DFCO 2-0 Villefranche : le Souici du détail

par

dans

Match difficile mais dénouement heureux pour Dijon, vainqueur contre Villefranche et ce pour la deuxième fois de la saison ! Gaston-Gérard a vécu son septième match d’affilée sans défaite (sans compter les victoires amicales) et pourrait devenir un cauchemar pour les visiteurs, si nos Dijonnais poursuivent sur cette voie.

Rayan Souici a bien suivi le contre mené par Irié pour mettre le DFCO à l'abri.

LE MATCH : DFCO 2 – 0 FCVB

Au stade Gaston Gérard, vendredi 08/09/2023, coup d’envoi à 19h30

nn

Buts : Mendes (39e), Souici (85e) pour le DFCO

nn

Avertissements : Congré (50e), Irié (87e), Temanfo (90e) pour le DFCO / Dekoke (45e+4), Da Silva (75e) pour le FCVB

n

    n

  • 3e : première incursion du FCVB dans le camp dijonnais, le ballon est capté facilement par Montfort qui ne tremble pas sur sa première prise de balle.
  • n

  • 9e : une passe lobée en profondeur de Chahid est bien reprise de la tête par Mendes mais le gardien adverse repousse.
  • n

  • 17e : nouvelle occasion pour Mendes ! Servi dos au but à l’entrée de la surface, il parvient à se retourner et à frapper mais Péan se détend bien pour boxer en corner.
  • n

  • 20e : le DFCO perd le ballon face au pressing. Louzif hérite du cuir à l’angle de la surface, se recentre et frappe à ras de terre. Montfort se couche pour capter.
  • n

  • 26e : la défense dijonnais fait preuve de beaucoup de passivité. Heureusement, Montfort sort à bon escient dans les pieds de Louzif. Celui-ci parvient à récupérer le ballon mais frappe dans le petit filet !
  • n

  • 31e : le raté de Ben Fredj ! Parfaitement servi dans la surface par Fdaouch d’une jolie louche, il manque son contrôle alors qu’il était seul face au gardien !
  • n

  • 37e : jamais deux sans trois et la 3e est la bonne pour Joseph Mendes ! Suite à gros travail côté gauche, Fdaouch laisse ballon à Fofana qui s’enfonce dans la surface grâce un double contact et centre devant le but. L’ancien Ruthénois se jette et marque d’une tête plongeante parfaite ! 1-0.
  • n

  • 39e : Nassi travaille dans l’axe et transmet à Mendes qui trouve Ben Fredj dans la surface. Celui-ci centre pour Nassi qui avait suivi l’action mais le n°11 est repris in extremis.
  • n

  • 64e : coup-franc excentré de Sergio, Lenny Montfort est encore à la parade. Il détourne d’une belle claquette une frappe qui fonçait vers la lucarne.
  • n

  • 76e : Lancé dans l’axe, N’Chobi percute et décale Mendes dont la frappe croisée est captée par Péan.
  • n

  • 83e : le poteau pour Souici ! Sur un corner parfaitement tiré par Soumaré, le milieu de terrain place sa tête au 2e poteau, qui s’écrase sur le montant.
  • n

  • 85e : Cyriaque Irié récupère un ballon dans les pieds caladois alors que Villefranche avait un corner, il s’élance dans une chevauchée solitaire en direction du but de Péan. En bout de course, il glisse le ballon à Rayan Souici qui avait suivi et qui marque dans le but presque vide (2-0) !
  • n

  • 88e : encore une parade pour Montfort ! Il repousse des deux poings une tête à bout portant de Ba suite à un coup-franc de Sergio.
  • n

  • 90e+2 : frappe lointaine de Soumaré qui ne passe pas loin de la lucarne de Péan.
  • n

  • 90e+4 : c’est fini ! Le DFCO renoue avec la victoire (2-0) et reste invaincu à domicile !
  • n

Sans la manière, avec le résultat

La saison dernière, après un bon début de championnat, le DFCO ne s’était jamais relevé de sa première défaite face à Annecy, enchaînant ensuite 9 matchs sans victoire. Cette saison, les Rouges n’ont pas laissé le doute s’installer et, après avoir encaissé leur premier revers contre Châteauroux, ont rebondit immédiatement en s’imposant contre Villefranche. Un gage de caractère et de confiance qui a tant manqué au DFCO depuis plusieurs saisons. Au terme d’un match d’un niveau plutôt médiocre, où les erreurs techniques ont été légion des deux côtés et où le DFCO a régulièrement subit la loi de combatifs Caladois mettant en place un pressing serré, l’essentiel est de gagner. Parfois, il faut accepter que cela se fasse sans la manière. Grâce à ce succès, le DFCO remonte à une 3e place certes très provisoire (trois matchs restent encore à jouer), s’installe dans la première partie de tableau et reste invaincu sur sa pelouse. Il y a pire, comme début de week-end.

#PIVOTGANG

Ce résultat, les hommes de Benoît Tavenot le doivent notamment à un excellent Lenny Montfort, qui réalisé un intérim brillant dans les cages dijonnaises malgré sa petite blessure en première mi-temps. Ses débuts sont très réussis, tout comme ceux de la dernière recrue offensive, Joseph Mendes. Buteur et impliqué sur de nombreux bons coups dijonnais, l’ancien de Rodez, du Havre ou encore du Mans est venu rappeler ce que pouvait apporter un « pivot » à la pointe de l’attaque. Il faut dire que depuis le départ de Julio Tavares, le DFCO était orphelin de ce genre de profil. Ces dernières saisons, ni Le Bihan, avec sa propension à décrocher pour venir chercher les ballons, ni Scheidler qui, malgré son gabarit, jouait davantage dans la profondeur et ne brillait pas particulièrement dans les duels, n’avaient pu remplir ce rôle.

nn

Conserver les ballons dos au jeu et remporter des têtes, offrir une solution en profondeur pour s’extraire du pressing, orienter sur les autres joueurs offensifs ou profiter de leurs appels pour se retourner, user la défense adverse par le jeu de position et l’utilisation intelligente de son gabarit : cette palette très complète affichée par Joseph Mendes établit la définition quasiment académique du jeu de l’attaquant pivot. En constituant un point de fixation qui attire les défenseurs et ouvre ainsi des espaces pour les autres offensifs, le numéro 19 peut faire des merveilles face à des défenses regroupées et compactes dans l’axe. Or, tant par le profil de certaines équipes que par son statut a priori de « gros » du championnat, le DFCO sera forcément confronté régulièrement cette saison à ce genre d’oppositions. Avec cette première validée de belle manière, Joseph Mendes va ainsi apporter une solution très intéressante dont le coach va pouvoir se servir en fonction de l’adversaire.

n

@Gus21

n

LES NOTES

L’Homme du Match : Joseph Mendes (8)

Comme Robin Risser début août, une recrue remporte ce titre de meilleur joueur dijonnais dès son premier match avec le DFCO ! Avec cet appel et cette tête instinctive sur la fin du premier acte, l’avant-centre a permis à son équipe de passer une soirée bien moins compliquée et se met en confiance avant les prochaines échéances. Essentiel dans tous les rouages du jeu, on en redemande. Remplacé à la 80e par Makutungu, qui a apporté son savoir faire et permis à l’équipe de boucler le match sans prendre de but.

Habituons-nous à voir Mendes souvent battre les défenseurs de National dans son exercice de prédilection.

Montfort (7,1) : grand bonhomme sur le terrain, rassurant et courageux lors des moments difficiles, fêtard après le coup de sifflet final comme sur ces belles images vues dans le kop… Incroyable premier match qu’il n’oubliera pas de sitôt, et sans encaisser de but messieurs-dames ! Lenny, il a tout compris.

nn

Cissé (4,1) : difficile de juger un joueur qui était aligné dans un système peu avantageux, collant la ligne de touche lorsque Dijon avait le ballon. Mais on va le saquer quand même, parce qu’on sait qu’il est capable de bien mieux dribbler et passer le ballon que ça. Et oui, fallait pas nous en mettre plein la vue pendant les amicaux, maintenant nos attentes sont élevées ! Remplacé à la 57e par Traoré, qui semblait peu en jambes après avoir manqué toute la préparation. On va mettre ça sur le manque de rythme et sa blessure qui l’a empêché de signer à Pau cet été…

nn

Congré (5,6) : toujours sujet à quelques boulettes par match, le vice-capitaine a plutôt tenu son rang et moins été embêté par la vitesse des joueurs de Villefranche. Importance non négligeable pour mettre de la distance entre les frappeurs adverses et le but.

nn

Temanfo (6,4) : cela aurait facilement été un 7 s’il n’avait pas commis une faute incompréhensible quand le ballon était arrêté sur la ligne de touche, dans nos trente mètres, alors qu’il semblait maîtriser la situation. Et puis il faut bien lui trouver des défauts, un défenseur qui n’en a presque pas, on ne connaît pas ici à Dijon.

nn

Fofana (7) : passeur décisif pour la première fois (oui oui, vous avez bien lu) de sa carrière au DFCO après un dribble très soyeux, voici un joueur qui pourrait renaître après un transfert avorté vers Brest. Qui va s’en plaindre ici ? Certainement pas nous.

nn

Souici (6,2) : certaines imprécisions, des moments frustrants mais aussi des passes qui ont aidé le DFCO à contrôler un peu plus une partie qui semblait lui échapper par moments. Des fois, du calme, ça fait du bien. Et pouvoir courir 80 minutes en terminant par un sprint vers le but vide comme il l’a fait, ça dénote un certain état d’esprit.

nn

Chahid (6,8) : on va éviter de se répéter et d’en faire des caisses, mais c’est difficile de se contrôler quand un gamin de la région montre autant de belles choses à un si jeune âge. Adroit, agile, dangereux et pas avare d’efforts, un cocktail très fort.

nn

Nassi (5,3) : après sa passe dé contre Avranches, le gamin du Blanc-Mesnil enchaîne sa deuxième titularisation et la justifie. À un poste de piston droit où il n’a que peu d’expérience, il est bien utile grâce à sa détermination et son activité. On retiendra le tacle de fou furieux qu’il réalise pour récupérer licitement le ballon dans les pieds d’un joueur adverse alors qu’il venait de derrière. Manquant de lucidité pour être vraiment dangereux, il est contraint de céder sa place à la 69e à N’Chobi. La recrue a failli offrir la passe du 2-0 avant que Dijon ne creuse réellement l’écart. Cela va finir par payer (on l’espère) !

nn

Ben Fredj (4,8) : moins en vue que ses camarades attaquants, il y avait certainement mieux à faire sur certaines occasions. Un jour sans pour celui qui a évolué en numéro 10 derrière un Mendes déchaîné, sûrement le temps de trouver les automatisme. Remplacé à la 57e par Soumaré qui, sur un corner et une frappe à mi-distance, nous a rappelé pourquoi on a tant milité pour le conserver une saison de plus. La propagande n’est pas terminée, loin de là.

nn

Fdaouch (5,6) : allez, on aurait pu pousser vers 6 pour son implication sur le premier but et la passe clé donnée à Ben Fredj avant cela. Mais Zak’ nous a habitué à un festin royal, ce soir c’était plutôt le repas gastronomique. Agréable, savoureux mais on quitte le resto avec le ventre un peu vide et de la frustration. Remplacé à la 69e par Irié, qui a sur une seule occasion justifié toutes les louanges qui lui sont chantées, notamment concernant son physique de taureau couplé à des jambes de guépard. Ce n’est pas pour rien que Cyriaque rime avec crack !

n

@No_Vak

MOYENNE : 6,1

43 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *