DFCO 3-1 Red Star : l’alarme à l’œil

Eux qui se plaignaient de ne pas vivre beaucoup d’émotions positives ces dernières saisons, les supporters dijonnais en ont vécu un paquet ce vendredi lors de la 14e journée de National ! Dans une soirée au scénario tout à fait imprévisible, le DFCO a su vaincre le leader et se rapprocher du peloton de tête grâce à une prestation très complète.

Encore décisif dans la surface adverse, Rayan Souici s'affirme comme l'un des leaders du renouveau du DFCO.

LE MATCH

Dijon FCO 3-1 Red Star FC

Au Parc des Sports Gaston-Gérard (Dijon), le 24/11/2023, coup d’envoi à 19h30.

nn

Buts : Souici (8e), Moco (44e) et Nassi (74e) pour le DFCO / Anani (90e+5) pour le RSFC

n

Avertissements : Temanfo (45e+1) pour le DFCO / Eickmayer (73e) et Sangharé (79e) pour le RSFC

    n

  • 5e : après avoir obtenu un coup franc indirect repoussé par la défense, Dijon s’essaye aux corners mais le Red Star se dégage.
  • n

  • 8e : contre-attaque rondement menée, partie de derrière et conclue par Rayan Souici après une combinaison de rêve ave Fdaouch ! Ça fait déjà 1-0 !
  • n

  • 14e : Souleymane Cissé repousse un centre vers Kemo Cissé, dont la frappe est bien lue et parée par Risser.
  • n

  • 16e : cafouillage dans la défense, Dijon est sauvé par un coup de sifflet après une très légère faute sur Risser.
  • n

  • 23e : Fdaouch adresse un centre vers un coéquipier qui a bien suivi l’action, le défenseur tente de dégager et échappe au but contre son camp de peu.
  • n

  • 32e : sur une pelouse très grasse, Moco perd ses appui et se retrouve au sol. Il était de toute façon dépassé par les événements et Ifnaoui sert Durand seul au monde, qui est finalement bien contré par le tacle héroïque de Cissé.
  • n

  • 33e : nouvelle frappe de Durand à 18 mètres, captée sans problème par Risser devant sa ligne.
  • n

  • 41e : Damien Durand trouve Ndoye, qui n’était pas assez bien marqué par Temanfo. Heureusement, l’ancien angevin place sa tête à côté.
  • n

  • 44e : la défense du Red Star est complètement aspirée au premier poteau sur un corner joué à deux par Soumaré avec Schur. Il centre en cloche au-dessus de sept adversaires et trouve Zoran Moco qui marque d’une tête à bout portant (2-0) ! Quatre Dijonnais étaient présents à cet endroit, ça sent la combinaison travaillée…
  • n

  • 49e : Lancé vers le but, il ne manque pas grand chose à Ben Fredj pour ajouter son propre nom au tableau d’affichage mais Meyapya sauve les meubles.
  • n

  • 56e : la frappe de Durand, audonien le plus dangereux du soir, passe au-dessus des cages de Dijon.
  • n

  • 62e : gros loupé de Ben Fredj, qui manque sa frappe après avoir pourtant bien accompagné l’action de Souici qui avait intercepté haut.
  • n

  • 63e : arrêt important de Robin Risser sur cette frappe puissante à son premier poteau, signée Kemo Cissé.
  • n

  • 69e : un peu naïf face à Ndoye, Cissé commet une faute largement évitable dans sa surface. Le penalty d’Ifnaoui est très mal tiré et surtout bien arrêté par le portier du DFCO, qui a attendu pour battre le tireur à la course d’élan saccadée !n74e : Makutungu dégage le long de la ligne vers Nassi, seul joueur du DFCO dans la moitié adverse. Son contrôle surprend tout le monde, même les trois défenseurs restants qui prennent du retard et voient l’ailier foncer vers le but pour glisser le ballon sous Beunardeau (3-0) !
  • n

  • 81e : après quelques minutes de flottement, Dembi voit sa tentative sur corner être à nouveau stoppée par Risser.
  • n

  • 89e : frappe de Chahid pour tenter de tuer le match et les velléités offensives adverses, ça passe à côté.
  • n

  • 95e : Eickmayer parvient à centrer malgré la présence de trois Dijonnais, Cissé n’a pas d’autre choix que de contrer le ballon dans la course d’Achille Anani qui s’offre un but de consolation (3-1). L’arbitre siffle la fin du match.
  • n

Le DFCO, la tête dans les étoiles

Deux petit points : c’est l’écart provisoire qui sépare le DFCO de son objectif ultime, la deuxième place, avant le match au sommet entre Niort et Sochaux. Dijon tutoie à nouveau les sommets du championnat, de manière moins convaincante mais surtout bien plus tard dans la saison que lors du précédent exercice en Ligue 2, ce qui est un très bon signe pour la suite. Au-delà du nombre de points, c’est la dynamique que l’on retient. 9 matchs de suite sans défaite toutes compétitions confondues, dont six en National 1 et cinq résultats objectivement bons d’affilée (puisque le 0-0 à GG contre Marignane n’en est vraiment pas un). Avec trois victoires de rang contre des adversaires loin d’être ridicules !

nn

Autre paramètre qui a son importance : le fait de savoir gérer ses temps forts et ses temps faibles et de pouvoir marquer au meilleur moment caractérise ce nouveau DFCO, qui a pu prendre les devants dès la 8e minute sans jamais se faire rejoindre. Même quand ça allait plutôt moins bien, un coup de pied arrêté vient nous donner un matelas confortable avant la pause. Et si le club de Saint-Ouen avait pu marquer son penalty, Nassi se chargeait de nous redonner cette avance immédiatement ! On a craint pendant un moment (et nous n’étions pas les seuls) quand l’alarme, déclenchée à la 76e minute, a renvoyé tout le monde aux vestiaires et a même forcé les supporters à quitter l’enceinte du stade provisoirement, mais nos Rouges n’ont craqué qu’à un moment où cela était sans importance (même si on sait que Benoît Tavenot n’en sera pas content). Après le bon et rapide come-back contre Orléans, il n’y a pas à dire, le timing ça nous connaît.

nn

Mieux encore, ON VIBRE DEVANT CETTE ÉQUIPE ! Et elle n’a même pas encore montré tout ce qu’elle avait dans le ventre, dominée par moments dans un match qui aurait très bien pu se terminer sur un score de parité (voire à l’avantage du Red Star, si nous étions encore dans une mauvaise spirale). Le plus plaisant, outre le fait de battre la meilleure équipe du championnat jusque-là, c’est surtout de voir un groupe aussi soudé et déterminé à vivre quelque chose de beau. Et même s’il venait à ne pas y arriver en fin de saison, tant qu’il montre toujours les mêmes valeurs et le même entrain, on ne pourra jamais lui en vouloir.

n

Le chiffre : 9

Makutungu, Temanfo, Risser, Chahid, Temanfo, Fdaouch, Souici Fdaouch et à nouveau Souici : neuf passes et 23 secondes ont suffit au DFCO pour trouver la faille, entre la récupération de notre latéral gauche loin dans son camp, dos au jeu et la finition d’une très belle opportunité à l’autre bout. Du jeu vertical mais pas du tout aléatoire, des joueurs qui savent ce qu’ils font et qui visiblement ont travaillé pendant la semaine… Ce but réalisé tout en finesse est une petite merveille qui, en plus de prouver qu’il est tout à fait possible d’être décisif en commençant une action par des passes en retrait, nous rappelle les meilleures années du DFCO.

LES NOTES

L’Homme du match : Robin Risser (9,1)

Quelle prestation tout bonnement incroyable de la part de notre gardien de but ! Outre le penalty et les nombreux arrêts réussis dans le match (au moins quatre de plus), notre Bleuet a été décisif à plusieurs reprises sur des centres adverses tendus ou piqués, qui auraient tout à fait pu surprendre la défense et finir au fond. Dieu seul sait quel aurait été le score s’il ne nous avait pas autant sauvé les miches, mais c’est aussi là le job d’un gardien et pour réussir une série, il est nécessaire d’en avoir un bon ! Et dire qu’il était incertain pour le début du match et qu’une douleur dans le bas-ventre a forcé Tavenot à sortir Ariss du groupe pour y mettre Montfort, par prévention…

nn

Moco (6,3) : match très compliqué pour notre latéral droit qui, dans son couloir, avait pour adversaire l’un des tous meilleurs joueurs de National. Moins aidé à cause d’un équilibre défaillant, contrairement à Orléans, il a eu du mal à contenir les vagues mais se rattrape avec un but essentiel juste avant la mi-temps ! Remplacé à la 76e par Fofana, afin de souffler un peu et de mieux contenir les assauts répétés, même si Dijon a tout de même subi dans le dernier quart d’heure.

nn

Cissé (6,5) : difficile de juger ce que valait notre jeune défenseur central sur cette rencontre précise, lui qui a été l’auteur de grosses boulettes et maladresses mais aussi d’interventions majeures. Le tout en distillant souvent de bons ballons, comme son compère en défense. Au final, le faible nombre de buts concédés joue en sa faveur.

nn

Temanfo (6,7) : un peu moins serein qu’à son habitude contre des attaquants au-dessus de la moyenne en National, c’est dans son jeu au pied qu’Arnold Temanfo s’est le mieux exprimé hier soir. On a vraiment apprécié ses relances pleines de sérénité pour passer un premier rideau qui a souvent été pris à défaut. Il faut le souligner, Dijon n’a presque pas perdu le ballon dans ses trente mètres et il y est pour beaucoup.

nn

Makutungu (7,8) : tout bonnement le meilleur match du latéral sous nos couleurs ! Souvent pressé et acculé, Cédric a été un roc et a même mis sur orbite ses partenaires plus d’une fois, rendant la vie impossible à ses opposants du côté gauche. Comme quoi, il n’y a pas besoin d’être un grand dribbleur pour savoir faire de nombreuses différences !

nn

Chahid (6,7) : en relayeur devant la défense, le numéro 17 a été d’une grande aide sur les quelques actions dangereuses menées par le DFCO. On est en droit d’en attendre encore plus de sa part, mais contre le meilleur adversaire qu’il ait pu affronter dans sa jeune carrière, on peut affirmer qu’il s’en est très bien sorti.

nn

Souici (8,2) : l’un des meilleurs milieux du National a encore frappé ! Prouvant un fois de plus qu’on pouvait compter sur lui, le premier buteur de la partie a souvent amené le danger, bien loin du rôle défensif qu’on pourrait naïvement lui attribuer étant donné son passé, plus en retrait. Dans les duels, le pressing mais aussi les combinaisons offensives, il est devenu un rouage essentiel de l’équipe ces derniers temps.

nn

Soumaré (6,2) : un cran en dessous de son acolyte, Bryan Soumaré s’est visiblement plu dans ce rôle plus reculé. À la fois présent en retrait dans la surface sur quelques actions chaudes et assez juste techniquement, il a su bien combiner sur certaines actions pour nous permettre d’investir le dernier tiers. Remplacé à la 76e par Congré pour plus de sécurité, mais qui n’a pas été très inspiré sur le but d’Anani…

nn

Fdaouch (7) : passeur décisif, une fois de plus, Zak’ porte à 7 le nombre de contributions directes aux 19 buts dijonnais cette saison. Le tout en treize matchs joués, et on ne prend même pas en compte le grand nombre de centres dangereux ou de passes données dans le bon tempo… Il réalise un grand coup sur une action d’école à la 8e minute qui facilite grandement la tâche aux Dijonnais. Remplacé à la 86e par Irié, qui n’a pas eu le temps nécessaire pour se montrer.

nn

Schur (6,3) : de l’autre côté aussi, on a un ailier qui a fini avec un passe dé’ ! Et quelle intelligence sur ce corner bien joué avec Soumaré, les deux hommes sont enfin récompensés pour leur persévérance. Pour encadrer une jeune attaque, parfois fougueuse et trop pressée, « Eska » (pour ses initiales S.K.) apporte vraiment une plus-value au groupe.

nn

Ben Fredj (5,4) : pire note de la soirée, il ne faudrait surtout pas retenir que le raté devant le but adverse et sa sortie prématurée, au contraire. Impliqué dans le mouvement dijonnais du premier but, grâce à sa feinte qui a mis le Red Star sur une fausse piste, il a été un très bon facilitateur et aurait mérité de faire lui-même des stats… Un match à l’opposé de celui réalisé par Moco, au final. Remplacé à la 66e par Nassi, qui a enfin marqué son premier but sous nos couleurs grâce à un geste « messiesque » le long de la ligne ! À un poste d’avant-centre qui n’est pas le sien, il a fait exactement ce qui était attendu de lui pour relâcher un peu de pression, et de si belle manière…

15 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *