Mercato – Les bons coups à faire pour le DFCO sur le marché des transferts

Le mercato ouvre bientôt ses portes et Dijon n’officialisera sans doute rien avant le 12 juin, date de son passage devant la DNCG avec Olivier Delcourt et le futur probable propriétaire du club, Pierre-Henri Deballon. Mais les dossiers de transferts se travaillent dès à présent (et même bien en amont) pour les clubs qui sont ambitieux et qui ne veulent pas s’éterniser en National. Voici notre modeste contribution au travail de scouting du DFCO, avec des suggestions pour chacun de nos besoins pour compléter notre articles sur les joueurs de l’effectif sur lesquels nous devrions pouvoir compter et les potentiels partants.

Les formations avec quatre défenseurs étant toujours les plus utilisées dans le football moderne (bien qu’en régression) et Dijon étant déjà bien fourni en nombre comme en qualité aux postes de latéral gauche (Makutungu, Ariss), n°8 (Marié, Souici, Hamada, Chahid, El Khamali) et ailier droit (Nassi, Schur), nous avons choisi de proposer une sélection de gardiens, de défenseurs à droite, de défenseurs centraux, de milieux défensifs, d’ailiers à gauche et d’avant-centres pour donner quelques idées à la cellule de recrutement du DFCO. Sans connaître bien évidemment le style ni les désirs précis du futur coach, dont le nom reste encore un total mystère à l’heure où ces lignes sont écrites.

La shortlist du Dijon Show

GB : Sébastien Rénot, Fabio Vanni, Benjamin Leroy, Arnaud Balijon

DD : Tom Meynadier, Ismail Diallo

DC : Thomas Allemand, Djegui Koita, Elydjah Mendy, Bradley M’bondo, Djamal Moussadek, Arthur Vitelli, Adam Dihad, Augustin Pascaud

MDC : Lucas Bretelle, Leverton Pierre, Samy Benchamma

AC : Yankuba Jarju, Diawoye Diarra, Samy Baghdadi, Clément Deprès

AG : Marco Essimi, Sander BenbachirStanislas Kielt, Théo Épailly, Chafik Abbas, Clément Billemaz

Bonus : Yann Diebold (AD), Antoine Mille (MC), Mario Fortunato (MC)

Légende : joueur présenté ci-dessous, joueur ayant signé à Dijon depuis (màj 29/06), joueur intéressant mais non présenté dans notre article, cible irréaliste ou qui a déjà signé ailleurs (màj le 29/06).

Les présentations

Fabio Vanni (G, Furiani) : même si le DFCO veut de l’assurance dans les cages et donc avec ça une certaine dose d’expérience, il pourrait avoir la bonne idée de craquer pour le jeune Fabio Vianni, gardien de but de l’AS Furiani. En Corse depuis deux saisons et son départ de l’OM, le portier de 21 ans (qui en aura 22 en juillet) s’est montré particulièrement décisif dans une défense qui n’a pris que très peu de buts sur les deux dernières saisons en National 2, malgré les incessants déplacements sur le continent qui sont toujours périlleux pour les clubs insulaires. Après une première année à 28 matchs sur 30 (22 buts encaissés, 13 clean-sheets), il a joué chacun des 26 matchs de la saison 2023-20224 en n’encaissant que 18 fois (13 clean-sheets). Deux belles prouesses permettant à son club de finir 4e, puis 3e la saison d’après dans sa poule en étant loin d’être favori. Et si on peut enfin voler un talent au nez et à la barbe du futur club de Benoît Tavenot, ne nous en privons pas…

Fabio Vanni avec le groupe pro de l'OM, avant d'aller s'éclater en Corse
Fabio Vanni avec le groupe pro de l’OM, avant d’aller s’éclater en Corse (photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport).

Tom Meynadier (DD, Bastia) : auteur d’une superbe première partie de saison en National malgré la position précaire de son club, le futur relégué GOAL FC (5 passes décisives en 13 matchs), Tom Meynadier vient enfin de décrocher un contrat professionnel à l’âge de 24 ans en signant au SC Bastia cet hiver. Inaccessible pour un transfert, il serait toutefois intéressant de voir comment les cartes seront rebattues à l’arrivée de Tavenot au Sporting et s’il y a une chance de récupérer, en prêt, l’un des meilleurs pistons qu’il nous serait possible de recruter à notre humble niveau. Replacé un cran plus bas sur la phase retour et notamment sur les 9 derniers matchs de championnat en L2 (7 titularisations), ce joueur en a encore sous le pied et pourrait progresser pour devenir un incontournable en Ligue 2 dans les années à venir. Il dispose d’une palette bien complète qui nous ferait du bien, surtout si Moco venait à partir (même si les rumeurs ne sont encore pas très concrètes) ou simplement pour permettre au jeune homme de ne pas avoir autant de responsabilités dans une saison cruciale pour la survie du club.

Tom Meynadier posant avec le maillot du SC Bastia
Tom Meynadier posant avec le maillot du SC Bastia (photo SCB).

Ismail Diallo (DD, Paris 13) : profil très demandé, ce joueur de seulement 20 ans a été titulaire dans une équipe qui a roulé sur la concurrence en N2 et qui a été logiquement promue en National au terme d’une très belle saison 23-24. Ce latéral supersonique, de grande taille (1m82) et au potentiel énorme est à aller chercher absolument chez ce promu qui cherchera à le conserver mais n’aura peut-être tout simplement pas d’autre choix que de le laisser partir tant sa cote est montée en flèche sur ces derniers mois. Indéboulonnable dans cette équipe qui a encaissé 24 buts, avec une période printanière où sa défense a été infranchissable, Diallo a obtenu le droit de jouer en National dans un club performant. Et par son profil de club post-formateur, Dijon est peut-être justement l’étape parfaite pour lui.

Djegui Koita (DC, Jura Sud) : si le DFCO aura certainement besoin d’un défenseur central titulaire (à moins que Zakaria Ariss ne s’installe définitivement à ce poste auquel il a brillé en fin de saison), il faudra aussi renforcer cette ligne avec des joueurs de rotation. Dans cette optique, le profil de Djegui Koita coche les cases. Formé à Guingamp, passé à deux doigts de voir sa carrière s’arrêter à peine entamée suite à une très lourde opération du cœur en 2020, le natif de Bamako a fini par revenir à la compétition début 2022 sous les couleurs de Jura Sud, dont il fait depuis les beaux jours. Titulaire indiscutable en charnière centrale dans un club qui a toujours joué le haut de tableau de N2 ces dernières saisons (5e en 2021/2022, 2e en 2022/2023, 4e en 2023/2024), il fait figure de valeur sûre du haut de son 1m90 et a plusieurs fois porté le brassard ces deux dernières saisons. Mis à l’essai l’été dernier par Orléans qui lui a finalement préféré un autre ancien guingampais, Virgil Thérésin, il pourrait de nouveau attirer le regard à l’étage supérieur, pourquoi pas du côté du DFCO.

Thomas Allemand (DC, La Roche-sur-Yon) : un défenseur central dépassant allégrement 1m90 et capable d’enchaîner les buts sur coups de pieds arrêtés, ça rappelle forcément de bon souvenir à tous les supporters dijonnais. Et si l’on n’imagine pas Christopher Jullien quitter la Paillade pour revenir poser ses valises à Gaston Gérard, c’est du côté de la Vendée que le DFCO pourrait trouver son successeur et surtout un potentiel titulaire en défense centrale. Avec son club de La Roche-sur-Yon, Thomas Allemand est passé à un cheveu de connaître le National 1, dépassé seulement à la différence de buts particulière par Paris 13 Atletico. Mais la saison n’en reste pas moins une pleine réussite pour le défenseur de 25 ans, auteur de 7 buts (dont un triplé contre Bourges lors de la 1e journée), homme de base de la meilleure défense du groupe B de N2 (19 buts encaissés) et présent dans l’équipe type de la saison. En cas de montée de La Roche, il aurait sans doute été difficile de déloger celui qui n’a jamais quitté sa Vendée natale, depuis ses débuts à Montaigu jusqu’à son retour à La Roche en passant par les équipes de jeunes et la réserve de Niort ainsi que par les Herbiers. Mais au terme d’une telle saison, difficile d’imaginer qu’il ne suscite pas les convoitises à l’étage supérieur. Espérons que la suite de sa carrière s’écrive au DFCO et pas à Niort.

Le défenseur central Thomas Allemand (à droite) célébrant un but avec La Roche Vendée Foot (Photo Laurent Gelot)
Le défenseur central Thomas Allemand (à droite) célébrant un but avec La Roche Vendée Foot (Photo Laurent Gelot).

Elydjah Mendy (DC, Libourne) : son club vient d’être rétrogradé en National 3 alors qu’il réussissait une bonne saison en N2 avant de s’effondrer sur les dernières semaines, quand des salaires impayés et des problèmes de trésorerie ont miné cette équipe très mal gérée. Mais même dans ce contexte, le gaucher Elydjah Mendy s’est surpassé et a montré de quel bois il se chauffait ! Ce grand (1m94) axial de 24 ans, passé par la réserve de Pau, a marqué 14 fois en l’espace de 67 rencontres disputées pour Libourne en N3 et N2, dont 6 fois uniquement cette saison. Né en 2000, il arrive à un moment de sa carrière où il pourrait enfin signer pro et surtout quitter un club « bourbier » à la fin de son contrat, pour venir montrer ses nombreuses qualités athlétiques à un niveau supérieur. Et même s’il n’aime pas trop se projeter vers l’avant, on a pu le voir évoluer parfois au poste de latéral gauche et apporter une polyvalence appréciable à son coach.

Samy Benchamma (MDC, Niort) : voici un vrai numéro 6 qui ferait un grand bien au DFCO ! Formé au MHSC, ce joueur de 23 ans qui a dépassé les 100 matchs joués à Niort vous rappelle sans doute quelque chose puisqu’il a été titulaire ou presque lors des trois dernières saisons, à chaque fois dans le même championnat où évoluait Dijon. Capable de dépanner en défense centrale, ce joueur sera très probablement convoité au niveau supérieur puisqu’il méritait déjà d’être promu en Ligue 2 mais son équipe a craqué sur la fin du championnat. On ne retient pas spécialement les qualités défensives de son équipe en 2023-2024 mais pour ce qui est de l’attaque, Benchamma a épaté : 4 buts et 5 passes décisives pour celui qui n’aura manqué aucun match de National et qui va nécessairement regarder plus haut. Mais si Dijon s’y prend suffisamment tôt, peut-être que le club peut attirer dans ses filets un titulaire indiscutable à son poste, encore jeune avec une possibilité d’accompagner un promu en Ligue 2 durablement. Surtout qu’il est en fin de contrat et n’est certainement pas payé une fortune dans un club qui n’est pas réputé pour être très généreux…

Leverton Pierre (MDC, Avranches) : sans doute l’une de nos plus grosses convictions. Formé en Corse, d’abord à Bastia puis à Ajaccio, passé par la post-formation à Metz avant de faire, pendant 4 saisons, les beaux jours de l’USL Dunkerque, l’international haïtien sort d’une saison pleine avec Avranches, dont il n’a pu toutefois empêcher la relégation. Et une chose est sûre : il n’accompagnera pas Avranches en N2. Pur box-to-box jouant parfois un cran plus bas, tranchant à la récupération mais capable de vite se projeter vers l’avant en cassant des lignes, il sait par ailleurs se montrer décisif, en témoignent ses 4 buts et ses 4 passes décisives cette saison. Efficace dans la conservation du ballon, il dispose également d’une bonne qualité dans le jeu long. Dans l’effectif dijonnais, il viendrait avantageusement remplacer un départ de Loïc Etoga, en apportant un profil similaire – bien que pas tout à fait identique – mais aussi une expérience beaucoup plus grande du niveau professionnel, avec ses 79 matchs de N1 et ses 58 matchs de Ligue 2 au compteur. Le tout à seulement 26 ans, avec encore une marge de progression et de belles années devant lui. Vous comprenez mieux pourquoi ça nous botte ?

Le milieu de terrain avranchinais connait les championnats de L2 et de N1 par coeur, pour avoir joué des années avec Dunkerque (photo by Guillaume Talbot/Icon Sport).
Le milieu de terrain avranchinais connait les championnats de L2 et de N1 par coeur, pour avoir joué des années avec Dunkerque (photo by Guillaume Talbot/Icon Sport).

Lucas Bretelle (MDC, Orléans) : comme les deux cités précédemment, ce joueur qui vient de fêter ses 22 ans nous apparait comme une très bonne pioche à faire en N1 chez un club qui aura un peu moins d’ambition que le nôtre, en raison de son budget. Valeur sûre, titulaire à l’USO et capable de jouer un voire deux postes plus haut sur le terrain, ce milieu défensif formé à Lorient dispose d’un arsenal très complet et fait de gros dégâts non seulement dans son travail de récupération mais aussi quand il faut ouvrir le jeu, trouver des espaces et débloquer des situations en tant que premier relanceur. Titulaire dans l’une des équipes qui a produit le plus beau football sur la phase retour en 2024, il est l’un de ces joueurs qui sera très probablement en Ligue 2 voire plus haut dans les années qui viennent mais que nous pourrions attraper au vol, tant que sa cote n’est pas encore trop élevée. Seul souci : son contrat ne se finit qu’en 2025 et les moyens du DFCO ne sont pas illimités. Cela reste un profil très intéressant et notre espoir le concernant est le possible départ de son coach (sondé notamment par Sochaux) qui, s’il venait chez nous par exemple, saurait peut-être le convaincre de partir pour la Bourgogne. Et quand on sait que Mokeddem était finaliste au coude à coude avec Tavenot l’an dernier…

Antoine Mille (MC, Châteauroux) : déjà sur les tablettes du Dijon Show la saison dernière, l’ancien de Bourg-en-Bresse a encore accomplie une belle saison, cette fois sous les couleurs de Châteauroux, avec 6 buts et 8 passes décisives toutes compétitions confondues. Milieu polyvalent, capable de jouer devant la défense, en relayeur, en meneur de jeu voire même en n°10, il se distingue par une lecture du jeu et une propreté technique au-dessus de la moyenne. A bientôt 27 ans et avec 87 matchs de N1 au compteur, il fait figure de valeur sûre du championnat. Seul bémol : si Antoine Mille serait le remplaçant parfait à un Bryan Soumaré, à ce poste de milieu polyvalent avec une dimension offensive, le DFCO dispose déjà de profils pouvant faire le job, de Chahid à El Khamali en passant par Hamada, avec un risque d’embouteillage selon le schéma de jeu préférentiel du futur coach. Et un tel joueur ne viendra pas sans l’assurance d’être titulaire.

Marco Essimi (AG, Saint-Priest) : si vous reconnaissez ce nom, c’est soit que vous suivez bien l’actualité du championnat de National 3, soit que vous avez une bonne mémoire des jeunes passés par le DFCO pendant leur formation ! L’ex dijonnais Marco Essimi (passé au club en 2018-2019 avant de retourner au Paris FC) a arpenté de nombreux clubs de région parisienne et du Centre-Est de la France, passant non loin d’ici par Dole avant de poser ses bagages à l’AS Saint-Priest où il a complètement explosé cette saison ! Marquant un but dans chacun des quatre derniers tours de la Coupe de France avant les huitièmes et la rencontre avec Valenciennes (défaite 1-2 assez imméritée), l’ailier gauche de désormais 25 ans a muri et contribué à une saison fantastique (57 buts en 26 journées de championnat, dont 15 marqués ou assistés par Essimi) de la part du club rhodanien qui monte en N2 loin devant son voisin de La Duchère. S’il n’est pas encore sûr de ce que cet attaquant peut offrir deux échelons plus haut, on peut s’attendre à le voir être décisif tout de même en National, alors que nos joueurs de N3 BFC (un groupe bien moins relevé que celui de Saint-Priest) se sont montrés tout à fait compétents en équipe première. L’heure du come-back ?

Sander Benbachir (AG, Hyères) : même s’il est un peu véhément sur le terrain, l’attaquant du Hyères FC a de quoi se faire apprécier du public de Gaston-Gérard. « Oui, je suis un joueur de caractère, j’aime gagner, la plupart des gens qui m’ont mis une étiquette et qui pensent que je râle trop ne me connaissent pas », raconte celui qui vient de terminer deux très grosses saisons sur l’aile gauche du club varois. Après avoir marqué 9 buts (+ 4 passes dé’) en 2022-2023, le voilà qui confirme et fait mieux cette saison avec 13 buts et 2 assists dans une équipe qui n’a fini « que » 6e de son groupe de National 2. À 26 ans, pas sûr qu’il souhaite s’éterniser au 4e échelon du football français même si le natif de Marseille a fait la grosse majorité de sa carrière dans le Sud. Une opportunité comme Dijon ne se refuserait pas, quoiqu’on imagine bien Martigues rafler la mise, pour un joueur très engagé et motivé qui est certes souvent averti, mais rarement suspendu. Il a peut-être de quoi faire un remplaçant idéal à un Fdaouch peut-être partant.

Stanislas Kielt (AC/AG, Cannes) : l’une des révélations de l’année en National 2. Retourné depuis 3 saisons dans son club d’enfance de l’AS Cannes, après avoir fini sa formation à l’ACBB et être passé par le Portugal et les U19 de Boavista, l’attaquant de 22 ans a inscrit 9 buts cette saison, après avoir scoré à 17 reprises lors des deux saisons précédentes quand l’AS Cannes évoluait encore en N3. Une confirmation à l’échelon supérieur qui paraît logique, tant le jeune homme est reconnu pour son sens du travail et de l’écoute. Capable de jouer avant-centre, deuxième attaquant ou même excentré côté gauche, il sait se montrer tueur devant le but mais participe également beaucoup au jeu en décrochant régulièrement pour venir aider à remonter les ballons. Un profil polyvalent et prometteur qui pourrait être très intéressant en association avec les autres offensifs dijonnais.

Même dans un club en difficulté, Jarju plante et aide ses partenaires à marquer(Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport).
Même dans un club en difficulté, Jarju plante et aide ses partenaires à marquer
(Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport).

Yankuba Jarju (AC, Cholet) : un autre nom que l’on avait déjà en tête l’été dernier. Avec 10 buts et 2 passes décisives au compteur, le Gambien a encore prouvé, malgré la relégation de son club, qu’il était l’une des valeurs sûres de N1 au poste d’avant-centre. Ce que d’ailleurs ses statistiques démontrent : 47 buts et 10 passes décisives en 152 matchs de National 1. Difficile de faire plus régulier. Attaquant complet, il est doté d’un vrai sens du but qui lui permet de scorer régulièrement, même si sa finition peut encore parfois laisser à désirer. Sans jouer vraiment en pivot, il apporte toutefois beaucoup de présence dans la surface, ce dont le DFCO a régulièrement manqué cette saison. Peut-être un peu limite pour l’échelon supérieur, il serait néanmoins un renfort de choix pour Dijon, à un détail près. Car bien que leurs profils ne soient pas complétement identiques, il paraît peu probable que le DFCO recrute ce type d’attaquant sans se séparer au préalable de Joseph Mendes, ce qui semble loin d’être acquis.

@No_vak et @Gus21

4 844 vues


Commentaires

7 réponses à “Mercato – Les bons coups à faire pour le DFCO sur le marché des transferts”

  1. Avatar de VILLETTE
    VILLETTE

    https://surlefoot.fr/stanislas-kielt-un-jeune-prometteur/

    je l’avais repéré sur ce site ce serait une bonne recrue.

  2. Avatar de Gilles PACCAUD
    Gilles PACCAUD

    Ne reste plus qu’à connaitre le nom du futur entraineur pour avoir une idée du jeu et surtout les moyens financiers du futur propriétaire apportés au club.
    En attendant, belle analyse et à voir si la cellule de recrutement lit vos articles …

  3. alors la respect sacré boulot

    Allez Dijon

    Arnaud

  4. Avatar de Verandi Noel
    Verandi Noel

    Bonjour,

    Un petit rectificatif à votre bon article.

    M. Tavenot ne revient pas pour entraîner l’AS Furiani, mais le Sporting Club de Bastia, dont le stade se trouve sur la commune de Furiani …

    1. Bien sûr, mais Bastia et Furiani étant voisins, avec un gardien de la qualité de Vanni sous le nez qui pourrait tout à fait renforcer le Sporting, ça serait enfin un joli pied de nez de Dijon à Bastia, qui va de son côté voler quelques éléments de qualité au DFCO 😉

  5. Avatar de Pierre

    Comment parler de Jura Sud sans parler de el oihab abdou joueurs formé au club capitaine dès sa première année a Jura Sud et titulaire indiscutable malgres une blessure L’annee dernière .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *