DFCO 0-3 Bordeaux : impuissants

Encore touché par le syndrome des coups de pied arrêtés et son incapacité à jouer un match complet, Dijon s’incline pour la dixième fois de la saison (9 défaites en championnat, 1 en coupe) et se fait corriger à domicile par une équipe moyenne mais redoutablement efficace.

Sur une trajectoire en demi-teinte, avec deux victoires à domicile et deux défaites à l’extérieur, le DFCO recevait ce 28 janvier des Bordelais 2e du championnat mais peu en forme récemment (1 seule victoire sur les 6 derniers matchs de championnat). Malgré les absences de nombreux joueurs (Le Bihan, Rocchia, Fofana…) et l’intégration de Paul Joly qui auraient pu mener à des changements tactiques, Omar Daf persiste dans son éternel 4-2-3-1, avec Loum Tchaouna en pointe et Paul Joly sur le couloir gauche.

LE MATCH

Dans les premières minutes, les débats sont équilibrés mais marqués par un bon nombre d’erreurs techniques, notamment côté dijonnais. Jacob comme Soumaré s’essayent à la frappe mais cela passe à chaque fois loin du cadre (6e, 8e). Bordeaux ne se précipite pas mais va très vite sur les phrases de transitions, ce qui permet aux Girondins de se retrouver souvent devant la surface dijonnaise, sans forcer.nnRapidement, ces incursions répétées offrent aux Bordelais des coups de pieds arrêtés. Un exercice dans lequel les hommes de David Guion se montrent souvent efficace. Comme sur ce coup-franc excentré de Michelin qui trouve la tête de Yoann Barbet. Reynet, sorti à contre-temps, est largement en retard et le défenseur girondin a tout son temps pour catapulter le cuir au fond des filets (0-1, 13e). Avant le quart de jeu, le DFCO est déjà mené sur sa pelouse.

nn

Malheureusement, cette ouverture du score précoce ne semble pas provoquer de révolte dans les rangs bourguignons. Les hommes d’Omar Daf semblent même cruellement manquer d’intensité. Le choix de ne pas jouer d’amical pendant le week-end de Coupe de France et d’accorder aux joueurs une longue coupure se ressent clairement en ce début de match, et pas positivement. Un peu de rythme est mis par le milieu de terrain, trouvé dans un bon espace par Joly qui rentre sur son bon pied pour créer le décalage. Xande Silva est lancé sur son côté gauche et élimine d’un crochet Michelin avant de frapper dans le petit filet (27e).nnLa partie devient peu à peu plus décousue. Bordeaux monopolise le ballon mais les offensives girondines manquent de cohésion et sont trop précipitées pour vraiment inquiéter le DFCO. Les Dijonnais, de leur côté, peinent toujours à élever leur rythme de jeu et à faire preuve de justesse technique, rendant leurs actions inoffensives. La demi-heure de jeu passe sans que les équilibres ne soient beaucoup modifiés, même si le DFCO se montre un peu plus hardi au fil des minutes, en témoigne cette belle percée de Soumaré à la 32e, qui ne trouve malheureusement pas Tchaouna dans la surface.

Bryan Soumaré reste à la baguette des actions dijonnaises et semble être, malgré ses nombreuses erreurs sur les passes, le seul joueur capable de déstabiliser la formation bordelaise, peu aidé par un Jacob imprécis et trop timide, un Xande Silva transparent et un Tchaouna sevré de ballon. Sur ses rares coups de pied arrêtés, le DFCO ne parvient pas à ajuster la mire, comme sur ce corner de Tchaouna sur la tête de Joly, qui s’envole bien au-dessus de la barre (42e).

nn

A l’approche de la mi-temps, le DFCO se procure une dernière occasion. Sur un ballon récupéré par Pi, Jacob transmet à Traoré qui s’infiltre dans la surface mais sa frappe du gauche manque de puissance et de précision pour inquiéter Poussin. Peu après, les deux formations rentrent aux vestiaires. Rapidement mené, le DFCO a plutôt dominé la fin de mi-temps, bien aidé par des Bordelais qui ne forcent guère leur talent, mais sans parvenir à créer de franches occasions. n

Une mi-temps et puis plus rien

Pas de changement à la pause mais des Dijonnais qui semblent revenus avec des bonnes intentions, avec de l’intensité dans les courses et de l’impact dans les duels sur les premières minutes. Une belle action côté droit menée par Tchaouna puis Xande Silva abouti à une frappe de Jacob qui n’inquiète pas Poussin (49e). Dans la foulée, Traoré intervient parfaitement dans sa surface pour annihiler une belle offensive bordelaise. nnLes Bordelais sont toujours présents toutefois, à l’image de Davitashvili qui obtient un bon coup-franc dans l’axe à l’entrée de la surface sur une faute de Traoré. C’est le capitaine, Yoann Barbet, qui s’en charge… et qui catapulte le ballon dans la lucarne d’un Reynet qui n’a même pas pu (ou su) bouger de sa ligne ( 0-2, 58e). Doublé pour le capitaine bordelais, qui permet à son équipe de faire le break à la 13e minute de la 2e période… après avoir ouvert le score à la 13e minute de la 1e.

nn

Ce but n’a pas pour effet de réveiller les Dijonnais mais leur met au contraire la tête sous l’eau. Trois minutes après, Davitashvili travaille face à Traoré et centre. Sa passe, déviée, atterri sur Dilane Bakwa qui place une frappe croisée dans le petit filet de Reynet (0-3, 61e). Énorme coup de massue sur la tête des Dijonnais, pour qui tout espoir d’accrocher le moindre point s’est définitivement envolé sur ce but.

Dans la foulée, Soumaré est remplacé par Nassi. Le jeune ailier est vite à la conclusion d’une timide réaction des siens. Sur un centre profond venu de la droite, il se précipite pour couper devant le but mais, en bout de course, ne parvient pas à attraper le cadre (64e). Puis, sur une relance rapide et longue de Reynet au pied, Loum Tchaouna joue de son corps et peut – avec un peu de réussite – s’infiltrer dans la surface et frapper : c’est bien trop haut pour inquiéter Poussin (68e).

nn

Double changement dix minutes plus tard avec les sorties de Xande Silva et Ndong, remplacés par Camara et Ahlinvi (74e). La messe semble toutefois dite et il n’y a plus guère de rythme dans cette partie. Bordeaux gère sans stress tandis que les Dijonnais semblent résignés. nnÀ la 81e minute, Omar Daf procède à ses derniers changements, avec les sorties de Tchaouna et Pi et les entrées de Thioune et Marié. Choix étonnant, qui revient à sortir un offensif alors que l’équipe est largement menée. Le DFCO n’abdique toutefois pas tout à fait, avec ce bon débordement de Nassi côté droit, qui centre parfaitement pour Jacob. La reprise du meneur de jeu dijonnais est bonne mais Poussin se détend bien pour dévier la frappe.nnCe sera le dernier sursaut des Dijonnais. L’arbitre ne fait pas durer le supplice et siffle rapidement la fin de la partie. Le DFCO s’incline à domicile, certes face au 2e du championnat, mais à nouveau au terme d’une partie indigne, où peu de joueurs ont été au niveau, où le dispositif de jeu et le coaching ont été plus que douteux et où l’intensité a encore été absente (mais peut-on s’en étonner au vu des rythmes d’entraînement ?). Seule la défaite de Rodez permet au DFCO de rester au-dessus de la zone rouge. Mais la dynamique reste toujours aussi morose. Et nous aussi.

n

ZOOM SUR PAUL JOLY

Pour sa toute première rencontre avec la tunique rouge et noire, le nouveau défenseur dijonnais – prêté par l’AJ Auxerre – n’a vraiment pas été verni. Aligné à un poste où il a joué par le passé mais qui n’est certainement pas son préféré, sur son mauvais pied, il a fallu au latéral quelques minutes pour se mettre dans le bain. Cela a pu se voir concrètement avec une perte de balle évitable (notamment à cause du peu de solutions s’offrant à lui) dans les premières minutes, sans conséquence grâce à la maladresse des Girondins.

nn

Une faute sur le jeune Bakwa lui a valu un carton jaune dès la 28e minute de jeu, ce qui a pu considérablement jouer dans l’intensité de son engagement pendant le reste de la partie. Après un coup de pied arrêté dijonnais, le virevoltant attaquant de Bordeaux a su prendre l’avantage sur son adversaire sur une simple accélération lui permettant de dépasser complètement l’ancien amiénois, qui avait pourtant deux ou trois bons mètres d’avance.

nn

Ce même ailier a su prouver sa différence de vitesse dans l’anticipation également, déposant le pauvre numéro 26 qui était bien au marquage avant ce troisième but mais qui, à cause d’une demi-seconde de retard à l’allumage, se retrouve en retard pour contrer le tir adverse. Il y a encore du boulot pour faire oublier Fouad Chafik…

n

n

Dans l’ensemble, il n’a pas été surclassé dans les duels (9 duels au sol remportés sur 12, 2 duels aériens remportés sur 2) mais a fait preuve d’un manque de précision certain dans ses transmissions. Il a cependant été l’auteur d’une passe menant à un tir dijonnais et à l’origine de cette belle action collective menant au tir de Xande Silva dans le petit filet (27e). Une entrée en matière intéressante, sans être excessivement réussie.

n

LES NOTES

Reynet : 2

n

Traoré : 2,8

n

Touré : 4

n

Coulibaly : 4

n

Joly : 4,3

n

Pi : 4,5

n

Ndong : 3,9

n

Soumaré : 5

n

Jacob : 5

n

Xande Silva : 2,8

n

Tchaouna : 2,3

n

MOYENNE : 3,7

15 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *