Amiens 2-1 DFCO : impardonnable

par

dans

Malgré un début de match idéal et des circonstances très favorables, Dijon se fait rejoindre et dépasser en fin de match en Picardie. La zone de relégation n’est plus si loin, surtout en poursuivant sur ce rythme (un point en six matchs).

Si le DFCO a stoppé face au Havre sa série de défaites, les Dijonnais n’en restent pas moins sur 5 matchs sans victoire et avec un seul but marqué sur cette série. Pas le moment idéal pour se déplacer chez des Amiénois en pleine confiance et 2e du championnat. Surtout qu’Omar Daf doit composer sans Xande Silva. Le coach dijonnais aligne donc un 4231 où Mickaël Le Bihan se retrouve en 9 et demi derrière Camara, tandis que Soumaré et Jacob prennent les ailes. Dans l’entre-jeu, la doublette Ndong-Thioune, pourtant peu efficace sur le plan créatif face au Havre, est reconduite, Jordan Marié débutant un deuxième match de suite sur le banc. La défense est sans surprise, les nombreuses absences ne laissant que 4 défenseurs dans le groupe.

LE MATCH

Les premiers instants sont à l’avantage des Picards qui se présentent régulièrement dans la surface dijonnaise, tant par du jeu rapide que par des récupérations hautes. Mais sur leur première opportunité, les Dijonnais vont faire la différence. Bryan Soumaré intercepte dans son camp une passe amiénoise et accélère en contre dans l’axe du terrain. Il décale à droite Camara qui centre en première intention au point de penalty. Le Bihan s’infiltre entre les défenseurs et reprend du plat du pied. Sa frappe échoue sur le poteau mais le ballon rebondit dans le dos de Régis Gurtner et termine au fond des filets (1-0, 3e) ! Les Dijonnais bénéficient à nouveau de cette réussite qui les a tant fuit depuis quelques matchs et ouvrent le score. Une bonne nouvelle puisque cette saison, le DFCO a toujours gagné lorsqu’il a ouvert le score.n

n

Amiens tente de réagir et met une grosse pression mais la défense dijonnaise tient bon. Le rythme retombe quelque peu après 10 minutes de haute intensité. Amiens construit et presse haut, tandis Dijon joue clairement le contre. Une tactique qui permet à Camara de se créer une bonne occasion à la 12e minute, mais sa frappe excentrée termine dans le petit filet de Gurtner. Quelques minutes plus tard, les Picards se créent plusieurs opportunités mais la défense dijonnaise se montre très solide et parvient à chaque à se dégager. Une résistance qui va être récompensée rapidement. À la 15e minute, Le Bihan intercepte une mauvaise relance amiénoise, pénètre dans la surface, prend le meilleur sur Formose Mendy… et est victime d’une faute du défenseur amiénois. Penalty pour le DFCO !n

n

Mickaël Le Bihan décide de se faire justice lui-même, mais sa frappe est repoussée par un arrêt exceptionnel de Régis Gurtner, qui se rattrape après son manque de chance sur le premier but ! Les Dijonnais manquent l’occasion de faire le break avant même la 20e minute de jeu et laissent les Picards dans la partie. Néanmoins ce début de match est particulièrement agréable et le visage affiché par les hommes d’Omar Daf est bien plus séduisant que lors des derniers matchs. Il faut dire aussi que les Amiénois ne sont clairement pas entrés dans leur match et offrent de nombreuses opportunités aux Dijonnais, comme sur ce nouveau mauvais dégagement à la 24e minute, repris au point de penalty par Le Bihan et détourné in extremis par la défense centrale picarde. Et de nouveau à la 28e minute, une énième mauvaise relance étant cette fois-ci récupérée par Jacob, qui décale Camara mais celui manque son contrôle dans la surface.n

n

La stratégie de contre des Dijonnais, rendue nettement plus facile par une ouverture du score précoce, se montre particulièrement efficace et fait complètement déjouer Amiens. Ceux-ci ne s’avouent toutefois pas vaincus et démontrent à plusieurs reprises qu’ils peuvent être dangereux dans le jeu par les ailes, avec notamment la qualité de centre de Leautey. Les hommes de Philippe Hinschberger retrouvent peu à peu un peu plus de maîtrise sur le match, tandis que le DFCO, à l’approche de la mi-temps, tente de gérer sereinement son avance, en exploitant d’éventuelles ouvertures. n

n

Sur un nouveau contre dijonnais, Mickaël Le Bihan récupère le ballon côté droit et est fauché par derrière très violemment par Opoku ! M. Lepaysant sort le carton jaune, avant de consulter son assistant et de se raviser pour sortir un carton rouge bien plus logique au regarde de la violence et de la dangerosité du tacle du défenseur central amiénois. Le DFCO, devant au tableau d’affichage, va de plus jouer une mi-temps entière en supériorité numérique. Toutes les conditions sont réunies pour que les Dijonnais retrouvent enfin le chemin de la victoire. Alors que les joueurs rentrent aux vestiaires, Omar Daf sait sans doute qu’il va surtout devoir mettre en garde ses joueurs contre tout excès de confiance ou de précipitation. n

n

Un second acte cauchemardesque

Pas de changement à la pause côté dijonnais, Le Bihan paraissant ne pas avoir gardé de séquelle de l’attentat d’Opoku. Dès les premières minutes, le DFCO se procure une grosse situation, qui s’achève par une frappe trop écrasée de Thioune. A la 49e minute, Camara, bien lancé par Le Bihan, s’infiltre dans la surface mais bute finalement sur Régis Gurtner, en angle fermé. Le jeune attaquant écope quelques minutes plus tard d’un carton jaune à la suite d’une grosse faute dans l’entre-jeu.n

n

Alors qu’on se disait que les Dijonnais allaient passer une seconde période tranquille, à la 56e minute, Fofana commet l’irréparable dans la surface sur Tolu, qui avait accéléré à la droite de la surface après une interception au milieu. Antoine Leautey ne se fait pas prier pour transformer le penalty en prenant Baptiste Reynet à contre-pied (1-1, 57e). Quelle douche froide pour les Dijonnais ! Dans la foulée, Omar Daf procède à son premier changement, Camara laissant sa place à Tchaouna.

Les 10 minutes suivantes sont largement à l’avantage des Picards qui, malgré leur infériorité numérique, se montrent bien plus entreprenants et engagés que des Dijonnais incapables de se relever de l’égalisation et sur le reculoir permanent. Et si, heureusement, les nombreuses opportunités amiénoises ne sont pas concrétisées, le scénario du pire ne semble même pas exclu. A la 69e minute, Omar Daf procède à un double changement Nassi et Dobre remplaçant Jacob et Soumaré. Coaching logique sur le papier mais qui peine à changer le scénario du match, même si le DFCO est un peu moins acculé contre son but.n

n

Derniers changements à la 78e minute, avec les entrées de Marié et Deaux en lieu et place de Le Bihan et Thioune. Les erreurs techniques se multiplient dans cette fin de match totalement désorganisée. Dobre créé des décalages mais ni Tchaouna ni Nassi, pourtant fraîchement entrés, n’ont la lucidité d’exploiter intelligemment les opportunités. Ce manque de mental, de fierté, de justesse technique, d’engagement, de volonté, va finir logiquement par se payer. Après un énorme travail côté gauche, Chibozo prend le meilleur sur toute la défense dijonnaise et centre en bout de course pour Gaël Kakuta, qui marque d’une subtile déviation derrière le pied d’appui qui termine dans le petit filet opposé de Baptiste Reynet (2-1, 87e) ! Dans un fauteuil à la mi-temps, avec une victoire quasi assurée devant eux, les Dijonnais se sont sabordés eux-mêmes, tout seuls. La fin de match ne vaut même pas la peine d’être commentée.n

n

Plus qu’une faute professionnelle. Une honte. L’énième symptôme d’un mal-être dans lequel le club est englué depuis des années. Et donc chacun est responsable. De l’entrée trop personnelle de Tchaouna, qui pense peut-être qu’il est seul sur le terrain, à la dispute ouverte entre Traoré et Thioune alors que le score n’est encore que d’un partout ou encore à la nonchalance visible de toute l’équipe sur le rush solitaire de Chibozo et le coup de poignard qui suit, personne n’a représenté les valeurs de notre club et n’est digne de louanges. Même pas Omar Daf, loué pour ses qualités de manager mais qui pense que perdre son sang froid et assassiner ses propres joueurs sans se remettre en question sera la solution. Patrice Garande est déjà passé par là, pour les résultats que nous connaissons.

nn

À l’exception d’une poignée de valeureux supporters qui chaque semaine se décarcassent pour encourager, personne ne mérité d’être sorti du lot en ce début de saison. Du président aux joueurs en passant par le staff et toutes les strates de l’effectif Ligue 2. Ils étaient plus d’une cinquantaine encore ce soir au Stade de la Licorne, malgré la forme catastrophique de l’équipe. Ils seront encore là la semaine prochaine contre QRM, un match très spécial qui sera l’occasion de fêter les 10 ans du groupe Lingon’s Boys avec de nombreuses animations. Parmi les seuls à être au niveau de cet immense fiasco qu’est devenu notre club. RÉVEILLEZ-VOUS !

nn

@Gus21 & @Novak

n

LES NOTES

Pour des raisons évidentes, nous ne nommerons exceptionnellement pas d’Homme du match et ne ferons pas de commentaires sur les notes attribuées aux 11 titulaires.

20 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *