Marignane 2-1 DFCO : AC déçus

Encore porté par cet espoir un peu fou que tout était possible après avoir battu Niort, Dijon a prouvé une fois de plus qu’il était était réglé sur courant alternatif. Capable de gros matchs face aux cadors du National comme de lâcher tous les points face aux promus de N2. Dans un championnat de séries, la seule que Dijon est capable de maintenir n’a rien de celle d’un candidat à la promotion. Laissant dans la bouche des supporters qu’un goût amer qui ne veut pas partir.

Buteur en Provence, Mohamed Ben Fredj a marqué pour la première fois de la saison dans le jeu mais n’a pas été le meilleur dijonnais ce vendredi.

LE MATCH

Marignane-Gignac CBFC – Dijon FCO : 2-1 (1-0)
Au stade Saint-Exupéry (Marignane), le 16/03/2024, coup d’envoi à 19h30.

Buts : Bosca (28e), Diarra (64e) pour MGCB / Ben Fredj (81e) pour le DFCO.

Avertissements : Quenabio (35e) et Diarra (46e) pour le MGCBFC

  • 4e : le DFCO démarre le match en allant chercher l’adversaire très haut sur le terrain. À la suite d’un bon mouvement avec Soumaré, c’est Ben Fredj qui a la première occasion (manquée) de ce match.
  • 9e : Marignane ne tarde pas à se réveiller, en témoigne le centre de Doucouré pour la tête de Diarra, sauvée par un Risser très attentif sur sa ligne.
  • 10e : les Dijonnais rendent coup pour coup avec un très bon centre de Fdaouch, mais Soumaré ne parvient pas à cadrer son enroulé du pied gauche.
  • 27e : sur un long ballon côté gauche, la défense dijonnaise s’effrite complètement face à Khechmar qui a un boulevard pour centrer et permet à Guillaume Bosca de fusiller la cage de Risser au second poteau. 1-0 pour Marignane.
  • 33e : Risser, encore lui, doit s’employer une nouvelle fois face à une formation marignanaise qui prend le large sur le côté droit de la défense dijonnaise.
  • 36e : Soumaré s’offre une nouvelle grosse occasion de but avec un coup-franc plein axe, bien arrêté par Herbin alors que le ballon se dirigeait vers sa lucarne.
  • 48e : au retour des vestiaires, Dijon attaque la seconde période avec les mêmes intentions que sur la première, à l’image d’un bon ballon donné par Soumaré dans la profondeur, même si Fdaouch ne parvient pas à accrocher le cadre..
  • 54e : nouvelle tentative après une récupération haute sur le terrain, c’est Ben Fredj qui va cette fois-ci se heurter au poteau d’Herbin en frappant à l’entrée de la surface. Dijon se rapproche du cadre mais n’y est pas encore..
  • 64e : une passe peu appuyée de Chahid, un Souici trop attentiste, un mélange des deux, comme vous le voudrez, mais c’est un boulevard pour Diawoye Diarra, le meilleur buteur du National transperçant la défense pour aller s’offrir un face à face et le but du break face à Risser. 2-0 pour le MGCB.
  • 77e : Dijon pousse mais ne trouve pas la formule. Sur un centre d’Irié, le ballon semble perdu pour tout le monde et le portier adverse peut s’en saisir en premier. Tout de suite après, Irié tente sa chance de nouveau sur le côté gauche, mais sa frappe est largement au-dessus.
  • 81e : et soudain, Bryan Soumaré. Le milieu de terrain fait parler toute sa classe et parvient à éliminer facilement tous ses adversaires pour se ruer à l’assaut de la cage marignanaise, s’appuyant sur le jeune El Khamali pour finir par se faire tacler dans la surface, un pénalty qui aurait été mérité si Mohamed Ben Fredj n’avait pas suivi l’action pour marquer un but en renard des surfaces qui permet à Dijon d’y croire un peu ! 2-1 pour Marignane toujours.
  • 90e+3 : Soumaré, à la baguette, trouve Cyriaque Irié sur le côté gauche. Le jeune burkinabè tente sa chance mais bute sur le portier bucco-rhodanien, qui détourne les espoirs de repartir avec le point du nul sur son poteau.
  • 90e+4 : ce manque de réussite, symbole de beaucoup de maux dans notre équipe, vient sceller la rencontre sur une nouvelle défaite dijonnaise à l’extérieur, sur le score de 2-1.

Court Circuités

Court-circuiter, verbe transitif, se dit de l’action de sauter un intermédiaire, ne pas en tenir compte, en passant par une voie plus courte que la normale, plus directe pour atteindre son but, en l’occurrence le nôtre. Si cela vous rappelle quelque chose, félicitations, vous êtes électricien ou alors vous avez regardé le match du DFCO hier soir. Alignés dans une défense à 3 pour la troisième fois en un mois, les défenseurs centraux dijonnais comptaient plus que jamais sur les remplis défensifs de leurs deux pistons, Moco et Ariss. Au final, c’est un volume de jeu très peu convaincant qui a été proposé par les deux joueurs, en témoigne notamment l’autoroute A6 qu’a longtemps emprunté Marignane son côté gauche, notamment sur le premier but, où un long ballon est venu ignorer absolument tout le milieu de terrain dijonnais pour atterrir directement en attaque.

Deux pistons apportant peu en phase offensive, et quasiment absents en phase défensive, Benoît Tavenot s’était peut-être trompé sur la composition de départ, lui qui à sa décharge a dû bricoler avec les moyens du bord. Le tacticien, qui évoquait également la difficulté de jouer le lundi et le vendredi pour des joueurs de National, a dû estimer avec justesse qu’ils étaient tout simplement à court de jus et n’a pas hésité à changer ses fusibles pour la seconde mi-temps. Une solution qui a fait ses preuves, jusqu’à ce que cette fois-ci, le milieu de terrain dijonnais décide de mettre les doigts dans la prise, offrant un caviar à l’adversaire sur une mésentente au milieu de terrain pour permettre au meilleur buteur du championnat de s’adjuger un pion supplémentaire. Une déception au vu des nombreuses opportunités de marquer que se sont procurés les attaquants du DFCO, qui ne sont pas non plus exempts de tout reproche tant ils ont pêché dans la finition, comme beaucoup trop de fois cette saison.

Des erreurs bêtes qui ont tendance à trop souvent se répéter dans les matchs à l’extérieur et freinent inexorablement le potentiel de cette équipe, de ce club, qui aspire à plus que le troisième échelon de France et en a eu le potentiel tant il a été rabâché cette saison que sur le papier, Dijon avait un effectif qui pourrait garantir sa place dans le haut du panier du National. Une qualité qui ne s’est pas suffisamment vue, entre allers et venues à l’infirmerie et rendements décevants. Il paraît alors bien difficile d’aligner 34 onze de départ au maximum de ses capacités.

Ne pas dériver
Car tant qu’à faire, autant continuer dans cette série. Si Dijon ne joue plus la montée depuis un moment, nul club ne peut se targuer de ne rien jouer du tout dans un championnat aussi piégeux que le National, et malgré un matelas de 7 points sur le premier relégable, tout peut basculer sur les 9 derniers matchs. L’objectif est d’assurer le maintien le plus tôt possible et préparer une équipe plus solide pour la saison suivante, en tirant toutes les leçons apprises de ce retour en National, notamment en ce qui concerne le mercato. Si certains joueurs sont en forme, voire ressuscités pour certains (vous voyez bien de qui je parle !), il sera difficile de prétendre les garder une année de plus en troisième division, mais pas forcément impossible. L’avenir nous le dira, mais pour cela il nous faudra garder au minimum cette dynamique de trois points tous les deux matchs.

Au mieux, Dijon peut espérer vivre une belle fin de saison, qui fera sûrement grincer des dents ceux qui voulaient la montée à tout prix, mais qui essentiellement, nous procurera beaucoup de plaisir, car le football reste un divertissement. Certains matchs cette saison tendent à nous faire croire que c’est possible et l’éclosion inattendue de certains joueurs, poussés par un coach qui semble enfin pouvoir tenir plus de 10 mois à la tête de ce club, nous permettent de croire que si la stabilité n’est pas encore présente dans le jeu de cette équipe, elle peut s’y installer.

@CM_Tadryel

LES NOTES

Homme du match : Soumaré (7,6)
Ce soir, on a eu un Bryan à son prime. D’ailleurs, si on avait eu 2-3 joueurs comme ça sur le terrain en plus, on aurait probablement gagné 3 ou 4-0. Il en a fait voir de toutes les couleurs au milieu de terrain de Marignane, à grands coups de prises de balle incisives, de percussions, d’orientations du jeu, de passes qui aurait dû être décisives. Sur le but dijonnais, c’est lui qui passe en revue la moitié de l’équipe adverse avant de combiner avec El Khamali. Son coup-franc en pleine lucarne à la 36ème aurait mérité meilleur sort. Quand il ne mettait pas la misère aux joueurs de Marignane en les dribblant, il a eu beaucoup d’activité à la récupération, et est venu gagner pas mal de duels défensifs. Bryan, juste pour le plaisir, on veut te revoir faire des matchs comme ça !

Risser (6,1) : il s’est signalé par plusieurs bonnes interventions, notamment pendant la première mi-temps. Malheureusement, on ne peut pas lui demander de compenser à chaque fois les errements de sa défense. Impuissant sur le 1er but encaissé, il perd également un face-à-face sur le 2ème but de Marignane.

Cissé (2) : dès le début de match, on a senti qu’il n’était pas immensément serein dans ses interventions. Voire fébrile. Voire à côté de la plaque… À la mi-temps, on a vu deux joueurs dijonnais s’échauffer, on s’est pris à rêver que Tavenot le sorte, mais il est resté sur le terrain pour continuer à se faire dribbler par son vis-à-vis, se faire prendre à la course. Cissé ne semble pas vraiment être revenu depuis la blessure l’ayant tenu éloigné des terrains. Ce soir, sa prestation est très en dessous de ce qu’on a pu voir de lui à l’automne. Après nous avoir assez fait souffrir comme ça il a finalement été remplacé à la 71ème par Drouhin, qui a dégagé davantage de sérénité et qui nous semble devant lui dans la hiérarchie.

Makutungu (4,2) : une prestation assez terne, ce soir. Il a montré de la sérénité par moment, mais on se demande où il était sur le premier but… Pas en train de défendre, à priori. Il est tout de même resté dans son match jusqu’au bout, cherchant à donner le ton avec quelques autres joueurs. On a connu mieux, tout de même, comme prestation de sa part. À sa décharge, il n’était pas vraiment à son poste habituel.

Temanfo (4,5) : à l’instar de son compère, il n’a pas brillé de mille feux sur le terrain ce soir, assurant tout de même un minimum. S’il n’a pas dégagé une grande assurance, rassurant et rayonnant sur ses partenaires comme on a pu le voir cette saison, il a toutefois livré une prestation assez sérieuse. En difficulté face à la vitesse et puissance de certains attaquants.

Moco (2) : assez peu présent sur le plan offensif, malgré une petite étincelle en début de match. Et sur le plan défensif, ça a été mauvais, il faut le dire. Il a semblé perdu sur le terrain, peut-être manquait-il de repères dans ce système. Il est coupable sur le premier but, se faisant prendre dans le dos sans montrer beaucoup d’enthousiasme pour faire un retour défensif. Par ailleurs, il était du même côté que Cissé, ce qui doit expliquer pourquoi on s’est fait percer à de nombreuses reprises de ce côté. Il doit probablement souffler, retourner sur le banc, ou se stabiliser à un poste. Remplacé dès la mi-temps par Hamada (5), dont l’entrée assez neutre a tout de même un peu stabilisé le côté droit.

Ariss (3,4) : s’est tout de même principalement signalé par ses pertes de balles. Un soir sans, pourtant placé sur le côté gauche, il a fait trop de passes dans le vide ou directement à l’adversaire. À tel point qu’on a fini par s’agacer, tout comme Tavenot, qui l’a remplacé à la mi-temps par Irié (5,1) qui s’est montré volontaire dans son rôle de piston gauche, créant tout de suite du danger par ses débordements. Il frappe même sur le poteau, pendant les arrêts de jeu, après une énième action de classe de Soumaré.

Souici (3,2) : a paru à côté de ses pompes dès le début de match. Il n’a pas montré son activité habituelle au milieu, venant parfois moins compenser qu’à son habitude. Son utilisation du ballon a également laissé à désirer. Il est trop mou, trop attentiste sur le 2ème but en regardant partir le contre, alors qu’il fallait être sur le ballon, ou au moins faire une faute et accepter le carton jaune.

Chahid (3,6) : il a montré une certaine justesse technique et de l’activité au début de match. Mais sa prestation a ensuite été sans grand relief sauf au moment de s’illustrer négativement, coupable d’une perte de balle criminelle (en complicité avec Souici), qui donne le 2ème but à Marignane. Remplacé à la 71ème par Nassi, qui aura essayé d’amener un peu de danger sans grand succès.

Fdaouch (3,6) : notre ailier replacé en pointe gauche a été percutant sur son début de match mais n’a pas forcément fait les bons choix. Moins précis à la finition, il rate le cadre à la 48ème après un caviar de Soumaré. Il a eu beaucoup de déchet, plus que d’habitude, ce soir. On sait qu’il peut faire mieux, mais on ne lui en voudra pas, tellement il a parfois été le seul à porter l’équipe sur le plan offensif. Remplacé à la 78ème par El Khamali, qui a fait une entrée intéressante, se montrant vif et incisif sur ses premiers ballons, assez juste techniquement. Pour l’instant, on ne voit pas trop ce qui pourrait l’empêcher de venir dans le groupe plus souvent.

Ben Fredj (5,4) : Buteur dans le jeu en championnat, enfin ! Au-delà de ce but, qui nous rend tout de même heureux pour lui, il faut noter son match intéressant par ailleurs : des déplacements de qualité aux avant-postes, de la justesse technique, il place aussi une frappe sur le poteau après une belle action dans la surface. Une prestation encourageante pour lui, il faut espérer qu’on en verra d’autres, nous permettant de nous appuyer sur lui la saison prochaine.

Moyenne : 4,3

@Fabius

33 vues


Commentaires

3 réponses à “Marignane 2-1 DFCO : AC déçus”

  1. Avatar de PACCAUD Gilles
    PACCAUD Gilles

    Honnêtement, match après match, c’est la même rengaine : on a sur le papier une équipe de L2 mais en manque de confiance.
    Non, ce DFCO est désespérant depuis l’été 2018 et souffle le chaud et froid, plus le froid d’ailleurs.
    Alors oui, préparons la saison prochaine mais nous sommes à -11 maintenant alors que nous étions à -5 il y a peu. C’est dire que les 7 points d’avance sur la N2 peuvent vite être absorbés par autant de médiocrité.
    Dijon n’était peut-être pas une ville de foot mais une étincelle était apparue en 2016. Depuis l’été 2018, tous les joueurs font tout pour l’éteindre.
    Messieurs les joueurs, baissez la tête.

    1. Avatar de PACCAUD Gilles
      PACCAUD Gilles

      Et MBF qui pense que la victoire eut été méritée. C’est ubuesque de penser ainsi. C’était un ramassis de médiocrité pendant près de 90 minutes, sauf quelques éclaircies avec Bryan, à qui il manque un pied droit pour être exceptionnel, et Irié dont personne n’a compris, avec ses débordements, qu’être au point de pénalty pouvait inverser le score.
      Le coach se projette déjà en fin de saison avec maintenant le top 5 pour une saison réussie. J’ai bien peur maintenant que nos joueurs, à la ramasse, soient déjà dans l’après : courage fuyons.

  2. Il n’y a pas que les joueurs helas qui sont defaillants helas ! Voir la presidence et un certain Olivier Delcourt , le Nordiste , tres bon en comptabilité , je n’en dirai pas la même chose ,loin voir même tres tres loin pour le ballon rond …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *