Caen 2-1 DFCO : le pire Dijon de l’histoire

par

dans

« Quand on ne respecte pas le football, le football ne nous respecte pas ». Telle était la réaction de Mickaël Le Bihan au terme d’un nouveau match perdu par une équipe de Dijon apathique, peu combative et extrêmement maladroite malgré l’ouverture du score à la 2e minute. Une chance inouïe de l’emporter, encore gâchée par l’équipe qui est probablement la plus mauvaise et la plus détestable de toute l’histoire du club.

La composition d’équipe choisie par Omar Daf et ses collaborateurs inclut Allagbé dans les buts, qui a été intéressant avec sa sélection nationale, mais aussi Jacob et Thioune à nouveau dans le onze malgré leur mauvais comportement. Roger Assalé et Christopher Rocchia composent une aile droite qui a rarement eu ce visage et Daniel Congré se retrouve dans la charnière centrale.

LE MATCH

Nous retrouvions nos Dijonnais à la sortie d’une trêve internationale qui a surtout fait du bien aux supporters, excédés et déprimés par les mauvais résultats. Et nous avions de bonnes raisons de croire que la pause avait également fait du bien au groupe, qui a réussi quelque chose de rarement fait cette saison ; prendre l’avantage dans une rencontre !

nn

Et pas n’importe quel avantage, puisqu’il s’agit d’un but d’entrée de jeu, sur un coup franc indirect qui plus est ! Zargo Touré est bien placé lorsque le centre lointain de Le Bihan est dévié au premier poteau par Congré, son binôme, et peut placer sa tête hors de portée du gardien de Caen (2e, 0-1).

nn

Une entame idoine qui ne sera malheureusement pas suivie d’un match à la hauteur du DFCO. Malgré cet avantage considérable, les Rouges vont commencer à lever le pied et à autoriser de plus en plus d’espace à ces Caennais, qui n’ont perdu qu’une seule fois à d’Ornano cette saison. D’ailleurs, Dijon n’a gagné qu’une seule fois hors de ses bases. Probablement à cause de sa passivité à l’extérieur.

Une passivité qui se matérialise au fil des minutes, quand des coups de pied arrêtés donnent aux Caennais la possibilité d’égaliser avec Mbock (7e) et Court (10e). Les visiteurs rendent systématiquement la balle et ont toutes les difficultés du monde à sortir de leur camp, essuyant les tirs lointains de Brahimi (13e), Court (25e) ou encore de nombreux centres dangereux. Entretemps, Roger Assalé est contraint de céder sa place dès la 13e minute, Xande Silva rentre tout comme Baptiste Reynet à la 36e, qui supplée un Allagbé lui aussi touché.

nn

Le gardien a à peine le temps de s’échauffer qu’il doit déjà sortir de nouveaux tirs de Mbock ou de Daubin, même si ses défenseurs (Joly, Rocchia…) sauvent bien la mise aux Dijonnais, qui rentrent aux vestiaires avec un but d’avance à la pause. Mais à ce rythme, cet avantage ne peut durer bien longtemps, le Stade Malherbe a bien compris cela et va continuer à monopoliser le ballon et à tenter de faire plier une défense plutôt chanceuse à ce stade.

n

Le poison d’avril

La deuxième frappe Dijonnaise se fait attendre et n’arrive qu’à la 57e minute de la rencontre, sur une contre-attaque plutôt bien dirigée, qui mène à un tir complètement manqué de Soumaré à 23 mètres des buts. Dijon a laissé passer sa chance et, même avec trois défenseurs sur Mendy, ne peut empêcher le Bissaoguinéen de remettre le ballon en retrait du bout du pied vers Bilal Brahimi à l’entrée de la surface. Le jeune milieu offensif – pour lequel Le Dijon Show militait dans l’espoir d’un transfert en Bourgogne cet été – crucifie alors un Reynet un peu trop avancé, punissant une défense naïve et sans réaction d’une frappe bien placée (1-1, 60e).

nn

Le festival continue avec de nouvelles tentatives de Mbock, menaçant sur ses tirs de loin. Sa tentative de lob passe au-dessus de la transversale, mais Malherbe va être aidé par le sort et récompensé de sa domination. A force de jouer dans sa surface, Dijon et Touré commettent l’irréparable avec un (léger mais réel) contact du coude du défenseur sénégalais sur le visage de Mohamed Hafid, entré cinq minutes plus tôt. Penalty tenté et marqué par Alexandre Mendy, fort sous la barre alors que Reynet avait plongé sur sa droite (2-1, 70e). La dynamique est la même depuis la 1ere minute mais le score a entièrement changé.

nn

Centres ratés, fausses touches, frappes contrées… Le dernier quart d’heure de la rencontre nous prouve que Dijon avait pourtant les moyens de mettre la pression dans le camp de son adversaire du soir mais n’avait tout simplement pas les capacités techniques pour être suffisamment efficace et s’imposer avec si peu de tirs (7 frappes, 2 cadrées…). Il aurait fallu des idées plus ambitieuses et ne pas se « faire dessus » à chaque relance. Le DFCO n’accentuera que ses propres regrets de ne pas avoir essayé de se mettre à l’abri après avoir ouvert le score.

Ni les mots de Le Bihan, ni ceux d’un Omar Daf qui se plaint encore de l’arbitrage et qui semble commencer à prendre conscience qu’avec sept points de retard et neuf matchs à jouer, il pourrait bientôt y avoir urgence (sans rigoler), ne nous feront oublier que les discours ne collent pas du tout à ce que nous voyons sur le terrain. Joueurs déconnectés, qui ont déjà abandonné, des dirigeants qui cherchent à tout prix un pigeon à qui refourguer le DFCO… La pire saison de cette équipe est bel et bien en train de se dérouler sous nos yeux.

n

@No_Vak

LES NOTES

L’Homme du match : Christopher Rocchia (5)

Ok, donc maintenant on perd même quand Rocchia est titulaire. C’était notre dernier gri-gri. On est officiellement morts. Une satisfaction néanmoins : il a joué 80 minutes sans se blesser ni prendre un carton rouge. Nous ne sommes pas loin d’un record. Remplacé par Traoré, par ce qu’il n’y a pas de raison que certains ne participent pas à la fête.n

n

Allagbé (non noté) : s’est fait marabouter par Reynet. Nous n’avons pas d’autre explication. Remplacé par Reynet (2,8) : il paraît qu’il existe des dimensions parallèles. J’espère que dans l’une d’elles, au moins, il sait arrêter des pénos. Et qu’il a eu une fin de carrière décente.nnJoly (5) : quand t’es supporter dijonnais et que le seul mec qui te fait vibrer dans ton équipe, c’est un joueur prêté par Auxerre, tu sais que t’es bien dans la merde.nnTouré (3,3) : a marqué de la tête en 1e période. A vrillé de la tête en 2e période. Une certaine cohérence.nnCongré (2,5) : il était de retour ! Pour nous jouer un mauvais t… Non même pas. Pour servir à rien, juste.nnThioune (3) : on a une règle – une seule – dans les debriefs au Dijon Show : pas d’insulte. Et nous n’avons JAMAIS été aussi proches de la transgresser. nnPi (3,3) : pou Pi pou Pi pou Pi pou. Ouais c’est la chanson de Dewey dans la série Malcolm in the Middle. Comment ça, ça n’a aucun rapport avec le foot ? Bah Jessy Pi non plus. Remplacé par Marié, de retour au bagne après avoir renoué avec le foot en jouant avec la réserve le week-end dernier. Dur.nnSoumaré (2,3) : le seul livre de T’choupi capable de coller des cauchemars à un gosse jusqu’à la fin de ses jours. Remplacé par Tchaouna et…. Pfffouu, faut-il vraiment qu’on commente ?nnJacob (4) : peut-être un des seuls dont on ne va pas dire du mal sur ce match. Bon, pas du bien non plus, faut pas déconner. Mais quand même. nnAssalé (non noté) : pressenti pour reprendre le rôle de Samuel L. Jackson dans le reboot de « Incassable ». Remplacé par Xande Silva (2,5) : on est sûr qu’il est vraiment rentré sur la pelouse ? Non, vraiment ? Juré ? Bon, bon, si vous le dites… Remplacé à son tour par Nassi, qui n’aura même pas le plaisir de retrouver le Stade Briochin la saison prochaine. Son centre en bout de course, lui, a bien atterri en Bretagne.

n

nLe Bihan (3) : c’est la fin du debrief, on arrive à court de vannes même un premier avril. Et puis on ne sait pas, cette saison, on n’arrive pas à lui en vouloir. Nous avons sûrement tort.

n

@Gus21

MOYENNE : 3,3

15 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *