DFCO : Nuances automnales

Depuis le dernier match du DFCO, une nouvelle saison a pointé le bout de son nez, les nuits se font plus fraîches, les journées raccourcissent à vue d’œil, et alors que les arbres vont se couvrir peu à peu d’un manteau vermillon, profitons-en pour réfléchir sur ce que nous pouvons retenir de ce début de saison, entre festivals estivaux et matchs insipides.

Bilan mitigé pour Benoît Tavenot et ses hommes, après un début en fanfare.

Petit rappel factuel, le DFCO pointe aujourd’hui virtuellement à la dixième place du championnat (le FCSM accusant deux journées de retard) avec 8 points, obtenus au cours de deux victoires (face à Avranches & Villefranche) et deux matchs nuls (Rouen & Le Mans), et n’a échoué à développer son jeu que sur les pelouses adverses, jusqu’à ce dernier week-end où les hommes de Benoît Tavenot ont finalement concédé leur première défaite de la saison dans leur jardin.

n

Une belle promesse aoûtienne

Au départ d’une nouvelle ère, Benoît Tavenot posait ses valises dans la capitale des ducs de Bourgogne avec des intentions claires : “[Sa] finalité c’est de réussir à Dijon”, et pour cela, le DFCO réalise un mercato intéressant qui lui permet de se placer vis-à-vis de ses concurrents comme un prétendant logique à la montée. Un statut encore plus logique pour une équipe fraîchement débarquée d’un championnat entièrement professionnel.

nn

Avec quelques principes de jeu identifiables mais avant tout de son adaptabilité, qualité selon lui indispensable pour un bon coach, l’ancien adjoint d’Antonetti va tout d’abord bricoler avec les forces en présence avant de trouver, semble-t-il, la formule qui fonctionne avec un véritable carton plein à domicile face à Avranches à la J3 (5-2) : le DFCO tient là un match référence sur lequel s’appuyer pour la première partie de saison.

nn

La réalité rattrape cependant vite les Rouges et ses supporters, rien n’est acquis et encore moins aussi rapidement. La première défaite de la saison sera concédée dans la foulée, lors d’un triste match au contexte particulier, qui nous permettra d’identifier alors quelques problèmes qui deviendront récurrents pour le mois à venir, même si rien ne mérite que l’on s’inquiète réellement à cet instant.

n

Un jour (de match) sans fin

En attente du match qui clôturera septembre ce Vendredi soir, le DFCO n’a gagné qu’un seul des quatre autres matchs qui composent ce mois. Sur les trois défaites, cette horrible impression de voir un peu et toujours la même chose. Car les Dijonnais sont attendus par beaucoup d’équipes du National et ceux-ci ont déjà montré leurs faiblesses défensives, notamment sur cet exercice particulier des coups de pied arrêtés. Sur les 6 buts encaissés sur la trentaine de jours, 4 d’entre eux font état d’un manque de concentration de la part des Rouges, voire d’une grosse faute de rigueur dans la surface pour le pénalty concédé à Châteauroux. Un constat d’autant plus frustrant lorsque l’on se penche sur le nombre de coups de pieds arrêtés offensifs obtenus par le DFCO lors des précédents matchs, qui ne donnent rarement mieux qu’une frappe cadrée plein axe.

nn

Sans solution face à ce schéma qui se répète semaine après semaine, les hommes de Tavenot semblent en perte de confiance, notamment à l’extérieur où ils n’ont jamais gagné et n’ont inscrit qu’un seul but (face à Le Mans, 1-1). Pire encore, un Dijon peu adroit vendredi dernier s’est incliné à domicile face à une équipe qu’elle avait pourtant maîtrisée (2.59xG pour Dijon, 0.38 pour Cholet, 0-1 score final..). Un résultat difficilement prévisible et relativement inquiétant. Si on sait que Dijon ne pourra prétendre à une remontée directe en ne remportant que ses matchs à domicile, alors il ne peut surtout pas se permettre de commencer à les perdre.

n

Un DFCO hétéroclite

Fort d’un effectif rempli de qualités, Benoît Tavenot déclarait lors de sa conférence de presse d’intronisation que “Un match ça se joue à 17, une bonne saison se fait à 25, une très bonne saison se joue à 60 avec l’ensemble du club ». Si certains joueurs font pour l’instant une excellente impression, tels Chahid, Fdaouch, Fofana ou encore Irié pour ne citer qu’eux, d’autres comme Cissé, N’Chobi ou Ben Fredj nous paraissent parfois à côté de leurs crampons sur le terrain, bien que ce dernier n’ai pas été beaucoup utilisé à son poste de prédilection. Du côté des joueurs expérimentés, Congré a décidément perdu de sa superbe, Soumaré connaît une relative période à vide et Marié, absent lors des dernières rencontres a démontré lors de sa dernière entrée en jeu à quel point il manquait au système de jeu dijonnais.

nn

Une situation complexe mais que doit résoudre le tacticien, qui voit son effectif parfois être réduit pour cause de pépins physiques, voire pour des causes extrasportives comme le laissait sous-entendre la non-convocation de Fdaouch lors du match face à Cholet. D’un autre côté, l’arrivée des dernières recrues devrait donner des cartouches supplémentaires au staff bourguignon. S’il est trop tôt pour parler de Schur, Joseph Mendes a quant à lui été auteur d’un très bon match avant de rentrer dans le rang, souffrant principalement du manque de qualité dans les centres de ses coéquipiers.

n

Quelles perspectives d’avenir ?

Si les semaines à venir vont être plus froides, les joueurs mais aussi le tacticien du DFCO doivent désormais trouver les clés pour réchauffer nos cœurs de supporters. Suite à la dernière déconvenue, ce dernier a affirmé vouloir retrouver avec son groupe une approche tactique plus simple, qui devrait permettre à un groupe, dont la plupart des joueurs ont le niveau tactique du National, de s’exprimer plus simplement, et plus librement avec le ballon.

nn

Toujours dans la même optique, Dijon se devra d’être moins prévisible dans ses intentions de jeu et de laisser les offensifs faire parler leur technique et leur créativité. De l’autre côté du terrain, la défense va devoir faire preuve de plus de rigueur et de concentration, notamment sur les coups de pieds arrêtés, qui ne doivent pas, et ne peuvent pas devenir la marque de fabrique (ou de faiblesse) de notre équipe, dans l’espoir de refaire de Gaston-Gérard une forteresse, et d’enfin faire bonne figure à l’extérieur. Cet exercice concerne bien évidemment toute l’équipe et pas simplement le secteur défensif, qui doit encore s’affirmer à l’image de Temanfo, l’une des plus grosses satisfactions du mercato.

nn

Dijon voudra probablement aller chercher un gros succès face à une formation niortaise qui l’avait mis à mal l’an passé en Ligue 2 BKT (2 défaites), et qui occupe actuellement la seconde place du championnat. Le DFCO devra surtout faire preuve de concentration et de rigueur pour ne pas laisser filer plus de points face aux promus Marignane et Epinal, sous peine d’appréhender l’hiver dans le rôle de la cigale. L’occasion d’enfin lancer une série ?

nn

@CM_Tadryel

17 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *