Paris FC 2-1 DFCO : désabusés

Encore trop naïfs et fébriles, les Dijonnais offrent les trois points de la victoire au PFC dans un match équilibré et peu mouvementé. L’expulsion de Cheick Traoré dans les derniers instants a précipité le DFCO vers un nouveau revers.

Beaucoup de changements sont effectués par l’entraîneur de Dijon pour ce déplacement de la 18e journée, à commencer par l’introduction de Marié et de Thioune dans un milieu à trois dont Ndong est absent. Tchaouna débute la rencontre, tout comme Coulibaly, alors que Rocchia revient de blessure et est titularisé au poste d’arrière gauche.

LE MATCH

Le coup d’envoi est donné sur un terrain compliqué, qui voit les matchs s’enchaîner et qui empire semaine après semaine. Grâce à un bon une-deux joué avec Loum Tchaouna, Cheick Traoré peut accélérer et s’infiltrer au cœur de la défense adverse. Il perd le ballon mais presse bien le défenseur parisien avec Le Bihan avant de servir Xande Silva dans l’intervalle, dont la frappe gênée par une grosse motte de terre s’envole bien au-dessus des cages adverses. Cette occasion manquée à la 3e minute, Dijon s’en mordra les doigts. Le jeu est poussif et la pelouse se dégrade à vitesse grand V, les imprécisions techniques s’enchaînent aussi, à l’image de cette passe en profondeur de Silva vers Tchaouna qui file dans son dos en sortie de but (9e), tout comme celle de Rocchia, trop puissante pour le portugais (11e).

nn

C’est finalement le Paris FC qui va se permettre d’ouvrir le score sur sa première véritable occasion : Guilavogui contrôle bien le ballon en se retournant dans le sens du jeu et ouvre complètement la défense dijonnaise grâce à l’appel de Lopez. Gory est trouvé et Rocchia est en retard sur l’ailier, qui peut centrer vers un Jonathan Iglesias complètement seul au premier poteau. Senou Coulibaly s’interpose entre la frappe et le but mais ne fait que renvoyer le ballon avec sa poitrine sur le milieu de terrain, qui frappe à nouveau et ne se fait pas prier pour tromper Reynet (1-0, 11e).

nn

Le premier corner dijonnais, tiré à la 15e minute, ne donne rien et Dijon reste toujours approximatif dans le jeu mais a le mérite de tenter de jouer vers l’avant, comme l’illustre cette passe de Traoré vers Xande Silva interceptée par Demarconnay. Malheureusement la maîtrise technique n’y est pas pour Dijon, qui se fait même peur et s’en remet à Coulibaly pour dégager le centre de Guilavogui juste devant le but de Reynet (17e). Le coup franc de Bernauer est quant à lui repoussé sans avoir pu apporter le danger espéré. Dans la même minute, les deux gardiens captent un centre inoffensif, signe que les joueurs de côté ont du mal à ajuster leurs tentatives.

nn

Plein de sang froid sur une pelouse délicate, Coulibaly ne se jette pas sur l’incursion de Guilavogui dans la surface. L’attaquant glisse sur une flaque mais n’obtient logiquement pas de penalty (23e). Le défenseur central oriente le jeu à gauche, où tout passe par des Xande Silva et Christopher Rocchia entreprenants. Mais comme depuis le début de la partie, ce sont les Dijonnais qui sont les plus dangereux pour eux mêmes, à l’image de ce ballon totalement oublié par le milieu de terrain après une déviation de Guilavogui vers Lopez : Coulibaly est encore une fois mis à contribution pour contrer la frappe et Reynet récupère le ballon tranquillement.

nn

Les passes vers Le Bihan n’aboutissent que trop rarement, mais le danger est immédiat lorsque c’est le cas. L’avant-centre glisse le ballon dans la surface à Tchaouna, qui est rattrapé et ne peut obtenir qu’un corner (27e). Le jeune rennais s’en charge et cible le deuxième poteau mais c’est trop haut et le gardien s’en saisit sans problème.

Bernauer est omniprésent et dicte le tempo du match côté parisien. Celui-ci trouve Iglesias dans un milieu à nouveau déserté et le numéro 10 joue en une touche dans l’appel de Lopez (31e), qui se retrouve seul en angle fermé face à Baptiste Reynet. Le gardien, au nombre record d’apparitions sous le maillot de Dijon, se couche vite sur la frappe au sol et la dévie du bout des doigts en corner ! Dijon s’en sort avec difficulté.

nn

Sur le côté droit de l’attaque dijonnaise, on retrouve Tchaouna et Silva qui effectuent un pressing intense et récupèrent le ballon dans les pieds de Hadjam. Marié hérite du ballon et sert Le Bihan, qui a encore tout à faire pour se débarrasser de deux Parisiens avant de frapper de loin, mais la balle est contrée par Bernauer ! Frappé au premier poteau par Tchaouna, le corner est coupé par Jessy Pi mais sa tentative échoue dans le petit filet (34e).

nn

Avec un milieu aux abonnés absents, c’est la charnière centrale qui doit tout faire et nettoyer les ballons qui traînent, à l’image de l’intervention de Zargo Touré (36e). Tchaouna tente une nouvelle fois d’amener le danger avec un coup franc vers le point de penalty, puis deux corners consécutifs qui ne sont pas convertis, même si la reprise de volée de Traoré à l’entrée de la surface était audacieuse. La mi-temps est sifflée cinq minutes plus tard, alors que les acteurs commencent à tirer la langue.

n

Le Loup dans la bergerie

Le retour de la pause est accompagné d’un visage radicalement différent de la part de Dijon, qui devient plus entreprenant qu’en première période. Dès la 48e minute, Rocchia joue une touche avec Xande Silva et lui permet d’éliminer le défenseur latéral, isolé contre les deux dijonnais. La passe en retrait de l’ailier est reprise par Soumaré dans la surface , entré en jeu au même moment que Didier Ndong à la place de Marié et de Thioune, mais son tir est contré de justesse par Bernauer, encore.

nn

Si certaines imprécisions sont toujours à déplorer, l’entrée de Soumaré fait du bien au DFCO qui joue plus dans le sens du but adverse. Le numéro 28 trouve Le Bihan dans la surface, toujours sous bonne escorte, qui remet en retrait vers l’expéditeur mais Paris peut dégager. Zargo Touré écarte le danger sur l’une des rares percées du PFC dans sa surface et contribue à la maîtrise de son équipe. Mais les occasions tardent tout de même à venir et le score reste favorable à l’équipe de la capitale, qui obtient quelques coups francs et corners avant l’heure de jeu. Celui de Bernauer laisse passer un frisson dans la défense avant que Zargo Touré ne débloque enfin les Bourguignons.

nn

Installé dans le camp adverse depuis quelques minutes et à l’arrêt sur sa prise de balle, le défenseur central fait la différence en accélérant entre deux adversaires avec agilité avant de servir Xande Silva, qui se sert des appels dans la surface pour frapper fort au premier poteau sans être trop gêné. Le ballon finit au fond des filets (1-1, 62e) ! Un but mérité sur l’ensemble de la partie, même si les véritables occasions se font rares. L’ancien de Forest marque ici son cinquième but de la saison, le troisième en autant de matchs.

Nassi entre immédiatement après l’égalisation à la place de Tchaouna et le DFCO repart de l’avant quelques instants après une interruption du jeu, suite à un coup encaissé par Coulibaly. Dans un rôle de meneur et toujours plus bas sur le terrain, MLB adresse une passe à Traoré côté droit, qui ne peut obtenir qu’un corner. Motivé pour aller chercher le but de la victoire, Le Bihan se rend coupable d’une légère faute près du rond central alors qu’il pressait un adversaire.

nn

Auteur d’un bon match, Guilavogui essaye à deux reprises de servir un coéquipier depuis l’aile droite mais ses tentatives successives sont repoussées par la défense, Ndong dégage. Le Bihan contrôle le ballon pour lancer Xande Silva dans un 1vs2 avec Bernauer et Lefort. Le Portugais efface le second mais ne peut battre le premier et est contraint de passer le ballon à Walid Nassi, qui déboule et frappe fort sur Demarconnay. Le portier pare le ballon grâce à ses réflexes (70e) ! C’était là l’occasion de prendre l’avantage que Dijon regrettera amèrement par la suite.

nn

Enhardi par son but et cette grosse occasion, Silva frappe de loin mais rate complètement le cadre (71e). Dans l’autre surface, Reynet semble se blesser aux adducteurs sur une sortie assez anodine devant un joueur du PFC. Les centres sont bien défendus et les frappes de Lasne (75e) et de Guilavogui (78e) sont soit hors cadre, soit déviées par Reynet.

nn

Ngouyamsa entre dans le dernier quart d’heure à la place d’un Rocchia qui a beaucoup joué pour un retour de blessure. Le défenseur latéral est presque trouvé par Silva sur une passe dans la surface un peu trop appuyée, juste après son entrée. Mais la dynamique du match a clairement tourné en la faveur du PFC. Xande Silva, meilleur dijonnais une fois de plus, cède sa place à Idrissa Camara. L’attaquant tente une frappe lointaine qui est contré et profite à Paris, qui se projette vite vers l’avant. Paul Lasne est alors fauché par Cheick Traoré, maladroit, qui écope d’un carton rouge immédiatement (85e) !

nn

A 10, les Dijonnais réduisent encore leurs chances d’aller chercher le but de la victoire et s’exposent à un deuxième but adverse. Le tir de Chahiri n’inquiète pas Reynet (88e) mais sert d’avertissement au DFCO, qui a déjà perdu une telle rencontre dans les arrêts de jeu. Un avertissement qui n’est malheureusement pas écouté par les Dijonnais… Camara semble faire faute sur Kebbal dans la surface mais laisse le jeu se poursuivre. Le jeu est hâché, brouillon et pauvre mais comme à son habitude, Dijon se déconcentre dans les derniers instants. L’arbitre de touche désigne le poteau de corner alors que Ngouyamsa et son entraîneur réclament une sortie de but. La suite, vous la connaissez déjà.

nn

Kebbal frappe le coup de pied arrêté, Baptiste Reynet boxe des deux poings le ballon mais Lefort redirige le ballon vers le but. Le gardien est battu et suppléé par Le Bihan, qui ne peut que repousser sur sa ligne et laisser Loup Diwan Guého, tout juste entré en jeu, marquer dans un but déserté (2-1, 90e+3). Omar Daf est alors expulsé pour être sorti de sa zone technique afin de se plaindre auprès du juge de touche et, plutôt que de contourner le terrain, le traverse afin de rejoindre les vestiaires… Comme un aveu d’impuissance, faisant perdre de longues secondes aux Dijonnais à qui il ne restait de toutes façons qu’une minute pour tenter d’égaliser.

nn

Ce nouveau revers dans les derniers instants montre encore une fois toutes les limites de cette équipe dijonnaise sur le plan mental, qui encaisse à nouveau sur deux erreurs individuelles dans des moments cruciaux. Cela commence à faire beaucoup, et nous ne sommes même pas à la moitié du parcours… Une trajectoire de futur relégué.

LES NOTES

L’Homme du match : Xande Silva (6,8)

Timide ou maladroit par moments, l’ailier du DFCO reste sans contestation possible son meilleur joueur et le plus décisif sur les dernières sorties. La frappe pleine d’audace sur son but représente à elle seule la classe d’un joueur qui surnage clairement dans cette équipe. Sa sortie prématurée sonnait presque comme une capitulation, même s’il boîtait et qu’il avait besoin de se reposer avant vendredi. Remplacé à la 81e par Camara, qui a fait des mauvais choix et été très brouillon.

nn

Reynet (4,8) : alors qu’il était très intéressant et décisif pendant toute la partie, il est difficile de ne pas lui reconnaître une erreur sur le but de Guého… Une petite boulette qui se paye cash.

nn

Traoré (3,2) : auteur d’un match très correct jusqu’au carton rouge qui, avec certains arbitres, n’aurait pas été donné, Traoré a malheureusement raté son geste au pire des moments. Comme souvent, son implication sur les actions offensives est très importantes même s’il est rarement décisif lui même.

nn

Touré (5) : parfois un peu plus laxiste qu’à son habitude, Zargo Touré a tout de même livré une copie propre avec une passe décisive Amalfitanesque dans le cœur du jeu.

nn

Coulibaly (3,4) : avec Senou, c’est vraiment tout ou rien ! Très bon contre Laval, il a raté son intervention dans le premier quart d’heure et offert ce but sur un plateau à Iglesias. Très sérieux par la suite et autoritaire, mais plus souvent à réaction que dans l’anticipation. C’est dommage.

nn

Rocchia (4,2) : nous avons pu voir quelques bonnes percées balle au pied du latéral gauche pour son retour dans l’équipe. Malheureusement, il semblait déjà à plat après la 50e, certainement à cause du manque de rythme. Remplacé à la 76e par Ngouyamsa pour le faire souffler, le jeune Camerounais a été un peu naïf pendant ces quelques minutes dominées par le PFC.

nn

Thioune (2,6) : match extrêmement difficile pour le milieu de terrain, qui n’était nulle part sur les phases défensives alors que l’on connait ses qualités de récupérateurs. Remplacé à la mi-temps par Ndong (4), qui a tout de suite fait un meilleur travail dans la relance avec un sang froid appréciable, même si c’était encore un cran en dessous de son meilleur niveau.

nn

Marié (2,2) : de retour lui aussi dans le onze de départ, Jordan Marié n’a pas vraiment gagné de points. La faute a un manque d’inspiration mais surtout à un système très mal étudié, dans lequel il courait dans le vide. Remplacé à la mi-temps par Soumaré (3,6), qui a par moments créé des décalages ou amené le surnombre. Mais bien trop rarement.

nn

Pi (4,4) : dans la veine de ses dernières titularisations, l’ancien caennais commence à cimenter sa position dans le cœur du jeu de Dijon, même si on aimerait encore plus de prises d’initiative de sa part.

nn

Tchaouna (3,8) : peu en réussite dans le jeu, il n’a pas été suffisamment recherché par ses partenaires sur des ballons en profondeur alors que c’est clairement dans ce domaine qu’il excelle. Beaucoup de coups de pied arrêtés qui n’ont pas trouvé preneur… Remplacé à la 63e par Nassi, qui a au moins eu le mérite d’être au bon endroit pour frapper après le rush de Silva. La réussite finira par arriver en persévérant.

nn

Le Bihan (5) : isolé, mal servi, toujours pris en étau par des joueurs qui veillaient au grain… Alors que vents et marées étaient contre lui, MLB a réussi à faire un match de football très correct. Une prestation qu’il n’aurait pas su réaliser avant la remise en question de cet été. Quelques différences individuelles faites, mais surtout un rôle plus reculé de faux 9 qui lui va bien, puisqu’il n’a plus vraiment les qualités athlétiques pour passer dans le dos de la défense.

n

MOYENNE : 4,1.

12 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *