QRM 2-2 DFCO : Ahlinvi, à la mort

Mal embarqués dans leur deuxième rencontre avec Dijon, Pascal Dupraz et son staff ont su trouver les mots pour inverser la situation en début de deuxième période avant qu’un penalty litigieux ne les empêche de ramener les trois points de Normandie.

Un seul changement est effectué dans le onze de départ du nouveau coach dijonnais par rapport à son premier math : c’est Valentin Jacob qui retourne sur le banc de touche tandis que Bryan Soumaré occupe ce poste de numéro 10. Parmi les remplaçants, les options sont très limitées pour changer les défenseurs latéraux, mais Marley Aké se refait une place dans le groupe professionnel.

LE MATCH

Nous attendions et espérions du changement de la part du Dijon FCO, en termes d’ambition et de visage affiché à l’extérieur, avec l’arrivée d’un nouveau technicien à la tête de cette équipe en perdition (pire club de Ligue 2 hors de ses bases en 2022-2023). Et malheureusement, nous n’en avons pas vu dans les premières minutes de ce match à Quevilly-Rouen ! Les dix premières sont presque entièrement normandes, avec notamment une fébrilité classique de la part des Bourguignons sur coups de pied arrêtés et sur des centres, qu’Andrew Jung ne peut heureusement pas reprendre victorieusement (3e).

nn

Réaliste, Dupraz déclarera après la rencontre qu’il a commis des erreurs dans la préparation de ce match et qu’il doit encore se remettre dans le bain : « En première mi-temps je n’ai pas insufflé ce que je voulais insuffler. Il faut vite que je me reprenne » (source France Bleu Bourgogne). Un discours qui, s’il n’est pas des plus rassurants, tranche radicalement avec celui de son prédécesseur, qui ne se remettait que peu en question publiquement.

nn

Heureusement, cette fois les Dijonnais ne sont pas les seuls à voir leurs cages menacées par des coups francs et corners. D’abord sur une combinaison préparée (12e), puis sur un tir puissant et bien placé de Le Bihan (23e) que le gardien quevillais arrête somptueusement pour dégoûter les supporters du DFCO. Dijon est globalement bien revenu dans la partie, mais ses attaquants ne se trouvent que trop difficilement dans les 30 derniers mètres du terrain.

nn

Reynet aussi doit être très vigilant pour ne pas concéder de but trop tôt. Certaines frappes, comme celle à la 18e, sont bien sorties par le portier qui ne peut toutefois rien faire sur l’action de l’ouverture du score. Profitant de sa vitesse et d’un contre très favorable, Issa Soumaré (l’un des tous meilleurs dribbleurs de Ligue 2) laisse Paul Joly et Zargo Touré sur place avant de centrer devant le but pour Mamady Bangré, qui s’est fait oublier derrière Rocchia alors que Congré est trop lent pour intervenir (1-0, 42e). A différents degrés, toute la défense dijonnaise est fautive et se fait prendre à revers sur une action qui ne part de presque rien.

nn

Après un tir de loin de Sangaré, capté par Reynet, les deux équipes rentrent aux vestiaires. Avec beaucoup de cartons jaunes récoltés pour de nombreuses fautes commises par des Quevillais qui semblent bien décidés à ne laisser aucun espace à nos joueurs créatifs.

n

Volte-face et héros surprise

Mais comme lors du match contre Rodez, la première mi-temps du DFCO était la pire. Et les joueurs vont vite le faire savoir, avec une égalisation très tôt grâce à un éclair de génie de Mattéo Ahlinvi, qui voit une fenêtre de tir suite au décalage de Le Bihan qui attire plusieurs défenseurs sur lui. Le jeune milieu de terrain ne se fait pas prier et allume le portier adverse avec une frappe enroulée qui se loge en pleine lucarne (1-1, 50e) ! Mais ce n’est pas tout puisque le passeur décisif va très vite devenir buteur à son tour, après un tir de Tchaouna sur son mauvais pied qui passe au-dessus.

Suite à une combinaison un peu ratée qui est également très mal défendue, Mickaël Le Bihan n’abandonne pas le pressing et vient se régaler au deuxième poteau quand Nicolas Lemaître se rate et dévie la trajectoire du ballon dans sa course (1-2, 53e) ! Opportuniste mais aussi très intelligent sur le coup, l’avant centre a pu profiter des appels de Tchaouna et de Soumaré, qui ont mis la pagaille dans la défense adverse sur une phase de transition.

nn

Le score est complètement renversé avant l’heure de jeu et les hommes de Pascal Dupraz n’ont pas abandonné après l’ouverture du score ! Un scénario qui a trop peu souvent eu lieu cette saison, l’équipe ayant tendance à rapidement baisser les bras. Tchaouna semble avoir lui aussi repris du poil de la bête et place un coup franc au ras du poteau de Lemaître, à nouveau irréprochable dans cet exercice.

nn

Dijon maîtrise mieux les débats et ne laisse que des miettes à son adversaire, qui n’a plus vu sa surface depuis une demi heure. Mais il suffit d’une fois, d’un défenseur maladroit (Rocchia) et d’un arbitre très généreux (Rémi Landry) pour que tous les efforts de l’équipe soient anéantis : suivant les directives de son collègue sur la ligne de touche, l’arbitre offre un penalty pour un minuscule contact entre la main du latéral gauche de Dijon et celle d’Issa Soumaré (encore lui) qui s’effondre malicieusement… La sentence est transformée par Louis Mafouta (2-2, 76e). C’est là le neuvième penalty concédé par le DFCO en seulement 31 matchs de Ligue 2, sept d’entre eux ont été convertis en buts.

nn

Conscients du fait qu’on leur vole sans doute deux points avec cette décision surprenante, les joueurs du DFCO repartent à l’attaque après la sortie de Christopher Rocchia, dont la colère est compréhensible mais le comportement inadmissible. Pascal Dupraz décide de le remplacer par Coulibaly et de faire passer Joly à gauche. Peu de situations se terminent par une frappe mais on sent beaucoup d’envie de la part des deux équipes d’aller chercher un troisième et ultime but. A l’image d’un Le Bihan qui récupère tout seul le ballon, se fraye un chemin vers les cages adverses en éliminant un défenseur puis frappe fort mais ne trouve que la barre transversale… avant d’être signalé hors-jeu pour absolument aucune raison, si ce n’est prouver l’incompétence de l’arbitre du soir.

nn

Les coups francs se multiplient pour Dijon mais sont moins bien tirés que les précédents, avec la fatigue et le manque de lucidité qui s’accumulent. L’homme au sifflet sort la mitraillette à cartons alors que les derniers changements sont opérés, peu de temps après une petite bagarre entre Ousseynou Thioune et un attaquant adverse. C’est finalement QRM qui se procure la dernière opportunité de la partie avec un Issa Soumaré qui a fait beaucoup d’efforts, qui rate le cadre lorsqu’il est trouvé en contre, en seulement deux passes.

nn

Dijon évite de peu le K.O. et s’en sort avec un point, qui sera probablement crucial au moment de faire les comptes en fin de saison. Mais les Dijonnais regretteront de ne pas avoir marqué encore plus de buts et gagné cette partie à leur portée, surtout quand Valenciennes et Niort se neutralisent, que Laval et Nîmes perdent encore un match… Il y avait de quoi revenir à deux points du premier non relégable ! Prochain rendez-vous : DFCO-Bastia, un match pour lequel les Rouges auront fort à faire pour battre une équipe qui s’est relancée dans la course à la montée.

n

@No_Vak

n

LES NOTES

L’Homme du Match : Mickaël Le Bihan (6,6)

Un 10e but, une barre, plusieurs grosses situations… MLB aurait mérité davantage de réussite vu sa débauche d’énergie mais il rend encore une très bonne copie. Si le DFCO réussissait le miracle de se maintenir, il y serait pour beaucoup. Dans le cas contraire, il serait l’un des rares à pouvoir garder la tête haute.

Reynet (5,2) : abandonné par sa défense sur le 1e but, un penalty parfaitement tiré sur le second… Un match correct de sa part mais deux pions dans la musette quand même. Plutôt frustrant.

nn

Joly (5,3) : une première mi-temps cataclysmique, sa pire depuis son arrivée au DFCO, et un rôle majeur dans l’ouverture du score concédée. Beaucoup mieux après la pause, avec pas mal de bonnes interventions défensives et un apport offensif intéressant.

nn

Congré (4,7) : un match sans fioriture mais efficace. D’une lenteur abyssale sur l’ouverture du score mais on peut guère le lui reprocher. Pour le reste, il a rendu une copie sérieuse, avec notamment une bonne efficacité dans le domaine aérien.

nn

Touré (4,8) : responsable sur le 1e but de QRM, il s’est toutefois rattrapé en livrant au global une partie solide, se permettant même quelques audaces à la relance.

nn

Rocchia (3) : partie quelconque mais sans trop de fausses notes jusqu’à cette erreur de débutant qui provoque un penalty. Certes, il n’y a pas grand chose et Issa Soumaré joue bien le coup. Proche du pétage de plomb, il est sorti par Dupraz à la 80e et remplacé par Coulibaly. Qui a joué arrière droit. On n’avait pas trop le choix. Mais c’était pas beau.

nn

Thioune (4) : toujours aussi limité techniquement, il s’est montré très fébrile en 1e période avant de se remettre peu à peu dans le sens du match. Une deuxième période de meilleure facture, comme tout le monde.

nn

Ahlinvi (6,4) : un début de match moyen mais correct et puis… l’étincelle. Le magie. Un boulet de canon venu de nulle part. Mais c’est quoi ce poulet ? De quoi faire vibrer tous les supporters dijonnais et le récompenser de ces bonnes prestations depuis plusieurs semaines. Remplacé par Marié pour les dernières minutes.

nn

Tchaouna (5,7) : il est clairement transfiguré depuis l’arrivée de Dupraz. Dans la lignée de son bon match contre Rodez, il a été de nouveau auteur d’une solide prestation. Il a énormément pesé sur la défense de QRM, tant par ses appels que par son jeu balle au pied. Il n’aura manqué qu’un but ou une passe décisive, ça aurait été mérité. Remplacé par Nassi à la 91e, peu visible sur ses quelques minutes de jeu.

nn

Soumaré (5,1) : pas mal d’erreurs techniques mais aussi beaucoup de fautes provoquées, quelques bons relais en une touche et un positionnement maîtrisé qu’il lui a permis de toucher de nombreux ballons. Un match correct. Remplacé par Pi à la 69e, dont l’apport a été loin d’être évident.

n

nXande Silva (2,6) : en 9 mois avec Daf, il est passé de facteur X imprévisible et frissonnant à un Dylan Bahamboula sous Prozac. Et si Pascal Dupraz a semble-t-il réussi à réveiller quelque peu les Dijonnais, il n’a pas encore trouvé la solution pour remettre le Portugais à l’endroit. Remplacé à la 69e par Aké, moins décevant que lors de ces précédentes apparitions. Bon dans le pressing, sans être plus convaincant que cela, il a tout de l’erreur de casting.

n

@Gus21

MOYENNE : 4,8

16 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *