DFCO 5-0 Laval : c’est cadeau !

Dans une situation très délicate avant la trêve internationale, Dijon n’a pas semblé perturbé pour la reprise et s’est largement imposé devant son public en profitant de plusieurs erreurs majeures d’une équipe de Laval complètement décimée. Les Bourguignons prennent trois points d’avance sur les concurrents au maintien et soignent leur différence de but.

La composition de départ de cette 16e journée de Ligue 2 n’avait rien d’extravagant et rien ne laissait présager un tel score au coup d’envoi. Congré cède une nouvelle fois sa place, Zargo Touré et Senou Coulibaly formant la paire derrière un milieu où l’on retrouve Jessy Pi à nouveau. Soumaré, Silva, Jacob et Le Bihan occupent les postes les plus offensifs, tandis que Reynet retrouve sa place de titulaire dans les buts.

LE MATCH

Pour la reprise du championnat, le Père Noël a offert de bons crampons aux joueurs de Dijon ! Et pourtant, la rencontre avait commencé sur un rythme favorable aux Lavallois, avec deux occasions offertes sur un plateau. Xande Silva, sur une passe en retrait, rend un ballon à Durbant qui rate son lob lointain (5e). Puis c’est au tour de Coulibaly de mal protéger son ballon le long de la ligne de touche (7e) et de laisser les visiteurs récupérer pour centrer vers un Seidou arrivé avec beaucoup de vitesse au deuxième poteau, un peu trop pour cadrer sa reprise.

nn

Dans l’autre sens Valentin Jacob se signale avec un petit rush au milieu de terrain qui désorganise la défense. Bryan Soumaré est servi mais rate le cadre avec son pied gauche (13e).Traoré provoque une faute et le premier carton jaune de la partie pour Roye, il est également impliqué sur l’action menant Le Bihan à éliminer son vis à vis côté droit et centrer vers Jacob. Le milieu offensif se fait reprendre au dernier moment, avant de frapper (18e). Il est ensuite averti pour une faute sur un adversaire, comme Fofana à la 23e minute.

nn

Un Xande Silva remuant a encore du mal à être décisif malgré ses tentatives dans le cœur du jeu. Il ne faut pas attendre bien plus longtemps, puisqu’en lançant une contre-attaque, il sert Jessy Pi dans les 30 mètres de Laval. Ce dernier tente une passe vers Le Bihan, qui n’a pas bien suivi le mouvement mais Pierrick Cros se charge de marquer à sa place, d’une passe en retrait excessivement mal dosée (1-0, 27e).

nn

La défense du Stade lavallois n’est pas très confiante, à l’image de l’amateur John Da, qui se fait subtiliser le ballon dans son camp par Silva. Le centre en retrait trouve Le Bihan dont la frappe est détournée par Sauvage… dans la course d’un Bryan Soumaré qui avait suivi dans la bonne zone (2-0, 30e).

Dans un temps fort, le DFCO insiste et, à l’initiative de Coulibaly qui casse une ligne pour lancer Fofana, va trouver un troisième but. Le latéral gauche voit son centre mal repoussé par Baudry et Mickaël Le Bihan se régale : l’avant-centre fait parler son sang froid pour feinter une frappe du gauche, se remettre sur son meilleur pied et prendre le gardien ainsi que toute la défense au dépourvu (3-0, 38e). Il rentre aux vestiaires avec un avertissement, mais le sentiment d’avoir déjà accompli sa mission, en seulement 45 minutes réussies.

nn

La partie n’était pourtant pas très mouvementée et la seconde période redémarre sur le même rythme. Peu d’occasions sont à mettre à l’actif de Laval, John Da est par exemple trouvé par Roye sur un corner (49e) mais sa reprise termine sa course hors du cadre. Si une frappe lointaine de Xande Silva est captée par le gardien de but, le numéro 10 va convertir sa prochaine opportunité. En bonne position, Soumaré s’appuie dans la surface sur un Le Bihan inspiré, qui se retourne et centre au deuxième poteau vers le Portugais, dont la frappe rebondit au sol avant de finir au fond des filets (4-0, 63e).n

n

C’est du tout cuit pour le DFCO, qui sans être particulièrement flamboyant transforme tout ce qu’il touche en or. Baptiste Reynet ne se laisse pas déconcentrer pour autant et attrape fermement la frappe de Naïdji qui aurait pu réduire l’écart. Traoré cède alors sa place à Ngouyamsa (67e), avant que Xande Silva ne l’imite en laissant la sienne à Assalé (74e)

nn

Coulibaly laisse maladroitement Da Silva passer juste après son entrée en jeu et concède un corner, qu’il dévie lui-même pour rassurer les siens. La fin de match est, comme la majorité de la partie, peu animée. Mais après les trois derniers changements effectués par Omar Daf (Nassi, Deaux et Thioune entrés pour Le Bihan, Jacob et Ndong), Ngouyamsa est illicitement crocheté dans la surface de Laval et permet à Bryan Soumaré de marquer, sur penalty, son deuxième but de la rencontre (5-0, 88e).

L’arbitre ne laisse pas de temps additionnel et met fin au massacre, qui n’est apparent que sur le tableau d’affichage. De généreux Lavallois ont permis aux supporters du DFCO de souffler un peu après une période de onze matchs sans succès. Tout n’est pas encore pardonné et il faudra d’autres victoires à domicile pour faire revenir le public et réparer ce lien entre les fans et une équipe trop souvent décevante. Mais si la confiance peut rendre à nos joueurs leur efficacité et leur conférer un peu plus de chance, on ne va pas bouder notre plaisir.

n

LES NOTES

L’Homme du match : Mickaël Le Bihan (7,4)

L’avant-centre du DFCO a été extrêmement efficace devant les buts adverses et a été à l’origine de la majorité des actions chaudes de son équipe. Une frappe arrêtée qui finit en offrande pour Soumaré, un but intelligent et une passe décisive somptueuse : on peut difficilement en demander sur le peu de ballons dont il a profité. Remplacé par Nassi à la 84e, qui n’a pas eu le temps de se mettre en évidence.

nn

Reynet (5,4) : peu sollicité, il n’a rien à se reprocher ce soir même s’il peut encore faire mieux dans son jeu long.

nn

Traoré (5,7) : Bon match du latéral, sérieux dans son rôle et rarement dépassé par les attaques adverses. Sérieux à la relance et dans ses courses, il a été dynamique comme à son habitude. Remplacé à la 67e par Ngouyamsa, qui a été dans la continuité de son coéquipier et obtenu un penalty lors de sa seule incursion dans la surface.

nn

Touré (6,3) : bien aidé par le manque d’inspiration de ses adversaires, le défenseur sénégalais a montré qu’on pouvait bien lui faire confiance sur certaines de ses interventions.

nn

Coulibaly (6,1) : Senou a soufflé le chaud et le froid, mais le bilan ne peut qu’être satisfaisant lorsque l’on prend en compte le clean sheet et les deux buts amenés par ses relances osées. On veut voir encore plus de ces tentatives d’accélérer le jeu et moins d’erreurs défensives pour réellement parler de match référence, mais il est décidément sur la bonne voie.

nn

Fofana (5,8) : deux mi-temps très distinctes pour le jeune défenseur, qui était très en difficulté en première période avant d’être à l’origine du troisième but dijonnais. Bien plus serein dans ses interventions sur Naïdji en deuxième, il engrange encore un peu plus d’expérience à ce niveau.

nn

Ndong (5,6) : il est surprenant de voir un match avec autant de buts marqués et une stabilité défensive aussi prononcée et de voir Ndong, habituellement un homme clé au milieu de terrain, aussi peu essentiel. Le job a été bien fait, sans fioriture. Remplacé à la 84e par Thioune, pour reprendre le rythme de la compétition.

nn

Pi (5,9) : dans la lignée de son match à Grenoble, le milieu de terrain a été récompensé par une nouvelle titularisation et un but provoqué avec beaucoup de réussite. Il a été assez discret, comme à son habitude, mais reprend confiance petit à petit.

nn

Jacob (5,8) : une fois ou deux, le meneur de cette équipe a su accélérer le jeu pour lui permettre de déstabiliser le bloc adverse. S’il n’a pas encore été parfait, il n’est pas passé à côté de la rencontre et repart sur de bonnes bases. Remplacé à la 84e par Deaux pour maintenir un score très favorable.

nn

Soumaré (6,7) : il est un étrange personnage du football dijonnais. Parfois extrêmement sous estimé par ses adversaires (comme en début de saison), sa présence quasi-systématique dans les compositions d’Omar Daf est questionnable mais il s’est montré très réaliste ce soir. On apprécie le fait qu’il n’ait pas baissé les bras après son occasion manquée. Récompensé par deux buts importants pour la confiance.

nn

Xande Silva (7,1) : passé à deux doigts de chiper le titre d’Homme du match à MLB grâce à son but et son implication sur plusieurs bonnes opportunités dijonnaises, dont un but. En dehors d’un gros raté en début de match qui aurait pu coûter cher et complètement changer sa physionomie, la justesse des passes de l’attaquant et son aisance balle au pied sont inégalables dans l’effectif. Remplacé à la 74e par Assalé, qui n’a touché que trois ballons.

n

MOYENNE : 6,2

13 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *