Nîmes 1-2 DFCO : c’est un beau roman

… c’est une belle histoire ! Si Dijon avait dû écrire ce scénario de fin de saison en Ligue 2, il n’aurait pas fait mieux ! Parfois, le destin est cruel, farceur ou démentiel. La chance et la réussite ont cette fois souri au DFCO ce samedi soir et lui permettent de rentrer de Nîmes avec trois points ainsi que de sortir de la zone de relégation à deux journées de la fin.

Demi surprise à une heure du coup d’envoi : Bryan Soumaré est bien là parmi les onze titulaires, dans la même disposition que lors du dernier match du DFCO (un 4-2-3-1 classique, avec Thioune et Ahlinvi au milieu). Senou Coulibaly est bien sur le banc de Dijon mais nous apprendrons plus tard que le malheureux défenseur de Dijon a perdu son père dans la journée. L’équipe du Dijon Show lui apporte tout son soutien et lui présente ses condoléances.

LE MATCH

C’est le DFCO qui donne le coup d’envoi sur la pelouse des Antonins, mais les Nîmois sont les plus inspirés et s’offrent une énorme double occasion dès la 2e, avec Saïd et Vargas à la frappe et Reynet pour une double parade importantissime (2e). Au départ, c’était Lys Mousset qui avait mis à mal la défense dijonnaise avec un petit pont sur Daniel Congré. Quasiment condamnés à la relégation, les Nîmois ne manifestent aucune résignation et dominent nettement les 5 premières minutes.n

n

Le DFCO parvient à remettre relativement le pied sur le ballon après cette entame clairement à l’avantage des locaux et se projette davantage vers l’avant, comme Fofana dont le centre trouve la tête de Silva, qui passe au-dessus. Après plusieurs situations manquant de tranchant, les Dijonnais obtiennent un bon coup-franc à l’entrée de la surface suite à une faute sur Xande Silva, qui met trois minutes à se relever. Frappé par le Bihan, il passe à côté du cadre (15e). Sonné sur le contact, Xande Silva revient sur la pelouse, agrémenté d’un épais bandage autour du crâne.n

n

Et puis, en 3 minutes, tout bascule. Annecy ouvre le score à Niort. Pau marque contre Bastia. Et Nîmes, après un nouveau sauvetage de Reynet – qui sauve bien les siens devant Benezet après les ratés consécutifs et Touré, Congré et Joly – va lui aussi prendre les devants, sur une frappe enroulée superbe de Rafiki Saïd (1-0, 20e). À cet instant-là, les espoirs de maintien s’éloignent rapidement pour les Dijonnais. Et comme si cela ne suffisait pas, Xande Silva, qui ne s’est décidément pas remis de son choc quelques minutes plus tôt, s’allonge sur la pelouse et laisse sa place à Aké. Entre temps, Bastia a inscrit deux buts, laissant Pau à 3 points du DFCO. Un premier signe favorable ?

nn

Les Dijonnais toutefois ne paraissent guère capables d’inverser la tendance et ce sont les Nîmois qui se procurent les meilleurs situations. Les hommes de Pascal Dupraz multiplient les erreurs techniques et sont rarement aux second ballons. Jamais ils ne parviendront réellement à se montrer dangereux (contrairement à Nîmes Nguessan, bloqués par Reynet à la 30e) et rejoignent les vestiaires à la pause avec la tête pleine de doutes et un retard à combler impérativement.

n

Discours salvateur

Et soudain , dans la minute qui suit, Marley Aké perfore la défense nîmoise en une-deux avec Soumaré et frappe en bout de course. Maraval détourne en catastrophe sur Loum Tchaouna qui reprend comme il peut… le cuir rentre à l’aide de la barre (1-1, 55e) ! Un peu contre le cours du jeu et de manière inespérée vu le peu d’occasions obtenues jusque là, le DFCO égalise et se relance dans la course au maintien ! D’autant qu’en parallèle, Niort est passé devant face à Annecy et que Bastia a inscrit un 3e but à Pau ! Si les autres résultats en restait là, un but, un petit but, propulserait les Dijonnais à la 14e place !

Ce but, Marley Aké est à deux doigts de l’inscrire à la 61e mais sa frappe déviée est détournée du bout des doigts par Maraval au-dessus de sa barre. Les deux équipes sont maintenant forcées de se découvrir et on a peine à croire que le score puisse en rester à 1-1. Les Dijonnais mettent la pression sur la surface de réparation nîmoise mais les frappes de Thioune et de Soumaré manquent de puissance et de précision pour faire mouche. Enfin, cette domination dijonnaise va enfin être récompensée. Aké récupère un ballon cafouillé dans la surface et frappe à bout portant. Maraval sort une parade énorme mais le ballon revient à l’entrée de la surface sur Jordan Marié… qui reprend en demi volée et expédie le ballon en lucarne (1-2, 77e) ! Quel but exceptionnel ! Formé au DFCO, si peu en lumière cette saison… le milieu de terrain permet pourtant aux siens de croire encore à un maintien miraculeux !

nn

Le plus dur reste à faire maintenant pour les Dijonnais : tenir ! Pour amener un peu de fraîcheur, Pascal Dupraz procède à ses derniers changements, avec les entrées de Nassi et Pi, qui remplacent Tchaouna et Thioune (84e). Si le score en reste là, Nîmes sera officiellement relégué au coup de sifflet final. Aussi les Crocos lancent-ils leurs dernières forces dans la bataille et font le siège de la surface dijonnaise, mais les Rouges défendent en équipe, à la solidarité et parviennent à encaisser les vagues. La fin de match est une torture et, comble de la souffrance, le 4e arbitre annonce 5 minutes de temps additionnel ! Mais les Dijonnais vont tenir, vont aller au bout de leur destin et alors que le cuir termine dans les gants de Reynet sur une énième offensive nîmoise, l’arbitre siffle la fin du match. ILS L’ONT FAIT !!!

nn

Grâce à cette victoire cruciale, aux défaites de Laval et Pau et en attendant le déplacement de Valenciennes au Havre lundi, le DFCO est 15e et s’extirpe de la zone de relégation ! Pascal Dupraz est en train d’accomplir le miracle pour lequel on l’a fait venir. Un miracle auquel, il faut bien l’avouer, nous ne croyions pas tous au mois d’avril. Le DFCO a maintenant son destin entre ses mains et doit terminer le travail (espérons-le, trois points de plus seront peut-être suffisants), avec une victoire impérative la semaine prochaine à domicile face au Paris FC.

LES NOTES

L’Homme du match : Jordan Marié (8,2)

Efficace, sans fioriture mais avec beaucoup de détermination, Jordan Marié a fait du Marié, c’est à dire une prestation très constante sur 45 minutes, avec en prime une inspiration de génie sur une frappe lointaine qui fait mouche. Plus que jamais, le milieu de terrain montre son importance en sortie de banc, prouve que l’on peut compter sur lui et surtout qu’il mérite de jouer régulièrement en Ligue 2. Avec les émotions ajoutées par le scénario, il nous envoie au paradis.

nn

Reynet (7,7) : sa double parade à la 2e minute, son arrêt face à leur numéro 10 avant la malheureuse ouverture du score, ses indications rassurantes pour sa défense… On a beaucoup aimé le match de Reynet, qui a su redevenir un patron au fil des semaines et l’est resté malgré son retour à Nîmes et les quelques sifflets qu’il a reçus.

nn

Joly (2,3) : quand il passe à côté de son match, il ne le fait pas à moitié ! Benezet et Saïd lui ont mis la misère pendant 45 minutes, et ce n’était pas joli joli… Remplacé à la mi-temps par Traoré (6,4), qui a haussé le niveau et a ramené de l’équilibre à notre équipe, sans toutefois se faire excessivement remarquer sur le plan offensif.

nn

Touré (6,4) : légèrement moins sous l’eau que son partenaire en charnière, il faut tout de même que son caractère de leader se transmette et se ressente encore plus lors de ces matchs majeurs dans l’histoire de notre club. En dehors de ça, il a répondu présent, mais un léger supplément ne serait pas de trop.

nn

Congré (5,1) : l’expérimenté Daniel Congré ne l’a pas suffisamment montré dans les premières minutes, lorsqu’il s’est liquéfié face à son ancien rival nîmois. Régulièrement battu au duel, en 1 contre 1 et en retard sur ses interventions, il a changé du tout au tout quand Mousset a dû céder sa place à Tchokounté. Grosses dernières minutes avec les bons gestes réalisés sous pression !

nn

Fofana (6,8) : encore beaucoup d’allers retours et heureusement, parce qu’il a tenu la baraque à bout de bras pendant quelques instants ! L’un des seuls au niveau en première mi-temps, avec quelques ballons bien donnés et des dangers écartés, il a poursuivi et est même monté en puissance dans le deuxième acte. L’un des hommes clés de notre remontée au classement.

nn

Thioune (6,5) : présent à chaque fois qu’il y a du grabuge, un tir à contrer ou un adversaire à qui subtiliser le ballon, « Ouss » a répondu présent. Après avoir rendu l’une de ses meilleures copies avec Dijon, il écope d’un carton jaune lors de son remplacement par Pi (en se battant avec Saïd) à la 84e minute. Le n°26 est arrivé avec des consignes fraîches du banc et la mission de tenir le score, ce qu’il a bien réussi en contribuant à la solidité de l’axe dijonnais.

n

nAhlinvi (3,8) : pas dans l’un de ses grands soirs, il n’a pas trouvé la solution au milieu de terrain et a régulièrement été grillé dans son dos. Partiellement parce qu’il devait dépasser sa fonction, se retrouver en position de frappe, centrer et défendre en même temps… Remplacé à la mi-temps par Marié.

nn

Soumaré (6,6) : à l’initiative d’une bonne portion des meilleurs coups dijonnais, avec toujours cette dangerosité quand il a le champ libre face au jeu. On a vu un peu plus de déchets que ces dernières journées, mais son dévouement et le nombre de replis défensifs réalisés alors qu’il ne s’est entraîné qu’un jour cette semaine force l’admiration !

nn

Tchaouna (6,8) : il est presque l’inverse de Soumaré, celui qui a pratiquement tout raté, gâché croqué. Et au final, c’est lui qui nous remet sur pied grâce à sa persévérance et son bon placement sur un tir repoussé. Enfin b*rdel ! Remplacé par Nassi à la 84e minute, avec un avertissement immédiat pour une faute assez anodine et des tâches défensives très bien accomplies.

nn

Le Bihan (5,2) : parfois hors-jeu, sans inspiration ou trop bas, Le Bihan s’est révélé essentiel dans son rôle de premier presseur comme ce mec d’Action contre la Faim rue de la Lib’ (ça va j’ai le droit de la faire celle-là, je suis donateur) ou simplement pour couper les trajectoires de passes. MLB a fini sur les rotules et a tout donné pour Dijon malgré ce match compliqué, chapeau.

nn

Xande Silva (non noté) : a été assez quelconque pendant 10 minutes avant de provoquer un bon coup franc et de passer à deux doigts du blackout. Un choc à la tête qui pourrait très bien nous en priver pour la prochaine journée, puisqu’il a dû filer à l’hôpital. Remplacé (trop tard) à la 23e minute par Aké (5,4), qui a eu le mérite de rentrer assez vite dans son match et surtout d’être décisif en deuxième période, avec quelque combinaisons réussies, un tir instinctif qui amène l’égalisation et de l’énergie. On en redemande !

n

MOYENNE : 5,9

13 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *