Le Mans 1-1 DFCO : virage bien négocié

Sur la bonne voie et encourageant, Dijon a encore gâché trop d’occasions au Mans ce lundi mais a su se faire respecter et ramène courageusement un point de son premier déplacement de la saison. Les entrants se sont, cette fois-ci, montrés décisifs.

Contre l'ancien dijonnais Mehdi Boussaïd, Yanis Chahid eu le droit à un duel musclé !

LE MATCH : LE MANS FC 1 – 1 DFCO

Au Stade Marie-Marvingt, Le Mans, le 21 août 2023 à 18:30

n

Buts : Congré 43′ (csc) pour LMFC / Ben Fredj 68′ (sp) pour le DFCO

n

Avertissements : Yohou (80′), Njoh (89′) pour LMFC / Chahid (35′), Souici (55′), Fdaouch (87′), Soumaré (87′) pour le DFCO

nn

C’est en fermeture de la 2ème journée de National que Dijon allait défier Le Mans, favori annoncé à la montée en Ligue 2, ce lundi soir. Le match s’est terminé par un score nul 1-1, résultat qui laissera quelques regrets à nos joueurs qui auraient pu espérer mieux au vu des débats. Le début de match de nos dijonnais est moins timide que lors de la première journée. On met, dès le début, un pressing intéressant en place et les 3 joueurs du milieu ne laissent pas respirer leurs homologues manceaux.

-5e : Nchobi effectue la première frappe. Il s’ensuit un corner pour le DFCO qui ne donne rien. Le pressing reste toujours intense, l’équipe joue très haut, et empêche bien Le Mans de ressortir. Malheureusement, nos joueurs manquent de précision et de justesse ensuite.

n

-9e : Le Mans réussit enfin à s’approcher du but et centre pour la première fois du match. Risser capte le ballon sans difficulté. Devant, l’animation offensive, pendant les phases de possession, reste un peu brouillonne, et manque encore un peu de mouvement, même si N’Chobi est remuant, et multiplie les appels, pas toujours dans le bon tempo, et pas toujours très bien servi.

n

-13e : 2ème corner pour DFCO.

n

-15e : Depuis sa surface, le DFCO fait une très belle sortie de balle, et N’chobi est bien lancé dans la profondeur. Trop impatient, il est signalé hors-jeu. En possession, les trois joueurs offensifs se situent plutôt dans l’axe, on peut presque penser à un 442 en losange par moments.

n

-19e : Les dijonnais évoluent moins haut sur le terrain depuis quelques minutes… Le Mans parvient un peu plus à tenir le ballon, mais peine toutefois à créer du jeu. Défensivement, le DFCO semble bien en place et très efficace.

n

-22e : Le Mans joue plus haut et nous gêne dans les sorties de balle. Mais on semble toujours serein derrière.

n

-25e : Première frappe du Mans, sans danger.

n

-26e : 3ème corner du DFCO. Rien, sans résultat. Même si N’chobi continue d’être très remuant, les offensifs manquent d’imagination. On a le sentiment que trop de joueurs restent derrière le ballon, on aimerait voir les milieux se projeter davantage.

n

-32e : Après une remontée rapide du ballon, celui-ci arrive à Soumaré, qui centre. C’est dangereux. 4ème corner DFCO. Pas forcément bien tiré. On sent qu’il manque un 9 de surface (Olivier, si tu nous lis)…

n

-34e : Chahid met de l’impact au milieu et fait une grosse faute sur Rabillard. Les esprits s’échauffent un peu chez les 22 acteurs. Carton jaune pour Chahid. Le coup-franc ne donne rien pour le Mans, notre défense veillant au grain.

n

-37e : Belle action de la droite vers la gauche, qui finit dans la surface, mais la passe d’Assalé, à contre-temps (quelle surprise !), trouve Soumaré hors-jeu. On continue notre contre pressing, très haut, emmenés par notamment par Marié, gênant bien la relance mancelle.

n

-40e : 5ème corner. Il ne donne toujours rien.

n

-42e : Coup-franc dangereux pour Le Mans, suite à une faute de Moco et de son complice Souici, à l’angle de la surface. Une faute évitable, se dit-on alors, en tremblant. Et ce que l’on redoutait se produit : la balle est déviée par le mini mur, Risser repousse sur Daniel Congré, au sol, qui marque contre son camp (1-0). Le Mans fait preuve d’une réussite maximale, pour ne pas dire d’une veine de cocu (j’ai été moins policé sur le moment, devant mon écran).

n

-45e+2 : Enorme occasion de Soumaré, sur un pressing haut, qui récupère dans la surface. Delbecque fait l’arrêt sur le face-à-face et détourne la frappe qui rase le poteau. Le corner ne donnera rien.

-47e : 7ème corner du DFCO. Directement sur le gardien.

n

-49e : Vous avez vu Assalé Vous ? On vient de le remarquer sur une perte de balle – encore, serait-on tenté de rajouter…

n

-52e : Centre de Moco, qui arrive sur N’Chobi, cafouillant un peu avant d’enrouler une frappe non cadrée. Il y avait mieux à faire.

n

-54e : 8ème corner DFCO. Encore au premier poteau, encore repoussé par la défense. C’est redondant, ces corners qui ne donnent rien.

n

-55e : Assalé s’enflamme un peu sur le côté de la surface. Il se fait prendre le ballon, mais il a essayé. Sans succès. Derrière, Souici fait une faute sur la contre-attaque et prend un jaune.

n

-58e : Assalé repique et envoie une frappe de poussin. Il va sortir, votre serviteur va moins souffrir.

n

-59e : 9ème corner DFCO. Et vous savez quoi ? Ca ne donne rien !

n

-60e : Ça combine bien sur la gauche, le ballon arrive jusqu’à Assalé au cœur de la surface. Ce dernier enroule une frappe, qui finit en touche (oui vous avez bien lu). Juste après, il sort (pour Fdaouch). Soulagement dans les chaumières dijonnaises ! Ben Fredj remplace également N’Chobi. Tavenot cherche des solutions offensives.

n

-63e : 10ème corner

n

-65e : 11ème corner…

n

-67e : Belle louche de Fdaouch pour Ben fredj dans la surface. Ce dernier se fait découper par Youhou, en retard. Penalty ! Mohamed Ben Fredj le transforme sans trembler (1-1) ! L’équipe n’a rien lâché et est logiquement récompensée. La défense du Mans a été surprise : ils ont oublié de se mouiller la nuque après le changement Assalé/Fdaouc et n’ont pas anticipé que le nouvel ailier gauche pouvait réussir un contrôle, un geste technique, une passe, contrairement à son prédécesseur.

n

-74e : Après toutes ses émotions, on revient aux classiques : un coup-franc pour le DFCO ne donne rien. Dans la foulée, Gueye pour Le Mans est lancé en profondeur, mais Risser sort très, très bien. Le Corner qui suit ne donnera rien. Depuis qu’ils sont entrés, Ben Fredj et Fdaouch montrent de belle chose sur le plan technique, et une belle entente semble se dessiner. Les deux jouent plus près l’un de l’autre.

n

-79e : Ben Fredj percute à l’entrée de la surface, se fait reprendre le ballon (licitement a priori), et fait faute derrière, de frustration. Les esprits s’échauffent à la suite du mauvais geste. Finalement, les 2 joueurs prennent un jaune.

n

-82e : Dijon continue d’attaquer. Cela manque parfois de justesse, mais nos joueurs montrent davantage de choses que leurs adversaires du soir.

n

-84e : Ben fredj appelle en profondeur et combine encore avec Fdaouch, il est signalé hors-jeu.

n

-86e : On passe près du but gag pour Le Mans, le ballon finissant sur la barre, après une « pénétration cafouillage » dans la surface et une frappe contrée par Temanfo. Notre défense a été un peu apathique sur ce coup.

n

-88e : coup-franc pour le Mans, dans l’axe à 35m. Ca ne donne rien. Les Manceaux se rebiffent un peu, sur cette fin de match, qui sent le KO.

n

-90e+1 : Fofana percute et frappe à l’entrée de surface, attention les pigeons en haut des tribunes -90e+3 : 4 contre 4 en transition pour Dijon, mais on gaspille. Dommage.

n

-90e+4 : Percussion de Nassi depuis son aile, sa frappe passe à côté. Pas évident de savoir s’il y avait mieux à faire, belle occasion que l’on regrettera peut-être en fin de saison, qui sait ? L’arbitre siffle trois fois.

Encore impactant dans les dernières minutes, Nassi pourra s'en vouloir de ne pas avoir arraché la victoire.

« Cela reste un bon point parce qu’on aurait pu être puni. Ce match est consistant (…). J’ai quelques regrets, mais j’ai félicité les joueurs. » – Benoît Tavenot.

Deux entrées déterminantes

Le match se termine donc sur ce score de parité. Que penser de ce premier déplacement, chez un des cadors annoncés de ce championnat ? Les pessimistes retiendront le manque de justesse offensive, une animation, sur ce plan, qui se cherche encore, et imagineront peut-être qu’on devrait gagner tous nos matchs. Toutefois, les motifs d’optimisme sont nombreux, si on prend un peu de recul : le contrôle de l’ensemble de l’équipe est vraiment intéressant, on a pu voir, par séquence, des phases de possession pleines de maitrise, des sorties de balle léchées, et même si on a manqué de tranchant offensif, l’équipe a montré du mieux après les entrées de Fdaouch (qui a fait bien meilleure impression que lors du premier match) et de Ben Fredj. Le pressing haut, et le contre-pressing à la perte de balle sont aussi des éléments très intéressants. Restera à mieux exploiter les ballons ainsi récupérés et les corners, au nombre de douze (!).

nn

L’animation défensive est également un point positif. L’équipe a dégagé globalement une impression de solidité sur ce match, et nous avons été finalement très peu mis en danger, même sur les transitions adverses. L’équipe manque encore d’un 9, un attaquant bon dos au jeu et dans les airs qui aurait pu réceptionner les nombreux centres et corners qui n’ont pas trouvé preneur. Le Bihan sur le départ – comme l’a confirmé Benoit Tavenot avant le match, on peut espérer voir arriver un tel joueur d’ici le 1er septembre. Sur le papier, ce résultat n’est pas mauvais, prendre un point chez un favori de la division est une bonne chose, mais on ne peut s’empêcher d’avoir des regrets au coup de sifflet final, tant on a eu le sentiment qu’on pouvait faire mieux.

n

@Fabius

Entré à l'heure de jeu, Mohamed Ben Fredj a offert à Dijon son premier but de la saison.

LES NOTES

L’Homme du match : Robin Risser (6,5)

Une sortie décisive dans les pieds de Gueye, plusieurs ballons captés ou repoussés, des prises de balles sereines. Sans compter ses relances longues, aussi précises que mal exploitées par ses partenaires. Bref, un dernier rempart de haut vol. Pour preuve : le goleador Danilo Congrinho a du s’y reprendre à deux fois pour tromper sa vigilance.

nn

Moco (5,1) : dommage qu’il soit coupable de la faute qui provoque le coup-franc sur lequel Le Mans ouvre le score, car à part ça, il a largement tenu son rang. Appliqué dans les tâches défensives, un peu moins précis mais volontaire pour aller de l’avant, il rend une copie correcte.

nn

Temanfo (5,9) : beaucoup de sérénité et de solidité dans un match où il a rarement paru pris de court. Quelques relances hasardeuses, histoire de chipoter, mais rien de bien méchant. On avoue être assez impatients de voir ce que pourrait donner son association avec Cissé.

nn

Congré (4,0) : une main (non sifflée) dans la surface, un but contre son camp, certes malchanceux mais largement évitable s’il n’avait pas pris la pelouse de Marie-Marvingt pour un solarium… Aller, on va s’arrêter là, sinon on va encore dire qu’on s’acharne. Surtout que sa deuxième période a tout de même été très correcte et satisfaisante. N’empêche que s’il avait la bonne idée de multiplier les paris sportifs dans les prochaines semaines…

nn

Makutungu (5,2) : un match assez proche de ce qu’on pouvait imaginer : maître des débats dans son couloir gauche sur toutes les phases défensives, moins souvent présent pour apporter le surnombre en attaque. L’antithèse du « latéral moderne », celui qui plante 10 buts par saison mais laisse dans son dos une 4 voie avec bande d’arrêt d’urgence et aire de repos en prime. Pas forcément un défaut contre certaines équipes comme Le Mans. Remplacé à la 71e par Fofana, qui a sans doute passé plus de temps dans la moitié de terrain mancelle que dans la sienne.

nn

Souici (4,0) : une prestation en demi-teinte. Précieux à la récupération et pour apporter le surnombre en défense – quitte à laisse trainer des petites semelles au passage – il a été quasi inexistant dans la construction du jeu. Pourtant, les rares fois où, en fin de match, il s’est projeté vers l’avant, on a vu de manière évidente sa capacité à casser des lignes. Avoir le potentiel pour nous rappeler Mehdi Abeid et se contenter de nous rappeler Ousseynou Thioune… Ryan, tu vaux mieux que ça !

nn

Chahid (5,6) : peut-être un poil moins flamboyant que face à Rouen, il a tout même fait l’étalage de sa palette, depuis la récupération jusque dans son très alléchant jeu en profondeur, le tout porté par toujours la même activité incessante. Sans doute gagnerait-il parfois à lever un peu le pied, histoire de se laisser plus d’options, mais difficile de lui en vouloir d’avoir une telle débauche d’énergie à son âge. Remplacé à la 85e par Nassi, auteur d’une action de grande classe dans les arrêts de jeu, qui lui a permis d’avoir le but ou la passe décisive de la victoire au bout du pied… sans parvenir à transformer l’essai.

nn

Marié (4,9) : il a souvent joué un cran plus haut que ses compères du milieu, afin d’apporter des solutions dans la remontée de balle et la construction des attaques placées. Un choix intéressant qui a permis quelques bonnes combinaisons mais desservi par une propension bien trop grande à être en sous régime. Finalement, il s’est retrouvé à contre-temps et rarement été présent sur les deuxièmes ballons. Dommage, parce qu’un bon nombre de ses interventions en deuxième étaient très réussies !

nn

Soumaré (5,2) : un match par intermittence. Auteur d’un bon début de partie, il s’est ensuite peu à peu éteint après le quart d’heure de jeu – même s’il s’est procuré une énorme occasion à quelques minutes de la mi-temps – avant de se réveiller, de manière irrégulière, en deuxième période. À sa décharge, il faut dire que ses coéquipiers du premier acte ne lui offraient guère de solutions. Il a semblé un peu émoussé en fin de partie, résultat sans doute aussi de ses nombreux retours défensifs. Une prestation complète à défaut d’être remarquable.

nn

Assalé (2,8) : clairement pas assez en jambes – ou pas suffisamment concerné pour accélérer, il a joué beaucoup trop excentré alors que le système mis en place par Benoît Tavenot en première période aurait impliqué qu’il se présente davantage dans la surface pour proposer des permutations avec N’Chobi. Mention spéciale pour ses frappes, entre le tir à ras de terre moins rapide qu’une passe et la patate dévissée en touche, en mode Clinton Njie. Bref, quand est-ce qu’on arrête les frais avec lui ? Remplacé à la 61e par Fdaouch, auteur d’une entrée en jeu aussi explosive que son match à Rouen avait été décevant. Incisif, créatif, disponible, inspiré, il a totalement chamboulé le jeu dijonnais, pour notre plus grand plaisir.

nn

N’Chobi (4,1) : à peu de choses près, le même constat que la semaine passée. Très impliqué dans le jeu, notamment pour tenir le pressing haut voulu par son entraîneur, il s’est démené pour proposer des solutions mais aurait eu besoin de quelqu’un pour l’épauler et avec qui permuter. Pour ajouter à la frustration, il aurait pu, par deux fois, être servi dans des très bonnes conditions dans la surface adverses, mais ses coéquipiers (Soumaré et Marié) ont préféré la frappe directe. Auteur également d’une belle frappe passée pas si loin de la lucarne, qui l’aurait sans doute mis en confiance si elle avait été un peu plus précise. Remplacé à la 61e par Ben Fredj, qui a rapidement changé la donne avec ce penalty provoqué puis transformé. Comme Fdaouch avec qui il a beaucoup combiné, il a apporté un grand bol d’air à l’attaque dijonnaise.

n

@Gus21

MOYENNE : 4,8

20 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *