DFCO 2-1 Valenciennes : vendredi 13

Chanceux pour certains, malheureux pour d’autres… Le vendredi 13 a frappé fort au Parc des Sports et a offert à Dijon sa deuxième victoire en autant de matchs à domicile. Avec deux buts marqués sur un total de deux tirs cadrés et l’aide d’un jeune portier peu académique.

Le staff du DFCO fait avec les armes à sa disposition, c’est à dire sans Cheick Traoré (suspendu) ni Adama Fofana, tandis que Jacob réintègre le onze de départ au poste de n°10. De retour dans le groupe lui aussi, Daniel Congré démarre la rencontre sur le banc et regarde Touré et Coulibaly former à nouveau la paire dans l’axe. En forme sur leurs derniers matchs, Pi, Le Bihan et surtout Xande Silva enchaînent et épauleront le jeune Nassi pour sa cinquième titularisation en championnat.

LE MATCH

La partie commence sur un rythme modeste, même si de jolis mouvements sont initiés par Dijon : l’interception de Didier Ndong permet à Silva de lancer un contre dès la 2e minute. Sa tentative de trouver Jacob dans la surface est interceptée par le gardien adverse. Il faut attendre un tir Xande Silva qui fini plus près du poteau de corner que de celui du VAFC, pour que les équipes commencent à se débrider. Un coup franc excentré de Jacob, que le numéro 11 n’arrive pas à lever, n’apporte même pas le danger dans la surface valenciennoise. De l’autre côté, les visiteurs réagissent avec l’aide de Diliberto, qui frappe au-dessus des cages dijonnaises (12e).

nn

Assez vite, Mickaël Le Bihan va donner le tempo du match, avec tout d’abord un tir tenté à l’arrêt qui passe loin des cages (14e). Puis, Reynet s’interpose sur un essai très mou de Picouleau, contré par Touré après une remise de Bonnet, qui avait protégé son ballon du défenseur central sénégalais. La 18e minute est un coup dur pour le DFCO et Ahmad Ngouyamsa, blessé, qui quitte le terrain prématurément et est remplacé par Daniel Congré : le vétéran va prendre le poste de latéral droit à la surprise générale !

nn

Obligé de revenir très bas pour protéger sa surface, Walid Nassi contre Lecoeuche dans sa course et concède un corner. Ce même corner est repoussé par Zargo Touré. Xande initie la contre-attaque et va trouver Le Bihan dans le camp adverse. C’est Jacob qui hérite du ballon après une passe légèrement manquée à travers la surface, mais son tir finit au-dessus.

nn

Au tour de Rocchia d’y aller de sa tentative, bien servi par un une-deux avec Xande Silva à 25 mètres : son tir puissant passe à côté du poteau de Konaté (25e). La domination est dijonnaise, et quelques coups de pied arrêtés viennent accroître la pression sur le but des visiteurs. Un corner est obtenu par Le Bihan suite au service de Rocchia côté gauche, la frappe de MLB est contrée au dernier moment. De l’autre côté, il y a très peu de choses à signaler et même les deux premiers corners obtenus avec difficulté par VA à la 33e ne donne rien.

nn

C’est sur le troisième coup de pied de coin consécutif que les Nordistes vont faire trembler Gaston-Gérard et la barre transversale de Baptiste Reynet, alors que Nomel trouve Debuchy étrangement démarqué à deux mètres du but ! Dame chance sourit déjà au DFCO. Valenciennes revient bien dans le match et reprend des couleurs. Il faut un Zargo Touré exemplaire pour contrer la tête de Buatu sur le corner suivant (37e) .

nn

Alors que le match s’équilibre, Dijon va asséner un véritable coup de poignard à son adversaire juste avant la mi-temps. Le Bihan et Xande Silva s’échangent des passes à droite de la pelouse, mais le numéro 8 décide de revenir en arrière avec une passe qui permet à Coulibaly d’avancer dans l’espace. Rocchia est servi à gauche et centre à l’aveugle, Nassi se présente mais Hillel Konaté sort pour boxer le ballon au-dessus de sa tête. Mickaël Le Bihan reçoit alors le ballon à 18 mètres du but, contrôle de la poitrine, crochète son adversaire et marque avec beaucoup de sang froid au premier poteau, alors que le gardien et sa défense sont mal placés (1-0, 45e+1) ! L’arbitre siffle immédiatement la mi-temps, avec Dijon (pour une fois) en tête au tableau d’affichage.

Souffrance et délivrance

n

Idrissa Camara prend la place d’un Silva diminué à la pause, un événement qui semble couper les jambes des joueurs du DFCO. On croit tout d’abord à un penalty pour Valenciennes alors que Mohamed Kaba s’écroule dans la surface après une intervention de Jessy Pi, qui semble plutôt licite au ralenti. Berthomier frappe le corner suivant fort, au premier poteau, et Coulibaly sent bien le coup pour écarter le danger de la tête, vers un corner à l’opposé. Celui-ci, joué à deux, n’est pas dangereux.

nn

Mais après avoir échappé une fois à la sanction, Dijon va réellement concéder un penalty à la 48e minute, suite à une sortie très mal maîtrisée de Reynet qui donne un coup de coude à ce même Kaba. Jason Berthomier frappe fort et envoie Reynet du mauvais côté pour égaliser (1-1, 50e). Dijon tente de revenir grâce à Camara, servi par Nassi, et par Le Bihan qui tire de loin (51e), sans succès.

nn

Nassi fait du bien aux offensives dijonnaises, mais pas autant qu’un Le Bihan en grande forme et qui permet à Dijon d’accélérer par moments. Jacob et Rocchia s’interposent lors des rares fois que Valenciennes contre-attaque. C’est d’ailleurs Valentin Jacob, à bout de souffle, qui obtient un corner à la 61e mais ne peut le convertir en but. Une minute plus tard, le centre de Congré revient sur Jacob après la tête de Linguet mais son tir excentré file juste au-dessus de la barre transversale.

nn

S’il est bien défenseur central, Debuchy crée du danger et casse deux lignes pour servir son milieu de terrain dans l’intervalle. Boutoutaou centre alors vers Bonnet sans succès mais Diliberto reprend de volée après deux rebonds dans la surface : Rocchia gêne suffisamment le jeune valenciennois pour lui faire manquer le cadre. Soumaré remplace Nassi à la 70e minute et plus le match avance, plus Le Bihan recule en cédant sa place à Camara sur le front de l’attaque. Tantôt en n°10, tantôt ailier ou relayeur, MLB est très libre dans son placement.

Bryan Soumaré lance un contre mais sa passe transversale pour Jacob dans les 30 derniers mètres est interceptée par Linguet. Les approximations techniques sont nombreuses et la fin de match peut basculer d’un côté comme de l’autre. Mais dans la foulée, Valentin Jacob va bien lancer un coéquipier dans la profondeur : sans solution, Idrissa Camara se voit contraint de frapper au but malgré le repli du défenseur et la bonne position du gardien. Mais cela ne change rien puisqu’Hillel Konaté laisse filer le ballon sous sa main et est impuissant quand il roule derrière la ligne de but (2-1, 75e). Le buteur n’y croit même pas lui-même !

nn

Pour la deuxième fois, Dijon marque avec un petit coup de pouce du destin mais peut au moins se féliciter de sa combativité. Zargo Touré défend bien son but même s’il donne un corner à l’adversaire : la tête qui en résulte est trop molle et bien trop haute pour inquiéter le DFCO. Stéphane Mangione procède à son quatrième et dernier changement du match en faisant entrer Loum Tchaouna à la place d’un Jacob qui aura beaucoup couru, à la 80e minute.

nn

Les visiteurs, en manque d’inspiration et fatigués après leurs troisième match en 7 jours, n’ont plus les ressources pour insister davantage et égaliser à nouveau. Didier Ndong déborde même sur le côté gauche et cherche sans doute Tchaouna qui arrive au point de penalty, mais Idrissa Camara est sur la trajectoire. Le buteur croit obtenir un corner, qui aurait dû être accordé mais l’arbitre donne plutôt un renvoi aux six mètres. De l’autre côté, Quentin Lecoeuche est trouvé mais le pressing de Congré le force à frapper sans contrôle et à rater le cadre.

nn

Très juste pendant toute la partie, Jessy Pi subtilise le ballon à Diliberto et permet à Dijon de partir en contre. Tchaouna s’enferme tout seul et ne sert pas Camara, préférant gagner du temps au poteau de corner. Les longs ballons de VA n’aboutissent pas et Dijon remporte son deuxième match depuis la reprise du championnat !

nn

Un succès qui a eu du mal à venir et que Dijon doit à deux erreurs du jeune gardien de but adverse, qui a pris récemment la relève d’un Larsonneur parti quelques jours plus tôt à Saint-Étienne. Mais dans les intentions, dans certains mouvements ponctuels, nous avons vu un Dijon plus intéressant et entreprenant qui peut nous laisser espérer une deuxième partie de saison plus réussie.

LES NOTES

L’Homme du match : Mickaël Le Bihan (7,3)

Monsieur Le Bihan ne mérite peut-être pas encore une statue devant le Parc des Sports, mais son courage et son sens du but peuvent le placer, s’il continue à ce rythme, parmi les meilleurs attaquants passés à Dijon. A la Wayne Rooney, l’avant-centre était finalement positionné partout et nulle part sur le terrain mais une chose est sûre, il n’a pas attendu sagement au point de penalty d’être servi. Quelle activité, que de beaux gestes vers l’avant ! Il confirme son statut d’irremplaçable et nous le regretterons beaucoup contre Bordeaux, lorsqu’il sera suspendu…

nn

Reynet (3,6) : fautif sur le but valenciennois qui relance tout le suspens dans une partie plutôt maîtrisée avant cela, le gardien de but ne doit pas baisser les bras et retomber dans ses travers.

nn

Ngouyamsa (non noté) : Très vite blessé, le jeune camerounais avait entamé le match de manière cohérente et n’était jamais débordé. Remplacé à la 18e par Congré (3,8), a un poste qui n’est pas du tout le sien. Trop lent pour y être aligné, il a souffert à cause des carences de l’effectif (Fofana étant blessé et Traoré étant blessé) au poste de latéral droit. Un défaut qui pourrait bientôt être réglé par une arrivée.

nn

Touré (5,6) : match consistant de la part du défenseur central, qui confirme que quand il est prêt et qu’il enchaîne quelques rencontres, on peut clairement compter sur lui et ses qualités dans les airs et les duels.

nn

Coulibaly (6,8) : désireux de se rattraper après son erreur qui a coûté un but en semaine, Senou a été magistral dans son rôle de premier déclencheur. En prenant bien les espaces laissés par une équipe un peu attentiste et en prenant des initiatives, le Malien s’est imposé dans le jeu et a ouvert des brèches pour ses coéquipiers. Continue comme ça !

nn

Rocchia (5,2) : auteur de bonnes courses dans l’espace libre et de quelques dédoublements intéressants, le Marseillais a rappelé à Dijon en l’espace de deux matchs ce qu’était un arrière gauche digne de ce nom. Il semblait clairement à court de jus en deuxième mi-temps mais a tenu son rang.

nn

Pi (6,3) : qu’est ce que Jessy Pi a pu manger pour autant changer de dimension ces derniers temps ? La confiance accordée par Omar Daf rejaillit de très belle manière chez le numéro 25 qui s’affirme comme la rampe de lancement principale du DFCO à partir du milieu de terrain. Une renaissance à laquelle on ne s’attendait pas.

nn

Ndong (5,6) : le DFCO doit son équilibre et le peu d’occasions concédées au fait que le VAFC était médiocre mais également à un milieu de terrain relayeur et récupérateur inspiré, Didier Ndong. Comme à Paris, on a bien vu qu’on ne pouvait pas se passer de lui bien longtemps.

nn

Nassi (5) : pour un garçon qui découvre encore le niveau professionnel et la Ligue 2, nous avons bien aimé les initiatives prises par l’ailier droit. Même s’il a eu assez peu de réussite, son activité et ses retours défensifs sont un paramètre majeur à prendre en compte dans la victoire puisqu’il revenait à chaque fois fermer la porte dans le dos de Congré. Remplacé à la 70e par Soumaré, peu en vue et pas vraiment décisif.

nn

Jacob (4,2) : quelques coups de pied arrêtés ratés mais beaucoup d’activité pour compenser un manque de réussite technique qui a posé problème au DFCO dans le dernier tiers du terrain. Sa hargne mérite d’être soulignée. Récompensé par une passe décisive improbable quelques minutes avant de sortir, remplacé à la 80e par Tchaouna, qui a fait ce que l’on attendait de lui à ce moment-là du match.

nn

Xande Silva (3,9) : en dessous du reste des offensifs cette fois-ci, on ne niera pas que sa volonté et sa présence dans la surface sont toujours un danger. Il n’a eu que 45 minutes pour s’exprimer, touché à une cuisse et contraint de sortir pour Camara (4,1), qui est loin de signer son meilleur match sous les couleurs dijonnaises mais a eu le mérite de pousser l’adversaire à la faute. Un premier but appréciable pour l’un des attaquants les plus malchanceux de Ligue 2 cette saison.

n

MOYENNE : 5,1.

25 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *