DFCO 2-2 Caen : en alexandrins

Dans une soirée d’août, contre un sérieux rival

n

Comme Caen qui va prétendre à la montée fin mai,

n

Le courage de Dijon peut être souligné.

nn

Pas de place pour le doute, à l’instant où la balle

n

Frappée par Alexandre pénètre les filets,

n

Son double bourguignon ne tarde à répliquer.

Aucune surprise dans le 11 de départ de Dijon, Omar Daf décide de faire confiance aux mêmes hommes que lors des deux premières journées, à savoir une défense Traoré-Congré-Touré-Rocchia. Nassi et Soumaré accompagnent les avant-centres Camara et le Bihan, légèrement plus reculé au poste de milieu offensif pour lier le jeu et servir de relais à Ndong et Marié, la parie habituelle au milieu de terrain. Après Congré et Marié, Le Bihan porte cette fois le brassard.

LE MATCH

Stéphane Moulin dit avoir des regrets de ne pas être rentré en Normandie avec trois points au vu du scénario. Mais des regrets, Omar Daf et sa troupe en ont aussi. Car l’espace d’une mi-temps, Dijon a montré de belles qualités dans la projection avec le ballon, perforant une défense qui, même après avoir été malmenée contre Metz, n’avait pas encore encaissé le moindre but cette saison. Un réveil un peu tardif qui empêche le DFCO de se placer parmi le groupe échappé des équipes à sept points au classement, à la place de son adversaire du soir.

nn

Pour faire un beau match, il faut deux bonnes équipes joueuses. Malheureusement, aucune des deux ne l’était vraiment en première période. Des Caennais très frileux sont venus jouer avec le frein à main, acceptant d’être dominés dans l’entrejeu tout en ne concédant que peu d’occasions grâce à un bloc bas bien organisé et trop peu bousculé. Comme si les locaux laissaient l’adversaire en vie malgré une très claire envie de l’asphyxier.

nn

Et cela est bien dommage puisqu’en dehors d’une frappe lointaine de Daubin qui vient mourir à côté de la cage dijonnaise (10e), le SMC n’a pas été très dangereux pendant les 40 premières minutes. D’abord contré sur un tir dans la surface, Camara sert quelques minutes plus tard Nassi dans l’un des rares moments où les Dijonnais prennent vraiment la défense adverse à défaut. Walid Nassi voit sa frappe trop écrasée finir dans les gants de Mandréa sans trop le menacer (16e).

nn

Camara est essentiel en ce début de partie, tout comme Rocchia qui déboule à la 21e minute sur son côté et s’appuie sur Le Bihan, qui lui remet en une touche. Derrière le premier rideau de défenseurs, le latéral gauche glisse le ballon à Idrissa Camara qui, du bout du pied, l’effleure mais ne le met que dans le petit filet extérieur. Dans la foulée, Rocchia est l’auteur d’un excellent tacle par derrière dans sa propre surface pour récupérer la balle dans les pieds de Vandermersch.

nn

Lors de ces premières minutes, probablement gâchées par un enjeu important mais surtout par une chaleur étouffante, les 22 acteurs ne sont pas très inspirés. Ni les quelques corners du DFCO, ni la frappe lointaine de Le Bihan ne sont suffisamment bien joués. On se réjouira tout de même du récital de Didier Ndong, qui coupe presque toutes les transmissions des Blancs et ne laisse que des miettes aux attaquants adverses, forçant Caen à jouer long et à rendre fréquemment la possession.

Ndong est encore présent sur une mauvaise passe en retrait de Mendy, forcée par Zargo Touré et son pressing dans son dos. Il décale Nassi, qui a pris de l’avance sur le piston droit mais manque de lucidité en tentant un centre piqué qui passe… au-dessus des cages. Mais la situation aurait pu être bien plus critique à la pause, avec cette double occasion caennaise, issue d’une tête un peu manquée de Rocchia.

nn

Les visiteurs profitent d’un surnombre pour changer d’aile rapidement et, même si Mendy est bien pris dans la surface, il use de son physique pour remettre à Daubin à l’orée de la zone et lui permettre de frapper : Baptiste Reynet repousse devant lui. Vandermersch centre presque immédiatement pour trouver l’avant-centre, mais celui ci est en position de hors-jeu. Dijon peut souffler car, sans l’aide de son gardien, un scénario vu bien trop souvent l’an passé semblerait se répéter à nouveau.

n

Prises d’initiative et coaching payant

Dès la 46e minute, Xande Silva entre sur la pelouse, prenant la place de Walid Nassi côté gauche. Malgré ce changement offensif, les premières tentatives sont pour Caen, avec Mendy. D’abord de la tête sur corner, tentative infructueuse puisqu’elle passe bien trop haut. Puis en profitant d’une frappe d’Essende venant de la droite de Baptiste Reynet, contrée par Traoré mais qui par chance lobe un Congré un peu long à la détente pour finir au point de penalty. Alexandre Mendy ne se fait pas prier et frappe avant même que le ballon ne touche le sol pour battre le gardien de Dijon (0-1, 49e).

nn

Le DFCO passe alors à l’attaque et met la pression, Le Bihan, Soumaré, Camara et surtout Silva se projetant vers le but adverse, sans pour autant parvenir à trouver la faille. Marié mène le contre après une touche caennaise ratée dans la surface de Dijon. Soumaré le relaye et Silva est servi dans la profondeur, sa frappe est bloquée, ricoche vers Soumaré dont le tir à l’extérieur de la surface ne redescend pas.

nn

Juste avant l’heure de jeu, Ndong protège le ballon de son corps et renverse à l’opposé vers Traoré qui passe pour Soumaré. Le milieu offensif temporise une seconde avant de donner dans la course de Xande Silva, qui fait danser et reculer Teikeu et Cissé avant de trouver une fenêtre de tir et d’envelopper son ballon d’une très belle manière dans le petit filet de Mandréa (1-1, 60e).

La rencontre s’emballe et laisse enfin le spectacle prendre le dessus. Alors que Brahimi et Kyeremeh entrent côté Malherbe, l’entraîneur dijonnais opte pour Thioune et Ahlinvi à la place de Marié et de Camara à la 66e minute. Le Bihan, de retour en pointe de l’attaque, reprend de volée au second poteau un corner de Soumaré dévié au premier, mais manque le cadre. Cette frappe ne manquait pas de puissance.

nn

Alors que nous arrivons dans le dernier quart d’heure, Xande Silva profite du bon ballon de Rocchia et du décalage créé par le DFCO pour se frayer un chemin en crochetant et en évitant le tacle de Teikeu. D’une feinte, il élimine Vandermersch et entre dans la surface par la gauche, sa passe en retrait est dégagée de justesse en corner alors qu’Ahlinvi et Le Bihan rôdaient ! Dans l’autre sens, Reynet n’est pas vraiment mis en danger et saisit le ballon sur la tête de Yoann Court, lancé dans la profondeur par Abdi.

nn

Rocchia glisse et rate complètement sa passe (79e), permettant à Kyeremeh de subtiliser le ballon et de passer à Brahimi, qui alerte Jeannot dans l’espace laissé par une défense dijonnaise stupéfaite. Reynet sort vite pour boucher l’angle et empêcher l’ancien joueur du DFCO de faire repasser son équipe devant. Le carton jaune adressé à Thioune ne surprendra personne.

nn

Kyeremeh est sans doute le joueur de Caen le plus dangereux. Le feu follet met la misère à Traoré et Touré, Jeannot est servi en devançant Congré. L’attaquant met son pied en opposition mais n’attrape pas le cadre. Suite à l’interception d’Ahlinvi, Ndong décale Thioune qui frappe de loin, sans assez de conviction pour battre Mandréa. Assalé remplace Le Bihan dans les derniers instant.

nn

Caen est l’équipe la plus menaçante dans les dernières minutes et va profiter d’un pressing très haut des Dijonnais pour dégager vers Jeannot. Sa remise de la poitrine vers Vandermersch est reprise instantanément par le latéral droit qui alerte Kyeremeh, revenant d’une position de hors-jeu. Godson Kyeremeh est cependant plus rapide que tout le monde et centre vers Jeannot mais ne trouve que Cheick Traoré… qui tacle et met le ballon dans ses propres filets (1-2, 87e) !

Une action d’école conclue avec un peu de chance par Caen, profitant d’une erreur de l’arbitre de touche pourtant très bien placé, mais M. Legat rend la pareille sur le coup d’envoi. Une longue balle de Ndong atterrit derrière la défense, Assalé tente de la contrôler; Il se fait dépasser et bousculer par Cissé et Mandréa, qui communiquent mal après le rebond. L’arbitre siffle immédiatement penalty, une décision difficilement contestable vue du stade mais beaucoup moins évidente lorsque l’on regarde les ralentis. Plein de sang froid et confiant après une nouvelle belle prestation, Bryan Soumaré se charge de la sentence et marque en prenant le gardien à contre-pied (2-2, 90e+1).

nn

Le buteur est instantanément remplacé par Coulibaly pour les derniers instants. Malgré ses efforts, Dijon ne parvient pas à marquer un troisième but et se contentera d’un point, mérité sur l’ensemble du match et assez savoureux étant donné les circonstances. Le gros regret des Rouges sera de ne pas avoir pu mettre plus de rythme dans cette rencontre. Ils ont manqué de vitesse dans l’axe, ont été un peu passifs sur les transitions, préférant mettre le pied sur le ballon que tenter plus de passes risquées. Avec ce score de deux partout et les résultats sur les autres terrains de Ligue 2, le DFCO est 8e du classement, à deux points de la première place.

nn

@No_Vak

LES NOTES

HOMME DU MATCH : Didier Ndong (7,3)

Le revenant continue de saisir pleinement sa chance de redorer son blason et de quitter la Bourgogne la tête haute. Un peu emprunté en début de match, principalement sur les relances, il s’est toutefois montré énorme à la récupération et est monté en puissance au fur et à mesure du match, terminant la partie quasiment en meneur de jeu reculé. La paire qu’il forme avec Marié continue de donner entière satisfaction.

Reynet (5) : deux belles parades-réflexes mais un gros manque de communication avec sa défense qui entraîne l’ouverture du score caennaise. Du Reynet dans le texte quoi.nnTraoré (3,8) : un CSC, ça peut arriver à tout le monde. Mais quand ça arrive à un joueur déjà coutumier des erreurs grossières et dont le niveau pose régulièrement question, forcément, ça prend une autre saveur. Rappel utile : Ngouyamsa est tout proche dernière…

n

nTouré (5,1) : encore un match très convaincant de sa part. Si quelques unes de ses prises de balle nous ont rappelé les frissons que faisaient courir sur nos échines les interventions acrobatiques d’un certain Cédric Yamberé, il s’est souvent montré serein et a rarement été pris en défaut.nnCongré (4,2) : un nouveau match un peu décevant, avec en point d’orgue sa passivité sur l’ouverture du score caennaise, à nouveau un carton jaune pour une faute grossière… Ce n’est pas encore la catastrophe, mais ça ressemble furieusement à une première alerte.

nn

Rocchia (5) : très actif offensivement, ses courses pour repiquer dans l’axe ont souvent ouvert des espaces intéressants pour ses ailiers. Défensivement, malgré deux erreurs qui ont permis à Reynet de s’illustrer, il a également été solide avec plusieurs tacles bien maîtrisés dans des zones importantes.

n

nMarié (5,9) : un début de match époustouflant. Grattant ballon sur ballon et orientant le jeu avec une précision d’orfèvre, Jordan Marié a montré ce qu’il est capable de faire à son meilleur niveau. Un peu plus discret par la suite, il a néanmoins maintenu un très bon niveau de jeu et rend une copie d’excellente facture. Et ce n’est pas la première fois cette saison. Remplacé à la 66e par Ahlinvi, dont la capacité à se projeter vers l’avant n’a pas suffi à effacer les lacunes techniques.

n

nSoumaré (6,6) : il a compensé ses rares mauvais choix par une belle abnégation sur les phases défensives. Pour le reste, lui aussi a encore rendu une copie très satisfaisante. Quelques jolis gestes techniques, beaucoup d’intelligence dans l’orientation du jeu et les déplacements, un pénalty transformé sans trembler… Un Bryan à ce niveau, on en redemande toutes les semaines. Remplacé à la 92e par Coulibaly, qui a évolué dans une défense à trois pour ses premières minutes en championnat cette saison.

n

nNassi (3,7) : beaucoup trop timide dans son jeu, l’ancien pensionnaire du Stade Briochin n’a pas retrouvé la folie qu’il avait sur le premier match. Il n’a pas non plus su profiter des espaces ouverts par les courses de Rocchia. Sa sortie à la mi-temps était justifiée mais pas de panique : il a encore beaucoup à apprendre et largement le temps pour le faire. Remplacé à la mi-temps par Xande Silva (7,2). Son entrée à Pau avait esquissé quelques belles promesses. Entré à la pause, il a, pour sa première mi-temps à Gaston Gérard, éclaboussé la pelouse de sa classe. Un but admirable, une célébration devant le Kop, des friandises techniques qui rappellent l’époque du « total régal », des passages devant les tribunes pour arranger le public… le Portugais a coché toutes les cases pour réussir ses débuts en Rouge et conquérir le cœur des supporters.

n

nLe Bihan (5,3) : en première période, son positionnement en 9 et demi l’a amené à descendre très bas pour chercher des ballons dans le cœur du jeu. Trop bas sans doute, ce qui l’a empêché d’être présent dans la surface lorsque cela aurait été nécessaire. Mieux lorsqu’il a été repositionné en attaquant de pointe, avec rapidement des situations intéressantes, même s’il ne s’est pas créé de grosse occasion. Pas de quoi entamer la confiance que semble lui accorder Omar Daf, au point de lui confier le brasser de capitaine. Remplacé à la 86e minute par Assalé, qui a obtenu un penalty plus que généreux mais qui avait le mérite d’être au bon endroit, au bon moment.

n

nCamara (4,1) : beaucoup d’activité mais des appels trop stéréotypés, associés à des erreurs techniques et de placement. Un potentiel incontestable mais encore beaucoup de progrès à faire pour apprendre à être vraiment efficace en tant qu’avant-centre. Remplacé à la 66e par Thioune, dont la présence aux côtés de Ndong a permis de bien cimenter l’entre-jeu dijonnais. Bon, et comme d’habitude, il a pris son petit jaune au passage.

n

@Gus21

MOYENNE : 5.3

15 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *