Saint-Étienne 2-0 DFCO : la rage de perdre

Après la parution du DFCO MAG n°34 intitulé « La rage de vaincre », un Dijon sans capacité de réaction s’est laissé endormir à Geoffroy-Guichard et a accepté de s’incliner, sans se révolter. L’adversaire du jour passe devant une équipe dijonnaise désormais 18e de Ligue 2, avec un match d’avance.

La composition choisie par Omar Daf et ses adjoints reflète bien la période d’incertitude que traverse le DFCO, avec une charnière centrale composée de trois défenseurs : Congré, Coulibaly, Touré. Nassi retrouve le banc de touche tout comme Jacob, alors que Soumaré est choisi pour occuper l’aile droite. Nous remarquerons que sur certaines phases de possession, Senou Coulibaly monte d’un cran pour rejoindre les deux autres milieux de terrain.

LE MATCH

Après une défaite honteuse face à la lanterne rouge niortaise, les hommes d’Omar Daf se déplacent à Geoffroy Guichard pour un autre match à 6 points, face à un concurrent direct pour le maintien. Et les premières occasions de la partie sont stéphanoises, à l’image de ce corner frappé par Cafaro (3e) et ces quelques tirs lointains de Monconduit (5e, 7e), qui n’attrapent pas le cadre.

nn

Côté bourguignon, aucune tentative notable n’est à signaler dans le premier quart d’heure, et c’était bien sûr prévisible. Alors que dans une équipe galvanisée et revitalisée par les transferts hivernaux, Jean-Philippe Krasso peut marquer sur à la suite d’un une-deux et d’une superbe louche de Charbonnier qui prend la défense du DFCO à revers (1-0, 13e).

nn

La réaction se fait timide avec un tir de Le Bihan qui se transforme en chandelle pour le gardien adverse. Le jeu s’interrompt à cause de la blessure prématurée de Moueffek, remplacé par Victor Lobry. Un remplaçant qui dès son entrée vient dribbler dans la surface et se mesurer à Senou Coulibaly, dont la main qui touche le ballon n’est pas repérée par M. Paradis.

nn

Et une nouvelle tuile vient compliquer la tâche de l’ASSE, alors que Charbonnier est remplacé par Wadji à la 27e minute. Pendant ce temps, Dijon tente sa première vraie frappe avec Fofana décalé par Xande Silva, mais son tir est contré et le corner ne donne rien. Un contrôle raté de Nkounkou sur une belle passe de Lobry sauve Reynet et les siens, complètement dépassés par l’appel du piston gauche.

nn

Et à l’opposé, Paul Joly se retrouve dans un espace béant mais manque son tir à l’entrée de la surface stéphanoise. C’est Le Bihan qui s’occupe de tous les coups de pied arrêtés, malheureusement son coup franc indirect bien placé n’est repris par personne (36e). Même dans un temps faible, Saint-Étienne peut compter sur le laxisme dijonnais pour trouver Benjamin Bouchouari seul devant la ligne défensive. Il tente de loin et Congré contre la frappe, mais Reynet est avancé et n’est pas suffisamment sur ses appuis pour revenir dans les cages. Il encaisse, stoïque et lobé, le deuxième but de la partie (2-0, 39e).

nn

Les corners sont mal frappés et les occasions peu convaincantes, comme cette reprise de volée de Le Bihan tentée de loin mais captée facilement par Larsonneur. L’arbitre dirige les joueurs vers le tunnel après cette mi-temps complètement ratée de Dijon.

Reddition sans rébellion

Un double changement est opéré, poste pour poste, à la mi-temps : Ahlinvi remplace Pi et Jacob supplée Soumaré. Malgré ça, les Dijonnais ne semblent pas revenus avec beaucoup plus d’énergie. Et si Joly s’offre une occasion intéressante de la tête à la 47e, le dégagement plus que fébrile de Reynet dans la minute qui suit, à deux doigts de laisser le ballon rouler dans ses cages, témoigne assez de l’état d’esprit des hommes d’Omar Daf. On notera au mois la rentrée intéressante d’Ahlinvi qui, s’il commet pas mal de fautes, a au moins le mérite d’apporter un peu d’impact.

nn

Saint-Etienne ne force pas son talent en cette seconde période : le DFCO est totalement apathique et ne parvient pas à construire la moindre action. Sur un corner stéphanois à la 62e minute – dégagé du point par Reynet -, Coulibaly retombe mal après un duel aérien. On craint un instant que le genou soit touché, plus de peur que de mal heureusement. Omar Daf ne prend toutefois pas de risque et en profite pour changer de système. Le défenseur malien cède sa place à Marley Aké, pour tenter de revenir au score (67e).nnDans la foulée, une excellente percée plein axe de Fofana offre sa première occasion au jeune attaquant prêté par la Juventus mais son tir, après un contrôle un peu maladroit, est contré. Le corner qui suit ne donne rien. Immédiatement, l’ASSE se crée une belle occasion, le centre bien dosé de Krasso fuyant la tête de Wadji de quelques centimètres. Les actions se multiple des deux côtés. A la 72e, Le Bihan, bien servi dans la surface est repris par Pétrot. Et le DFCO obtient un bon coup-franc deux minutes plus tard. La frappe de Le Bihan file vers la lucarne mais Larsonneur se détend parfaitement.

nn

Le corner ne donne rien et Saint-Étienne part en contre. Wadji manque de s’échapper en un contre un face à Reynet mais Fofana intervient in extremis sans faire de faute. Une décision qui semble être la bonne malgré les protestations du public stéphanois. Le DFCO parvient, depuis quelques minutes, à montrer un visage plaisant, sans toutefois concrétiser ses occasions.nnA la 78e, Xande Silva est remplacé par Nassi, qui se procure immédiatement une première occasion en chipant la balle à son adversaire. Sans plus de succès que ses partenaires. Le dernier changement pour le DFCO intervient à la 88e, avec la sortie de Le Bihan et la rentrée de Camara. Cela n’influera pas sur le score final : l’arbitre siffle trois fois et renvoie Dijon en Bourgogne, bredouille.nnLe DFCO enchaîne une nouvelle défaite. Dijon est 18e et pourrait être lanterne rouge dans quelques heures en cas de victoire de Niort et Rodez. Omar Daf et Olivier Delcourt continuent de traîner le club dans la boue. Une partie des joueurs continue d’insulter le football. Et nous on continue de souffrir. Seul satisfaction de la journée : le très beau kop visiteurs garni de 200 supporters dijonnais qui, eux, sont les seuls à encore honorer nos couleurs

LES NOTES

L’Homme du match : Adama Fofana (5,6)

n

Nous pouvons enfin qualifier sa prestation de « Fofanesque », dans le bon sens du terme ! On a cru pendant un instant revoir le feu-follet de 2021-2022.

nn

Reynet (1,8) : pétrifié, à côté de la plaque. Qui que l’on mette dans les cages, on a l’impression que l’on est destinés à encaisser des buts pareils…

nn

Joly (4,8) : encore à un poste qui n’est pas le sien, il a fait de son mieux et on sent bien que sa place n’est pas ici, dans un club de losers…

nn

Coulibaly (2,8) : les discours de leader ne suffisent pas, il faut les assumer. Sorti prématurément à cause d’une vilaine blessure et remplacé par Aké à la 67e, qui aurait pu offrir un semblant d’espoir peu de temps après son entrée…

nn

Touré (3) : la « meilleure » note des trois centraux, qui aurait pu chuter bien plus bas si sa passe en retrait plein axe dans les cages était rentrée…

nn

Congré (2,5) : fautif sur les deux buts. Rien de plus à dire.

nn

Ndong (3,4) : un statut d’intouchable qui ressemble plus à celui de la plus basse caste en Inde que de celui d’un titulaire indiscutable en Ligue 2…

nn

Pi (3,4) : pénalisé par son environnement, Jessy n’a pas non plus l’énergie ni les qualités pour secouer cette équipe en perdition. Remplacé à la mi-temps par Ahlinvi (3,6), qui n’a pas été beaucoup meilleur et a raté le seul dribble qu’il a tenté.

nn

Soumaré (2,9) : faire le choix de titulariser Soumaré en 2023 dans une équipe déjà en crise de confiance, c’est ne pas avoir le sens de réalités. Remplacé à la mi-temps pas Jacob (2,8), qui pratique un nouveau sport futuriste, le « air-football ». Sérieusement, il n’a plus rien à faire au DFCO.

nn

Xande Silva (3,3) : il va falloir sérieusement parler de son niveau depuis quelques semaines. Ce n’est pas acceptable de voir aussi peu de gestes réussis avec toute les qualités qu’il a. Remplacé par Nassi à la 78e, un jeune joueur qui a montré qu’il avait vraiment envie de sortir l’équipe du pétrin, sans plus de succès que les autres…

nn

Le Bihan (3,4) : on ne prend pas trop de risque pour dire qu’il se voile la face après la rencontre en disant qu’on va se maintenir en Ligue 2. Mais au moins, c’est le discours qu’il faut tenir, surtout si (comme lui) on est capable de faire bouger les choses en interne. Remplacé par Camara en fin de match, juste pour les stats.

n

MOYENNE : 3,3

20 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *