DFCO 0 – 1 Cholet : la muselière

Après la grosse déconvenue du lundi soir, Benoît Tavenot exhortait son équipe à avoir « plus de chien » pour les prochaines échéances. A l’orée de l’automne, les Rouges auront beaucoup aboyé, sans jamais réussir à mordre.

Pour la première fois de la saison, le DFCO a abdiqué face à son public.

LE MATCH : DFCO 0 – 1 SOC

Au parc des sports Gaston-Gérard (Dijon), vendredi 22 septembre 2023, coup d’envoi à 19h30

nn

Buts : Renaud (9e) pour le SOC

n

Avertissements : Schur (87e) pour le DFCO / Seba (23e), Expérience (30e), Quarshie (80e) pour le SOC

n

    n

  • 1e : déjà une énorme occasion de Walid Nassi, malheureusement contrée en corner alors que le but était quasi-vide.
  • n

  • 9e : Cissé prend trop de temps et perd le ballon, centré en retrait dans l’axe. Peu pressé par un Souici, Tom Renaud frappe ras de terre, ras du poteau, et bat un Robin Risser qui manque le ballon de peu, 0-1 pour Cholet.
  • n

  • 23e : sur un long ballon de Chahid, Mendes s’emmène le ballon pour un face à face avec Ba, mais se retrouve accroché à l’entrée de la surface par Djessine Seba qui n’écope là que d’un carton jaune
  • n

  • 27e : festival de Nassi qui combine bien avec Ben Fredj mais ne parvient pas à s’appliquer sur le centre.
  • n

  • 39e : grosse accélération de Walid Nassi dans le couloir droit, qui distille en bout de course un centre en direction du point de pénalty, repoussé par la défense choletaise.
  • n

  • 46e : de multiples situations dès le retour des vestiaires, dont la meilleure aura été une frappe de Ben Fredj au-dessus du cadre.
  • n

  • 52e : sur un bon centre de Nassi, Mendes s’impose dans les airs : pas suffisamment pour tromper Ousmane Ba mais assez pour le forcer à s’employer.
  • n

  • 71e : peu après une intervention de Risser, Irié arme une frappe ras de terre sur l’un de ses premiers ballons, qui sera repoussé par le portier adverse.
  • n

  • 79e : à la suite d’une merveilleuse récupération d’Irié, qui élimine coup sur coup deux adversaires, le numéro 33 décale comme il peut son ballon pour Mendes qui but sur le gardien.
  • n

  • 84e : Irié tente un centre du côté gauche avant de recevoir de nouveau le ballon, sa tentative dans un angle assez fermé est encore repoussée.n90e : après avoir subi une faute, Cyriaque Irié récupère un bon ballon sur le côté gauche de la surface, mais se heurte encore à Ba…
  • n

  • 95e : le ballon est centré dans la surface de Cholet mais Mendes ne parvient pas à exploiter le cuir qui file au dessus des cages, entérinant ainsi la première défaite à domicile du DFCO cette saison sur le score morne de 0 à 1.
  • n

Une équipe prévisible ?

Nous vous en parlions déjà après la débâcle survenue à Marcel Picot, le DFCO a tendance à encaisser rapidement un but sur une simple saute de concentration qui pousse nos joueurs à courir éternellement après le score. Ce coup-ci, les Rouges n’ont pas eu trop de problèmes sur les coups de pied arrêtés adverses (sans doute car il n’y en a quasiment pas eu) mais ont tout de même décidé de se mettre des bâtons dans les roues avec cette séquence à la 9e minute qui a offert au SO Cholet sa première occasion du match. Un énième manque de concentration collectif qui coûte très cher quand on connaît le résultat final des deux matchs de la semaine.

nn

Si ce problème est déjà bien conséquent, un autre se dessine match après match sous nos yeux : la prévisibilité du système de jeu du DFCO et de certains de ses joueurs, qui semblent perdre en confiance et par conséquent, en créativité lors de la construction des actions offensives. Si l’impression de domination des Rouges n’est pas factice, celle-ci s’avère vite stérile face à une équipe choletaise qui n’avait plus qu’à défendre solidairement les nombreux centres, trop souvent mal exploités, pour tenter de reprendre le jeu à leur compte tant Dijon a manqué de combattivité sur les seconds ballons ce soir.

nn

Incapable de varier son jeu, n’ayant toujours pas la clé pour être décisif sur corner (malgré les 16 opportunités glanées ce jour-ci) ou sur les nombreux centres tentés mais presque tous gâchés, avec pour seule véritable ambition d’attaque la tête d’un Joseph Mendes sevré de bonnes cartouches, l’équipe dirigée par Benoît Tavenot, comme ses supporters, ne pouvaient plus qu’espérer que la lumière jaillisse d’un exploit individuel.

n

La hargne laissée sur le banc ?

Et à ce petit jeu, un homme aurait bien pu faire battre de nouveau le cœur de tout un peuple qui commençait à s’enfoncer de plus en plus dans son siège ou son canapé. Déjà auteur de plusieurs bonnes sorties sous le maillot dijonnais, celui qui a récemment signé son premier contrat professionnel est sorti du banc tel un véritable rottweiler, soucieux visiblement de rapporter à cette équipe les trois précieux sésames. C’est bien simple, s’il avait pu jouer 45 minutes, nul doute que même avec ce score, le burkinabé aurait été élu homme du match.

Auteur d'une entrée explosive, Cyriaque Irié a tout tenté pour sauver le DFCO

Remplaçant un Ben Fredj dépassé par un rôle qui ne lui convient pas, Cyriaque a donné à ses adversaires un tournis qui durera au moins jusqu’à leur retour dans le Maine-et-Loire. Toujours au service du jeu, il aura fait parler son explosivité lors de cette récupération de balle au pressing qui aurait pu mener à une passe décisive (79e), sa technique avec une merveilleuse passe à l’aveugle qui aura fait s’élever quelques voix dans les travées de Gaston Gérard. Sans aucun doute le joueur dijonnais le plus en vue sur la fin de match, tentant même quelques frappes pas forcément faciles à convertir, mais systématiquement cadrées.

nn

Malheureusement, comme lors de ses dernières sorties, seule la finition aura manqué au numéro 33, mais nul doute qu’avec cet état d’esprit, le joueur finira par être récompensé. L’objectif sera désormais, pour le coach, de reconsidérer le statut d’un joueur qui semblait incarner ce soir tout ce dont le DFCO manquait selon lui.

n

@CM_Tadryel

LES NOTES

L’Homme du Match : Temanfo (5,6)

Au niveau du jeu, il n’y a rien à dire. C’est solide, c’est sérieux, c’est serein, c’est régulier… Il y a longtemps que le DFCO n’avait pas trouvé d’entrée une telle stabilité avec un défenseur central. On pourra seulement peut-être lui reprocher de ne pas avoir assez assumé son statut de capitaine pour souffler la révolte dans les rangs dijonnais. Mais il a au moins eu le mérité de faire sa part, ce qui n’était pas le cas de tous sur la pelouse.

nn

Risser (4,4) : pas impérial sur le but de Cholet, même s’il est sans doute masqué au départ du ballon, il n’a pas eu ensuite beaucoup à s’employer et a globalement fait le job. On l’a toutefois senti moins serein dans ses prises de balles et assez peu inspiré dans ses relances.

nn

Traoré (3,7) : de l’activité, une volonté de jouer vers l’avant, un travail défensif honnête malgré quelques mauvais choix. Ça mériterait bien la moyenne sauf que… comment c’est possible d’être latéral de métier et d’être aussi imprécis sur les centres ? PS : les ballons retrouvés dans votre jardin sont à ramener à Gaston Gérard, tribune Ouest, entre 10h et 14h du lundi au jeudi.

nn

Cissé (4,2) : sa perte de balle assez stupide face à Jarju initie l’action qui amène le but de Cholet. Le principal point noir du match pour lui, qui s’est ensuite progressivement remis en selle et a livré une deuxième période solide. Une capacité de reconcentration assez louable à son jeune âge. Par contre, pour la précision technique, on repassera.

nn

Fofana (4,6) : nettement moins en vue que sur ses précédents matchs. Dans la technique et l’explosivité, il est clairement un cran au-dessus, mais encore faut-il en user à bon escient et se montrer dangereux à la conclusion des actions. Ce soir, on en était loin. Remplacé par à la 64e par Makutungu, appliqué mais sans réel apport dans le jeu.

nn

Souici (3,9) : son attitude sur le but de Cholet dit tout de son match. Il commence à sortir sur Renaud, s’arrête en chemin, hésite et laisse tout le temps au milieu choletais pour ajuster sa frappe. Un manque de hargne illustré tout au long du match par son absence sur les deuxièmes ballons et son incapacité à accompagner les attaques. De bonnes choses à la récupération toutefois, mais c’est insuffisant. Remplacé par à la 74e par Marié qui a rapidement montré qu’un peu plus de présence dans l’entrejeu permettait de ne pas courir après le ballon à chaque perte de balle.

nn

Chahid (4,8) : l’un des rares à avoir fait preuve d’un réel engagement et du niveau d’intensité qu’on pouvait attendre pour un match à domicile, il a réalisé une très bonne première période avant de s’effacer peu à peu en deuxième mi-temps. Il a parfois semblé exaspéré du peu de solution proposé par ses coéquipiers.

nn

Soumaré (4,2) : techniquement juste, avec pas mal de duels remportés et des passes vers l’avant plutôt précises, il a toutefois trop peu pesé sur le jeu, essentiellement à cause du manque d’accompagnement des milieux défensifs, qui l’obligeait à redescendre trop bas chercher les ballons, et du manque de solution proposées devant. Peut-être aurait-il du davantage tenter sa chance seul, ou simplement se lancer dans des cours balle au pied dont il a le secret… Remplacé à la 81e par N’Chobi, très peu en vue.

nn

Ben Fredj (2,6) : match très décevant, où il a eu du mal à se placer entre le côté gauche où il était censé être et l’axe où il était naturellement attiré. Résultat, il était un peu nulle part et n’a jamais proposé de solution intéressante à ses coéquipiers. Il a été plusieurs fois aligné à des postes où ses qualités ne sont pas exploitées de façon optimale mais malgré tout son début de saison commence à être décevant. Remplacé à la 65e par Irié qui aura eu le grand mérite de faire passer quelques frissons de satisfaction dans les travées de Gaston Gérard et d’entretenir un peu l’espoir. Davantage de temps de jeu ne serait pas volé.

nn

Nassi (4,3) : on ne peut guère lui reprocher de ne pas avoir cherché à se rendre disponible, en revanche, à force de répéter les mêmes actions, les défenseurs choletais ont fini par pigé le truc et il n’a plus montré grand chose. En délicatesse lui aussi quand à la précision de ses centres. Un peu embêtant pour un ailier. Remplacé à la 64e par un Kévin Schur clairement encore en manque de rythme mais qui a tenté quelques mouvements et dispose d’un sens du jeu intéressant.

nn

Mendes (4,0) : match frustrant pour lui. Souvent esseulé dans la surface où il a essayé autant que possible d’amener de la présence, il n’a jamais été trouvé, la faute principalement à l’imprécision des centres de ses coéquipiers, même si on ne peut exclure un manque de tranchant dans les appels. Impliqué au pressing, il a parfois pêché dans le timing mais a surtout souffert de n’avoir personne pour profiter des deuxièmes ballons qu’il parvenait à arracher.

n

@Gus21

MOYENNE : 4,2

25 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *