Laval 1-0 DFCO : déjà essoufflés

Dominé dans la plupart des compartiments du jeu par un Stade Lavallois promu cette saison, Dijon rend encore une fois une copie plus qu’inquiétante et retombe dans la zone rouge après cette dixième défaite en championnat. Les Dijonnais sont déjà à bout de souffle alors qu’ils ne sont même pas encore entrés dans le sprint final. Sans joueur recruté aux postes clés, ça promet pour la suite…

La surprise du chef Omar Daf pour cette rencontre à Laval, c’est d’aligner Saturnin Allagbé dans les buts après la mauvaise prestation de Reynet contre Bordeaux. Congré réintègre le onze de départ, tout comme Le Bihan après sa suspension et Camara prend la place de Xande Silva sur l’aile gauche.

LE MATCH

D’entrée de jeu, ce soir les Lavallois qui prennent les choses en main et qui menacent les cages dijonnaises, avec Marvin Baudry qui reprend un centre en dominant Tchaouna après un corner. Cette tête est sauvée par un magnifique arrêt d’Allagbé, Durbant est en embuscade et détruit la barre transversale ! Seidou est surpris et voit sa propre tête passer à côté du cadre mais dès la quatrième minute, les locaux auraient dû prendre l’avantage.

nn

La réaction se fait timide mais un bon mouvement de Camara et Tchaouna permet au second de changer d’aile vers Soumaré, qui remise sur Le Bihan à l’entrée de la surface : son tir n’est pas précis (9e). Trouvé dans la profondeur, Tchaouna fait un bon début de match et joue derrière vers Soumaré, qui voit Camara dans l’espace. Le n°18 a une fenêtre de tir mais voit son but refusé par Sauvage, vigilant.

nn

Ces deux occasions constituent malheureusement le temps fort de la première mi-temps dijonnaise puisque le DFCO va être inoffensif pendant le reste de ces 45 minutes. Ce qui n’est pas le cas de Laval, qui insiste avec Jimmy Roye d’abord, qui tire à mi-distance mais voit sa frappe captée en deux temps par Allagbé (11e). Même si la partie se tend et que des fautes s’accumulent, les Tango créent des meilleures situations (18e, 29e). Pas menacé par la tête manquée de Durbant sur coup franc indirect, Allagbé est forcé de s’employer à 38e minute suite à un centre tendu de Seidou qu’Elisor reprend au deuxième poteau : le gardien dijonnais a fort heureusement un pied qui traîne pour détourner en corner.

nn

Si Allagbé s’illustre, c’est parce que sa défense est à la peine, à l’image de Coulibaly qui en intervenant avec la poitrine dans sa surface suite à une glissade touche le ballon de la main, l’arbitre de la rencontre ne pointe pas vers un point de penalty. Puis, le gardien dijonnais est surpris et relâche devant lui un ballon dévié au premier poteau sur corner, heureusement aucun Mayennais ne parvient à enchaîner avec une frappe et l’arbitre renvoie les joueurs aux vestiaires.

n

Rectification de la trajectoire en plein vol

Dominé en première mi-temps, le Dijon FCO fait trois changements offensifs pour le début de la deuxième période. Jacob, Nassi et Silva entrent à la place de Tchaouna, Camara et Soumaré, qui n’ont pas brillé longtemps dans le premier acte. Mais le jeu rapide de transition au sol du Stade Lavallois est toujours ce qui pose le plus de problèmes à Dijon, qui a encore une fois besoin d’un double arrêt devant un Durbant maladroit pour rester à égalité avec son adversaire (46e).

Sur le même scénario qu’en début de match, la partie s’équilibre et Dijon parvient même à approcher timidement les buts adverses, mais la frappe de Pi aux 25 mètres passe à côté (54e). Pas plus de réussite pour Elisor, trouvé à la 57e dans la surface bourguignonne par Gonçalves : sa reprise de volée s’envole dans le ciel de Le-Basser.

nn

La meilleure occasion dijonnaise de la partie est menée par Traoré, qui échange bien avec Jacob pour accélérer dans son couloir et lancer Nassi en profondeur. Ce dernier prend l’avantage sur Seidou, voit sa frappe puissante entrer dans le but mais l’arbitre ne valide pas cette réalisation, qui aurait tout changé juste avant l’heure de jeu. Une infime faute aurait été commise pas le jeune ailier, qui n’a pourtant participé qu’à un duel à l’épaule avec son adversaire…

nn

Cet avertissement permet aux locaux de se remobiliser et de ne plus se faire avoir dans la profondeur. Seuls Traoré et Jacob tentent leur chance devant la ligne défensive, mais ne peuvent accrocher le cadre. C’est finalement sur une perte de balle de Xande Silva que l’espace est trouvé dans le dos de la défense dijonnaise : Baudry sert Geoffray Durbant dans un no man’s land, l’avant-centre peut enfin battre Allagbé grâce à une feinte et une finition entre les jambes (1-0, 66e).

nn

Le DFCO tente de revenir au score grâce à plusieurs corners mais n’est pas dangereux dans cet exercice. En gâchant la majeure partie de ses munitions, il reste tout de même certaines phase intéressantes pour égaliser mais Nassi rate le cadre sur ce centre puissant, à ras de terre, de Xande Silva qu’il coupe au cœur de la surface (73e). Ndong insiste avec une frappe de loin, manquée. Les coups de pied arrêtés et centres s’enchaînent mais sont tous trop imprécis pour tromper Sauvage, qui est irréprochable. Jessy Pi s’essaye aux frappes de loin, mais le gardien ne se fait pas avoir (80e). C’était son dernier ballon avant de céder sa place à Ahlinvi, Traoré sort aussi et est remplacé par Fofana.

nn

Une lointaine frappe de Tapoko résume les efforts offensifs de Laval après l’ouverture du score, mais celle-ci est imprécise. Le Bihan réclame une faute dans la surface suite à un contact très limite avec Goncalves, mais comme depuis le début de la partie, l’arbitre donne l’avantage à la défense sur ce genre de contact. Il va siffler la fin de la rencontre après un face à face entre Sylla et Allagbé remporté par le gardien dijonnais dans les dernières secondes. Dijon s’incline, pour la deuxième fois consécutive,

nn

Pour un entraîneur qui « hait la défaite » selon ses propres dires, ce 11e revers en 22 matchs avec Dijon doit sembler bien amer. Malgré quelques actions intéressantes menées par des individualités plutôt que par un collectif bien huilé, c’est finalement un nouvel échec mérité pour le DFCO qui s’enfonce au classement, 17e et premier relégable après la victoire de Nîmes dans les arrêts de jeu à Guingamp. N’y a-t-il pas urgence ?

nn

Visiblement pas pour le président du club, qui imagine sans doute que l’on pourra s’en sortir avec un entraîneur qui tarde à prouver ses compétences et un effectif plus faible que celui qui nous a fait terminer la saison dans le ventre mou de Ligue 2 l’an passé. Et ce n’est pas la venue d’un Marley Aké, ailier gauche de formation (au poste de Xande Silva, donc), qui va révolutionner les offensives dijonnaises. Que fait-on si Le Bihan se blesse durablement ? Comment va-t-on trouver des buts ? Le mystère reste entier mais apparemment, les supporters devraient continuer à tolérer ce manque de considération, payer leur place au stade et applaudir sans se poser des question les joueurs qui souillent leur maillot préféré chaque semaine. Rendez-vous vendredi pour une nouvelle déception à Gaston-Gérard.

LES NOTES

L’Homme du Match : Saturnin Allagbé (7,4)

n

Comme lorsqu’il a été sollicité à Grenoble, le gardien de but béninois a su répondre présent et s’est montré décisif à plusieurs reprises. Malgré quelques prises de balles peu académiques, il a su repousser longtemps l’échéance avant de s’incliner, abandonné par sa défense… Ce qui est sûr, c’est qu’il n’a pas grand chose à envier à Reynet en ce moment.

nn

Traoré (4,9) : souvent sollicité mais rarement battu, il a failli délivrer une très belle passe décisive injustement refusée. Remplacé à la 83e par Fofana, qui a pu prendre le couloir gauche et apporter du danger ponctuellement, sans être décisif. Très mal placé sur l’occasion qui aurait pu donner le but du 2-0, ceci dit.

nn

Congré (3,1) : Nous ne commenterons pas longtemps, en pointant juste du doigt qu’il serait temps de remarquer qu’il n’est peut-être plus assez décisif pour le football de haut niveau. Même quand il faut reposer Zargo Touré, il reste un Reda Benchaa qui mériterait qu’on lui redonne une chance.

nn

Coulibaly (3,8) : Son inconstance et ses sautes de concentration commencent à poser problème… Ce n’est pas un joueur suffisamment fiable pour lui confier des responsabilités de titulaire. Mais visiblement, la charnière centrale n’était pas une priorité de nos dirigeants dans ce mercato…

nn

Joly (4,7) : embêté par un excellent Gonçalves, il est enthousiaste dans son jeu de passe mais n’a pas suffisamment influé sur les offensives dijonnaises pour que l’on puisse voir une différence. Persévère.

nn

Ndong (3,3) : c’est encore bien trop peu pour prétendre aussi régulièrement à une place de titulaire dans l’entrejeu. Il faudrait prendre exemple sur son collègue dans le double-pivot…

nn

Pi (5,1) : l’ancien caennais poursuit sa métamorphose et se révèle dangereux par instants, même si son manque de mobilité lui porte préjudice. Remplacé à la 83e par Ahlinvi, encore une fois invisible en fin de match. Est-ce que c’est vraiment ce joueur qui est devant Chahid dans la hiérarchie ?

nn

Camara (3,3) : deux actions intéressantes, une frappe détournée et puis plus rien… L’ailier est loin de répondre aux attentes depuis son transfert en Bourgogne cet été, sa sortie prématurée est on ne peut plus logique. Remplacé à la mi-temps par Xande Silva (4,6) : des initiatives, oui, mais que de pertes de balle… Partiellement fautif sur le premier but à cause de sa tentative en solitaire, on ne lui reprochera pas trop longtemps de tenter de débloquer la situation, même s’il serait bien de lever la tête plus régulièrement. La preuve avec ce centre repris par Nassi qui s’est révélé dangereux.

nn

Tchaouna (2,7) : s’il est déterminant dans les deux occasions obtenues en première période, il montre aussi ses limites au poste d’avant-centre en disparaissant pendant de grandes portions du match. Quand arrêtera-t-on les frais ? Remplacé à la mi-temps par Jacob (3,3), dont la majorité des coups de pied arrêtés n’est pas dangereuse. Il compense par une bonne activité défensive et quelques passes intéressantes en une touche, mais est vite neutralisé lorsqu’il joue dos au but.

nn

Soumaré (3,5) : même constat que pour ses deux compères de la première moitié, c’est tout bonnement insuffisant. Et dire qu’il est titulaire la grande majorité du temps ! Remplacé par Nassi (5,3), qui a fait de très belles choses et aurait pu marquer son premier but dijonnais si l’arbitrage n’était pas aussi étrange ce mardi soir… Un peu d’imprécision dans le dernier geste, comme souvent, mais sa rapidité et son entrain sont très appréciables.

nn

Le Bihan (3,6) : dans un jour « sans », notre attaquant le plus fiable n’a pas su tirer les siens vers le haut et a montré ses limites au poste de milieu offensif en première période. Il n’a ensuite pas pu convertir en but les quelques rares ballons dont il a hérité dans la surface en seconde…

n

MOYENNE : 4,3

18 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *