1-0.
  • n

  • 10e : le DFCO ne laisse pas le doute s’installer et sur une mauvaise relance de Viot, Zakaria Fdaouch récupère le ballon. Il profite du bon appel de Ben Fredj pour s’ouvrir le chemin du but. Sa frappe est déviée par Saint-Ruf et termine au fond des filets, 1-1 !
  • n

  • 15e : Fdaouch déboule encore côté gauche, déborde son vis-à-vis et centre fort devant le but. Jean-Pierre est à deux doigts de marquer contre son camp !
  • n

  • 30e : un énième débordement de Fdaouch qui centre vers Ben Fredj. Difficilement dégagé par la défense, le ballon est récupéré par Loïc Etoga, qui s’avance et tente le tir de l’extérieur de la surface. Sa frappe rebondit au sol termine dans le petit filet de Viot 1-2 !
  • n

  • 44e : bonne combinaison avec ce corner tiré en retrait vers Marié qui reprend en première intention. Son tir tendu est difficilement repoussé par Viot.
  • n

  • 45e : Chahid intercepte le ballon dans les pieds de Solvet, effectue un une-deux avec Ben Fredj et remise en retrait pour Schur, dont l’intérieur du pied manque malheureusement de puissance pour inquiéter le gardien orléanais.
  • n

  • 45e+3 : grosse faute d’Etoga dans la moitié de terrain d’Orléans. L’arbitre sort le carton jaune… le 2e pour le jeune milieu de terrain, synonyme d’exclusion.
  • n

  • 60e : la possession est clairement en faveur de l’USO depuis le retour des vestiaires mais celle-ci est pour l’instant stérile. Le DFCO résiste, sans parvenir à se créer d’occasion.
  • n

  • 73e : bon centre d’Orléans venu de la droite, il trouve Agounon dans la surface mais sa tête décroisée passe heureusement loin des cages de Risser.
  • n

  • 79e : le DFCO peine à garder le ballon plus de quelques secondes, ce qui offre beaucoup de munitions aux Orléanais.
  • n

  • 87e : centre orléanais venu de la gauche à destination de Dabasse. Temanfo, héroïque, se sacrifie in extremis pour détourner en corner !
  • n

  • 90e+3 : au bout du stress et du suspens, l’arbitre siffle la fin du match et le DFCO s’impose en ayant fait preuve d’une solidarité magnifique en 2e période (1-2).
  • n

Le ciment de l’édifice DFCO

Une équipe, un groupe, cela se construit petit à petit. Au quotidien, aux entrainements, dans les instants de chaque journée de travail. Puis sur le terrain, les soirs de matchs, au travers des joies partagées lors des victoires, du soutien mutuel lors des défaites, des gueulantes et des encouragements. Mais plus encore, peut-être, un groupe se construit, se solidifie, lorsqu’il souffre ensemble, que chacun doit se dépouiller pour son coéquipier, que chaque minute supplémentaire paraît insurmontable, avant d’être surmontée. Ce genre de match, où toute une équipe se déchire pour rapporter la victoire, est souvent crucial pour souder un collectif et donner du corps à une saison, encore plus quand il permet de lancer une dynamique ou de prolonger une série.

nn

Tous ces ingrédients ont été réunis au cours de cette si difficile victoire des Dijonnais en terres orléanaises. En infériorité numérique pendant plus de 45 minutes, les hommes de Benoît Tavenot ont tout donné pour conserver leur avantage au score et faire d’une pierre non pas deux mais trois coups : poursuivre leur série d’invincibilité, glaner leur toute première victoire à l’extérieur et enchainer pour la première fois deux succès consécutifs en championnat. Une opération salutaire sur le plan comptable, permettant au DFCO de rester dans la course à la 2e place, alors que la plupart des équipes du haut de tableau l’ont emporté, à l’exception de Rouen et Villefranche qui se sont neutralisés. Mais surtout une victoire au scénario haletant, arrachée dans la douleur, qui doit permettre aux Dijonnais d’enfin passer un cap sur le plan mental.

À l’occasion d’une rencontre avec les supporters en cours de semaine, Benoît Tavenot dressait ce constat sans appel : « Dès qu’il y a un résultat négatif, on sent de suite la chappe de plomb des quatre dernières années qui arrive ». Ce marasme dans lequel baigne le club – et surtout l’équipe fanion – depuis plusieurs saisons, c’est au travers de ce genre de match qu’il va pouvoir peu à peu disparaître. Un nouveau groupe a l’opportunité de se bâtir une nouvelle histoire, une nouvelle confiance, nées de ces moments de solidarité et d’abnégation. D’y puiser de la force pour aller chercher plus haut. Dans deux semaines, en recevant le Red Star, leader archi dominateur de ce championnat de N1, le DFCO aura une chance de garnir encore un peu plus son capital confiance. Du moins, il a prouvé ce vendredi qu’il en avait l’étoffe.

LES NOTES

Homme du match : Fdaouch (7,8)

De nouveau buteur, et également à l’origine de l’action qui amène le but d’Etoga, l’ailier gauche du DFCO a mis au supplice la défense adverse par sa vitesse, ses prises de balles, ses dribbles et ses transmissions. Généreux également sur le plan défensif, il a été dans quasiment tous des bons coups dijonnais, surtout en première période. Après la pause, logiquement un peu sevré de ballons et frustré, il n’a pas baissé les bras et a preuve de solidarité avec ses coéquipiers, en tentant notamment de prendre la profondeur balle au pied pour permettre à sa défense de respirer un peu. Remplacé par Soumaré (60e), qui a parfois trop peu porté le ballon mais a obtenu plusieurs précieux coup-francs (5, rien que ça !) qui ont permis aux siens de se dégager.

nn

Risser (5,2) : match en demi-teinte pour le portier dijonnais, avec régulièrement une bien trop grande propension à rester collé sur sa ligne dans des situations où il aurait dû sortir pour soulager sa défense. C’est d’ailleurs cette relative apathie qui le rend bien peu efficace sur l’ouverture du score de l’USO. À d’autres moments heureusement, il s’est montré bien plus rassurant et a également été pertinent dans ses relances.

nn

Moco (6,6) : timide balle au pied pendant les 30 premières minutes, il s’est libéré une fois que le DFCO menait au score et été particulièrement précieux en seconde période, en se montrant précis dans ses interventions et toujours disponible à la relance pour tenter de remonter le ballon et de soulager le bloc. Pendant les 10 dernières minutes, on l’a même vu régulièrement se porter en attaque aux côtés de Soumaré pour essayer de conserver le ballon dans la moitié de terrain d’Orléans. Du haut de ses 20 ans, à un poste qui n’est pas le sien et malgré parfois des débuts de match un peu timorés, il dégage une sérénité assez impressionnante.

nn

Cissé (7) : typiquement le genre de match où, en début de saison, il aurait pu complètement passer au travers et faire des grosses erreurs préjudiciables. Mais il continue incontestablement à monter en puissance et sur ce match, malgré une ou deux relances un poil hasardeuses, il a été très solide, notamment dans les un contre un, avec régulièrement des gestes bien maitrisés dans sa propre surface. De plus en plus enthousiasmant.

nn

Temanfo (7,7) : un guerrier, un patron, un roc… On pourrait égrener longtemps le chapelet des synonymes et des superlatifs tant l’ancien annécien impressionne match après match par son assurance et sa solidité. En deuxième période particulièrement, il a fait preuve d’un sens du sacrifice remarquable, en réalisant à plusieurs reprises des interventions décisives dans les derniers mètres. Indispensable.

nn

Makutungu (5,6) : Cédric, c’est le joueur parfait pour un rédacteur du Dijon Show un peu fainéant. Car finalement, à chaque match ou presque, on pourrait copier-coller le commentaire du match précédent. C’est toujours sérieux, toujours rigoureux défensivement, toujours un peu insuffisant offensivement aussi. Un peu plus en difficulté parfois sur ce match face aux percées des excentrés d’Orléans, notamment Ponti, il a toutefois tenu le choc, avant d’être un peu épaulé par Fofana en fin de match.

nn

Marié (6,6) : cramé en fin de match, le capitaine dijonnais avait des raisons de terminer sur les rotules, tant il a donné de sa personne, en particulier en seconde période. Au four et au moulin, tant pour tenter de couper les circuits de passe de l’USO que pour essayer de relancer proprement et garder le ballon un peu plus haut sur le terrain, il n’a pas ménagé sa peine et également laissé entrevoir son statut de joueur expérimenté ayant connu l’élite du football français. Plus discret en première période, il avait toutefois participé activement à la construction du jeu.

nn

Etoga (4,6) : quel dommage de gâcher une première période si bien maîtrisée et un premier but en pro par une double faute aussi évitable – et un peu stupide – en à peine deux minutes juste avant la mi-temps ! On mettra ça sur le compte de la jeunesse. Fort heureusement, cette erreur grossière n’a pas coûté la victoire à son équipe. Sa suspension lui permettra de souffler un peu, lui qui avait pas mal enchaîné récemment alors qu’il n’avait pas joué la moindre minute lors des 8 premières journées.

nn

Chahid (6,4) : ce rôle à mi-chemin entre relayeur et n°10, en pointe haute du milieu à 3, semble lui convenir à merveille. Lui qui avait commencé la saison à un poste de meneur de jeu reculé où il avait également montré de bonnes choses semble clairement bien plus épanoui à cette nouvelle position, qui lui donne plus de liberté tout en le déchargeant un peu du duel physique où il avait parfois tendance à s’épuiser. D’ailleurs, jouer plus haut ne l’empêche pas de faire preuve de la même grinta, en témoignent tous les ballons interceptés dans les pieds des milieux de l’USO, qui ont quasiment tous abouti à des situations intéressantes. Remplacé par Nassi (85e), qui s’est bien fondu dans le collectif pour tenir le score.

nn

Schur (5,6) : peu visible pendant l’essentiel de la première période tant le jeu dijonnais penchait à gauche du côté de Fdaouch. Il a tout de même eu quelques situations qu’il n’a pas sur concrétiser et aurait pu donner un avantage de deux buts après la passe de Chahid… Précieux néanmoins dans sa vision du jeu, il a clairement mis de côté ses tâches offensives après la pause pour venir densifier l’entrejeu dijonnais et prêter main forte à Moco sur le côté droit. Un match honnête et sérieux, à défaut d’être flamboyant. Remplacé par Fofana (76e), qui a eu un peu de mal à se placer pendant quelques minutes et a parfois pêché dans la relance avant de trouver le bon rythme et de participer au travail activement au labeur collectif.

nn

Ben Fredj (4,9) : auteur d’un appel décisif dans le dos de la défense orléanaise pour ouvrir à Fdaouch le chemin du but sur l’ouverture du score, il a été plus discret ensuite mais s’est tout de même montré intéressant dans le jeu sans ballon et en particulier dans ses appels. Sacrifié sur l’autel de la réorganisation tactique après l’expulsion d’Etoga, il est sorti à la pause. Remplacé par Souici (5,4), qui a réalisé une mi-temps correcte, malgré parfois un petit manque d’agressivité et de réactivité pour venir contrer les offensives d’Orléans. Il a toutefois fait le job, sans fioriture.

n

MOYENNE : 6,1

@Gus21

25 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *