Le DFCO a-t-il peur de gagner à l’extérieur ?

par

dans

À la recherche d’une recette pour enfin gagner en National hors de son stade, le Dijon FCO ne doit pas perdre trop de points en route s’il veut espérer être « placé à la fin de la phase aller », dixit son entraîneur.

Le gardien de but du DFCO Robin Risser aura un rôle important à jouer ce week-end à Orléans.

Cinq succès et cinq nuls en déplacement en 2021-2022, seulement 3 et 5 en 2022-2023 avant la relégation et maintenant trois défaites pour deux égalités en National… On ne peut pas dire que le parcours du DFCO loin de ses bases soit couronné de succès ! Ce problème, qui en était déjà un à l’époque d’Olivier Dall’Oglio, est devenu bien plus embêtant depuis que l’équipe ne gagne plus aussi régulièrement à domicile et a par conséquent chuté dans la hiérarchie des clubs nationaux. Si jouer loin de ses bases est toujours compliqué (44,2% de victoire pour les clubs à domicile avant la pandémie, 42,5% lorsque les stades étaient vides), cela devient particulièrement handicapant pour le club Dijonnais qui sous performe nettement sur la route.

nn

Sans rentrer dans les détails et tout en donnant le bénéfice du doute à Benoît Tavenot, qui n’a pas encore eu beaucoup d’opportunités pour prouver sa valeur, il paraît clair que le DFCO peut bien mieux faire quand il ne joue pas au Parc des Sports. Au Mans, il méritait presque la victoire mais s’en est tiré avec un nul satisfaisant (1-1) grâce à une égalisation de Ben Fredj. À Châteauroux, malgré une légère domination, la défaite (2-0) n’était absolument pas volée tant Dijon était fébrile sur les percées adverses. Contre l’ASNL, le score de 3-0 est très lourd à encaisser d’autant plus que nos joueurs se sont donnés mais ont manqué de précision. Ce qui n’était pas le cas à Niort, qui a tout bonnement baladé nos joueurs dans une nouvelle défaite 3-0 amplement méritée.

nn

Des résultats contrariants, agaçants et surtout un seul petit but marqué sur penalty : autant de facteurs qui ont poussé le coach à changer d’approche et à être bien plus pragmatique, sacrifiant certains joueurs créatifs pour un milieu de terrain plus reconnu pour ses compétences défensives. Lors du déplacement à Nîmes (qui n’avait perdu qu’une fois en 11 journées), ne pas rentrer bredouille semblait la priorité du staff qui commençait tout juste à relancer une série de matchs sans perdre. Et le 0-0, bien qu’un peu tendu et agité par moments, a été un score juste qui n’a fait offense à aucun des deux adversaires.

Même si Dijon s'est moins déplacé que les autres clubs, le classement à l'extérieur est pour l'heure très décevant.

« C’est dur à expliquer, concède Robin Risser en conférence de presse, on est mis dans les meilleures conditions par le club pour nos déplacements. On sait que c’est un axe à améliorer, mais on ne doute pas de nos forces, que ça soit à domicile ou à l’extérieur. On a un boost à domicile grâce au public de notre côté… Aller chercher cette première victoire à l’extérieur dès vendredi, c’est quelque chose qui nous tient à cœur nous ferait du bien pour la suite. On sait que c’est quelque chose à faire, mais ce n’est pas un blocage du tout. »

nn

« Notre bilan à l’extérieur est largement insuffisant, commente son entraîneur. Sur le match de demain, il y a plusieurs choses en jeu, dont notre première victoire à l’extérieur et le fait de continuer notre série d’invincibilité… Mais notre classement à l’extérieur est très pauvre, il faut corriger ça très vite ». Malheureusement, ce n’est pas le match de Coupe de France à Sens (gagné seulement 2-1 dans la douleur contre une R1) qui permettra à l’équipe de jouer plus relâchée…

nn

Pour figurer dans le haut du tableau et espérer entrer dans le top 2, deux points par match en moyenne suffisent. Personne n’a d’ailleurs excédé cette limite, en dehors de Rodez et du Red Star ces dix dernières saisons, mais le deuxième était systématiquement en dessous de 68 pts à la fin de l’exercice. Cela signifie que si chaque victoire à domicile est suivie d’un nul à l’extérieur et chaque faux pas à la maison compensé par un succès sur la route, Dijon ne devrait pas être très loin des places de promotion en fin de saison. Espérons que le déclic vienne le plus tôt possible. Et pourquoi pas dès ce week-end pour la première de Karim Mokeddem (sur les tablettes du DFCO cet été) avec son nouveau club, l’US Orléans ? Pour citer Tavenot, il sera essentiel de « très bien défendre demain », avant toute chose.

18 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *