DFCO : ces signes qui nous donnent envie d’y croire

Après la déroute à Niort, le 29 septembre dernier, nous nous étions de nouveau roulés en boule dans un coin, ânonnant les mêmes rengaines que celles déjà entonnées les années précédentes : on ne nous y reprendrait plus à supporter ce club, toujours la même chose, toujours les mêmes maux… Puis 8 matchs sans défaite ont pu nous donner du baume au cœur. Petite revue de quelques signaux qui nous donne, encore, envie d’y croire…

Meilleur buteur du DFCO en National, Zakaria Fdaouch n'est pas étranger au retour en forme de l'équipe.

Bien évidemment, nous avons continué à supporter l’équipe après ce non-match dans les Deux-Sèvres et grand bien nous en prit ! Le DFCO n’a plus perdu une seule rencontre, a marqué 21 buts et n’en a encaissé que 4. Si on se limite aux seuls matchs de championnat, c’est 10 buts marqués pour 3 encaissés et donc 11 points sur 15 possibles. Alors, que penser de la période récente ? Les supporters que nous sommes tous, échaudés par tant d’année de misère, peuvent ils réellement croire à un renouveau ? Petite revue de quelques signaux qui nous donne, encore, envie d’y croire…

nn

Un état d’esprit retrouvé sur le terrain

n

Après la victoire lors du dernier match de championnat à Orléans, on a cherché, on a fouillé dans notre mémoire. On a revu cette longue touche de Ngouyamsa, déviée de la poitrine par Baldé dans la course de Julio Tavares qui avait planté sans trembler. Puis notre équipe souffrir à 10 contre 11 (puis 10 contre 10), mais sans craquer. Dijon avait battu 1-0 le Lille d’Osimhen et de Maignan, en souffrant ensemble. Cette saison-là, coach Jobard nous avait aussi fait gagner contre le PSG, et les joueurs s’étaient dépouillés tous ensemble pour garder le score pendant toute la deuxième mi-temps.

nn

On a cherché plus près de nous et on n’a pas retrouvé trace d’un de tel match où nos joueurs faisaient preuve d’autant de caractère, savaient souffrir ensemble. Aucune performance comparable depuis le mois de janvier 2020, soit avant le début de la pandémie. Jusqu’à vendredi à Orléans, où on a retrouvé ce qui nous a tant fait défaut ces dernières années. Alors, ce n’est qu’un match de National mais justement, parmi d’autres signaux faibles, en voici un intéressant. Est-ce que le DFCO n’aurait pas, un peu, retrouvé une âme ? Il y a bien eu la parenthèse Dupraz l’an dernier, mais ce n’était pas exactement pareil, et ça s’est mal fini.

nn

Le match contre Orléans est de ces rencontres somme toute assez banales dans un championnat, mais qui en même temps font la différence : dans les points qui peuvent être importants pour le classement, et surtout dans les têtes. Celles des joueurs d’abord, mais aussi des salariés du club et des supporters. Il fait partie de ces matchs qui vous font percevoir que tout le monde tire dans le même sens et que le travail porte ses fruits.

n

Un coach avec qui construire une histoire

n

Autre signe dont nous parlions déjà il y a peu, notre entraîneur montre des qualités qui commencent être payantes. Ne tiendrait-on pas là un type avec qui bâtir quelque chose ? Il y a ce franc-parler, ce refus calme de la langue de bois, pourtant devenu la norme dans ces fonctions. Cette capacité, au fil des interviews et des conférences à identifier et pointer ce qui pose problème, non seulement sur le terrain mais aussi dans tout le club. Et cette approche sur le terrain, suffisamment pragmatique pour nous avoir sorti de l’ornière du mois de septembre, suffisamment exigeante pour qu’on revoie par moments les principes de jeu qui nous plaisaient en début de saison.

nn

Alors que l’équipe était en difficulté, inefficace offensivement, encaissait beaucoup trop de buts, il a su trouver les réajustements tactiques, remobiliser les joueurs et comprendre le traumatisme au sein du club. Benoît Tavenot, qui vit pourtant sa première vraie expérience en tant que numéro 1 après quelques mois à Borgo, est rassurant. Rassurant aussi par sa capacité à prendre les décisions, à écarter ou mettre sur le banc les joueurs qui, pourtant d’un niveau prétendument supérieur au National, ont le mental pollué par les dernières années, tel un Traoré que l’on n’a plus revu dans le groupe depuis un bon moment. Mais nous sommes certains avec ce technicien que les choses ne sont pas figées et que si les conditions sont réunies, il saura aussi quand réintégrer certains éléments au groupe et au onze de départ.

nn

Des réajustements tactiques qui produisent leur effet

n

Depuis 5 matchs de championnat, ce sont les 4 mêmes qui sont titulaires en défense. Cela correspond à un renouveau défensif flagrant. Ce quatuor (Makutungu, Temanfo, Cissé, Moco) semble avoir trouvé ses marques et les changements tactiques du coach garantissent visiblement un meilleur équilibre à l’ensemble de l’équipe, équilibre car on continue à se procurer des occasions et à marquer. L’équipe reste encore drôlement fébrile sur les phases arrêtées, au point de nous voir développer une vraie névrose à chaque corner ou coup franc sifflé contre Dijon.

nn

Toujours est-il que ce nouvel équilibre, qui s’appuie aussi sur un milieu de terrain qui domine l’entrejeu et des attaquants qui travaillent pour l’équipe, à défaut d’être tous efficaces (seul Fdaouch se montre décisif régulièrement), porte ses fruits : en prenant peu de buts, on ne perd plus, et on gagne beaucoup. Tout n’est pas parfait et on peut espérer revoir l’équipe davantage rayonner sur le plan offensif. Mais en jouant tous ensemble, les joueurs arrivent à emporter des matchs. Et c’est bien là le principal en National.

Enfin une place pour les jeunes du club !

n

Autre signal, qui nous avait outrageusement manqué lors des précédentes saisons : les jeunes du club jouent, et ils prennent à l’évidence leur part dans ce renouveau. La saison dernière, on ne comprenait pas pourquoi Chahid n’avait pas eu sa chance, lui qui avait certainement plus à donner que d’autres joueurs moins concernés par le club et son avenir. Cette année, il est une pièce maitresse de l’effectif, il se donne sans compter. Son repositionnement récent plus haut sur le terrain montre toute la palette du joueur.

nn

Mais il y a aussi Moco, qui a fait oublier à tout le monde – avec classe – qu’on aurait pu avoir des problèmes au poste de latéral droit, entre un Sagna qui a totalement perdu la confiance du coach et Traoré qui baissait la tête bien trop vite. Et récemment, on a pu aussi voir Etoga émerger, lui qui a fini sa formation chez nous. Avec Ariss et Drouhin dans une moindre mesure, tous ces jeunes ne sont-ils pas les mieux placés, au côté d’anciens comme Marié ou Sammaritano au sein du staff, pour porter les valeurs du club et défendre nos couleurs ?

nn

Un groupe qui devient attachant

n

Enfin, dernier signe, et pas des moindre : ce groupe, façonné par Tavenot, est attachant. Quelque chose est peut-être en train de se produire. Les joueurs paraissent concernés, et malgré la recomposition chaotique due au mercato de cet été, consécutif à la descente, on a le sentiment qu’un dynamique est en train de naitre, malgré quelques joueurs qui doivent sans doute vivre assez mal leur situation (Assalé, Traoré, Fofana…).

nn

On a même vu ressortir, il y a peu, le cri de guerre de nos belles années. Comme un signe que quelque chose était peut-être en train de se produire. Que retenir de tout cela ? Qu’à nouveau, notre côté optimiste l’emporte de façon irrationnelle, qu’on va bien vite déchanter ? Ou au contraire qu’un travail de fond, impulsé par le coach en place, est en train de commencer à porter ses fruits ? Qu’on peut toujours, dans un petit coin de notre tête, penser à ces « objectifs élevés » dont parlaient le coach et les joueurs ?

nn

En tous cas, ce qui est sûr c’est que les échéances à venir vont nous apporter de précieux éléments de réponse. Nous allons multiplier les oppositions sérieuses : avec la réception du Red Star, tout d’abord, puis le déplacement en coupe à QRM 15 jours plus tard mais également la réception de Sochaux en décembre. Verra-t-on notre équipe continuer à montrer une solidité défensive, une capacité à faire mal à l’adversaire et globalement le caractère vu lors des dernières sorties ? On le saura bien assez tôt.

15 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *