DFCO 3-0 Amiens : football régal

Ce Dijon FCO-là est transcendé ! Avec une prestation XXL des attaquants et un jeu collectif bien huilé, les Dijonnais corrigent l’Amiens SC, font vibrer les supporters et soignent la différence de but tout en se rapprochant légèrement de l’objectif maintien. Rien n’est encore fait, mais la dynamique favorable pousse à l’optimisme.

Pascal Dupraz pouvait compter sur son équipe-type ce samedi soir : les retours de Thioune et de Le Bihan permettent à tout le monde de revenir à son poste préférentiel et de donner un joli équilibre à la formation dijonnaise. À trois journées de la fin, nous avons du mal à imaginer le onze changer, s’il n’y a pas de blessure ni de suspension.

LE MATCH

Ayant conscience de toute l’importance de ce rendez-vous, Dijon a parfaitement débuté sa rencontre contre Amiens avec une pression mise d’entrée sur la défense. Dès la 5e minute, Xande Silva tente de marquer avec un retourné acrobatique rendu possible par le centre de Joly, décalé par Soumaré : c’est à côté. Puis, au tour d’Ahlinvi de combiner en une-deux avec l’attaquant portugais, dont la frappe est écrasée et trop facilement captée.

nn

S’infiltrant facilement dans la surface de réparation, Dijon va déjà trouver le fond des filets grâce à Bryan Soumaré qui lance Mickaël Le Bihan parfaitement dans l’axe. L’avant-centre ne se fait pas prier et envoie un missile arracher les filets de Gurtner (1-0, 7e). Le DFCO capitalise sur son temps fort alors qu’en face, seul un centre trop fuyant d’Antiste (9e) fait très légèrement douter la défense dijonnaise.

nn

Fofana propose une solution à Xande sur le côté gauche de la surface après la transversale de Tchaouna, mais le centre du latéral est vite contré. Tout comme cette nouvelle tentative de une-deux, cette fois entre MLB et Silva, très remuant. À la 12e minute, Soumaré envoie un coup franc indirect lointain dans la surface d’Amiens et une déviation de Congré offre une opportunité à Joly, dont le tir à bout portant est contré in extremis. Deux fois en l’espace de quelques minutes, Ahlinvi allume de loin mais les tirs ne sont finalement pas assez dangereux. La consigne est claire : tentez quand vous en avez l’opportunité.

La domination dijonnaise commence à s’estomper à partir de la 20e minute de jeu, au-delà de laquelle les visiteurs se rebiffent. Daniel Congré est forcé de dégager d’une acrobatie un ballon dangereux dans sa surface et de concéder un corner. Un contre bien mené par Soumaré et Ahlinvi se termine avec une frappe un peu trop croisée d’Adama Fofana, qui fait tout de même plaisir aux supporters qui en redemandent.

nn

Enfin, Amiens va commencer à montrer les crocs, avec cette première tentative de Cissé (32e) qui échoue à côté du but gardé par Reynet. Puis, le numéro 30 dijonnais va se faire grand sur l’incursion de Janis Antiste, complètement oublié par Congré et Fofana : le jeune attaquant rate le cadre dans une position idoine. Doums Fofana s’y colle à nouveau en repiquant sur son pied droit et en forçant Reynet à boxer le ballon au loin sur un tir dangereux.

nn

Xande Silva va vite, très vite en contre-attaque, et sera même malchanceux de voir son tir contré par un défenseur puis par le poteau opposé de Gurtner, pas malheureux de voir cette frappe finir en corner. Une combinaison donne toute même une fenêtre de frappe à Paul Joly, dont la tentative au ras du sol ne trompe pas le gardien. Nouvelle opportunité pour Silva, qui ne peut que buter sur un défenseur après la bonne passe de Le Bihan (39e). Ahlinvi met son pied en opposition sur un centre de Fofana et voit le ballon s’envoler loin des cages.

nn

Des accélérations de Xande qu’on n’espérait plus mettent la misère aux hommes en noir, même si la frappe de Le Bihan n’est pas à la hauteur. En revanche, elle l’est quand Tchaouna, qui court sans arrêt depuis le coup d’envoi, remet astucieusement le ballon de son talon vers le point de penalty et le numéro 8 Mickaël Le Bihan : la tentative finit au fond des filets, au premier poteau (2-0, 45e+1). Juste avant la pause, Dijon fait le break et ne méritait pas moins.

n

Vous avez dit gestion ?

Patrice Descamps fait sortir son ailier Leautey, blessé à l’arcade, et le remplace par Ilenikhena, 16 ans. Il se signale immédiatement après une déviation superbe de Cissé (48e), en décochant une frappe que Reynet peut arrêter d’une main ferme et détourner en corner qui ne donnera rien. La tête d’Opoku sur un coup franc très lointain de Gélin est aussi déviée par notre gardien, décisif, même si le défenseur d’Amiens est signalé hors-jeu.

nn

Le pressing dijonnais se fait de plus en plus haut, les Bourguignons estimant qu’ils peuvent profiter des maladresses de leurs opposants. En réponse, le public donne de la voix malgré le silence relatif de son groupe principal de supporters, toujours en sommeil. Frustré par ce scénario, Doums Fofana a la mauvaise idée de tacler par derrière un Mattéo Ahlinvi qui ne présentait aucun danger le long de la ligne de touche. Il n’écope que d’un carton jaune grâce à la générosité de M. Abed.

nn

Les déchets techniques viennent un peu gâcher la bonne partie des Dijonnais, qui connaissent un coup de mou dans la qualité de leurs transmissions, à l’image des ballons perdus par Silva et Thioune. Ahlinvi fait un énorme travail dans l’entrejeu et sert un Silva très disponible, qui obtient ainsi un corner. Le coup de pied arrêté donné par Soumaré est transformé en touche par les visiteurs, qui ne font qu’absorber la pression.

nn

Dijon ne fait rien de très sorcier (bloc intermédiaire en première mi-temps, pressing un peu plus haut pour couper les trajectoires en deuxième) mais l’exécute très bien, de sorte à ne laisser que des miettes à son adversaire. Par exemple, Papiss Cissé reçoit une passe laser de Nicholas Opoku, son tir du bout du pied ne passe pas un Reynet imbattable, qui voit même l’arbitre de touche lever son drapeau pour une position de hors-jeu du sénégalais.

nn

À Fofana d’éviter un tacle assassin ! Le latéral gauche continue sa course en direction du but d’Amiens, mais voit sa frappe être contrée à l’entrée de la surface (68e). Derrière, Xande et Le Bihan se relaient avant de donner une occasion de tir à Tchaouna, qui laisse étrangement le ballon passer derrière lui avant de le perdre. Une petite erreur d’appréciation que le jeune ailier devra gommer s’il veut devenir un très bon joueur. Il est immédiatement remplacé par Marley Aké, alors qu’Ahlinvi quitte le terrain par précaution pour laisser Marié entrer.

nn

La tête de Congré sur un coup franc indirect de Soumaré paraît anodine mais force le gardien en bleu à une claquette au-dessus de sa barre. Le corner qui suit n’est que partiellement repoussé et Silva donne tout pour récupérer le ballon, joue avec Le Bihan qui lui redonne le long de la ligne de but. Dans cette position délicate, Silva dribble un amiénois dans la surface, non deux, même trois défenseurs avant de passer dans la course d’un Marley Aké très opportuniste mais précis, qui marque ainsi son deuxième but de la saison (3-0, 74e). L’affaire est dans le sac.

Même s’il ne paraît pas fatigué, Adama Fofana cède sa place à Traoré à la 79e, alors que Thioune est remplacé par Pi et Le Bihan par Coulibaly, Changement de système pour Dupraz et ses hommes, avec un 3-5-2 qui avait déjà été utilisé contre Annecy notamment. Un très joli mouvement débloqué par Marié – qui joue vers Aké servant de relais à un Joly partant à toute vitesse côté droit – l’opportunité à Silva d’inscrire son nom sur la feuille de match, mais sa frappe puissante au beau milieu de la surface de réparation fracasse la barre d’Amiens !

nn

Les minutes s’égrènent et Dijon n’est pas spécialement menacé par une équipe visiteuse qui n’est décidément pas inspirée mais également bien bloquée par un bloc du DFCO qui coulisse bien, ne laisse pas trop d’espace. Seule une frappe lointaine de Chibozo vient faire douter les supporters de la tribune Sud, qui repartiront grâce à lui avec un ballon. Les Bourguignons font le plein de points (3-0) et soignent la différence de but grâce à ces trois réalisations et ce clean-sheet, amplement mérités.

nn

Sur les autres pelouses, malheureusement, les résultats n’arrangent pas trop Dijon : victoire de Laval à la surprise générale contre Saint-Étienne, Valenciennes et Pau se neutralisent et Rodez prend un point contre Paris : de ce fait, le DFCO est assuré de terminer la journée 17e, au mieux, en attendant le résultat d’Annecy (18e) – Le Havre (1er). Mais avec la défaite de Nîmes à Caen, on peut espérer que les Crocos aient presque dit adieu à la Ligue 2 avant le déplacement des Dijonnais chez eux. Enfin, la très belle dynamique est entretenue et paraît difficile à stopper. Dijon fait à nouveau peur grâce à des cadres qui prennent leurs responsabilités, des jeunes joueurs qui crèvent l’écran et une unité qui fait plaisir à voir. Cela ne sera peut-être pas suffisant, mais Dupraz donne au club les meilleures chances de se maintenir.

LES NOTES

L’Homme du match : Adama Fofana (9)

Ce sont simplement des félicitations pour ce jeune homme qui avait très mal commencé son deuxième semestre, dans la lignée de la première moitié de la saison. Ressuscité par un Dupraz qui croit en lui, il n’a pas semblé à sa place sur un terrain de Ligue 2 tant il avait la carrure des grands clubs sur cet intervalle de 90 minutes. Ses occasions (6e, 26e, 40e, 63e), ses bons retours défensifs (16e, 29e, 30e, 54e, 72e) et son incessante activité font de lui le héros qu’on n’attendait pas forcément côté gauche. Ils nous ont rendu le vrai-fana ! Remplacé à la 79e par Traoré, dont l’entrée n’a pas altéré la bonne deuxième mi-temps dijonnaise.

nn

Reynet (7) : n’a fait que son travail, mais l’a réalisé à la perfection. Sur les quelques incursions adverses, il a été impérial. Il fait même du zèle en stoppant aussi les tentatives des attaquants signalés hors-jeu, prenant ainsi l’avantage psychologique sur ses victimes. Match de bonhomme.

nn

Joly (7,3) : un match absolument maîtrisé de sa part, en dehors de quelques passes manquées qu’il aurait pu mieux doser. En dehors de ça, il a très bien fait le job défensivement et s’est aussi procuré des occasions pas négligeables. Peut-être qu’en juin, nous pourrons dire que c’est le prêt d’un gamin d’Auxerre qui n’avait que très peu joué en pro en janvier 2023 qui nous aura offert le maintien…

nn

Touré (7) : on cherchait quelque chose à reprocher à Zargo ce soir, mais on n’a pas vraiment trouvé. Encore un clean-sheet décroché et son importance n’a pas été moindre.

nn

Congré (7,6) : bilan très similaire à son partenaire en charnière, avec en plus des déviations dans la surface amiénoise qui ont amené le danger. Il a très bien senti le jeu et montre à nouveau d’énormes qualités au meilleur moment.

nn

Thioune (4,4) : l’appeler le cancre de la classe serait un petit peu exagéré tant il s’est bien fondu dans un collectif en grande réussite. N’empêche que ses pertes de balles dangereuses n’ont pas toujours été compensées par son activité défensive, néanmoins bienvenue. Remplacé à la 79e par Jessy Pi, qui a surpris par l’intensité de ses courses.

nn

Ahlinvi (7,3) : technique de plus en plus léchée, tout en gardant le contrôle et cette capacité à répéter les efforts : le numéro 6 devient petit à petit une valeur sûre et un très bon milieu de Ligue 2, idéal dans un double pivot. Ses crampes et sa douleur à l’adducteur inquiètent le coach, qui le sort prématurément en le remplaçant à la 71e par un Marié motivé qui a réussi presque tout ce qu’il a entrepris.

nn

Soumaré (7,5) : On va se répéter et le redire encore et encore, autant de fois qu’il le faudra : Bryan Soumaré a l’étoffe d’un très bon joueur de football. Et de la Ligue 1 quand il est dans ces soirs-là, même s’il ne l’a montré que pendant deux ou trois mois cette saison… Avec de la régularité, on ne voit pas ce qui pourrait l’empêcher d’en devenir un, mais pour cela il serait préférable de continuer à être un acteur majeur dans l’hypothétique maintien dijonnais, jusqu’à la J38.

nn

Xande Silva (7,4) : « Xande, il a des datas incroyables cette semaine, raconte son coach en conférence de presse. C’est un top joueur, mais c’est encore un beau joueur, j’attends de lui qu’il soit un très bon joueur. À partir du moment où il est dans l’esthétisme, il n’est pas efficace ». Nous demandions depuis des mois : Will the real slim Xande please stand up ? « Ce soir, c’était le vrai Xande Silva », dixit Dupraz.

nn

Tchaouna (6,5) : beaucoup de courses dangereuses, un repli défensif digne de bons pistons donc impressionnants pour un ailier, mais encore des mauvais choix dans la surface adverse… À force de persévérer, cela finit par payer avec une deuxième passe décisive cette saison, et quel but, quelle inspiration, quelle lucidité ! Remplacé par Aké à la 71e, encore une fois décisif dans la foulée. Le même coup qu’à Sochaux. Peut-être que ce mercato ne sera pas aussi raté que nous le pensions, après tout.

nn

Le Bihan (8,6) : attendu au tournant après une entrée quelconque à Annecy, MLB est revenu en force dans le onze de départ ! Deux buts dans des situations avec des xG (statistique de buts attendus) élevés, mais aussi un bon jeu de relai pour ses partenaires : il a été un poison pour Amiens et nous a permis de vivre sereinement cette soirée stressante. Remplacé par Coulibaly à la 79e, dans un changement de système qui a porté ses fruits et lui a permis de souffler un coup.

n

MOYENNE : 7,2

19 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *