Walid Nassi à l’heure de vérité

par

dans

Parfois maladroit, souvent courageux et entreprenant, l’ailier du Dijon FCO Walid Nassi fait parler de lui malgré son absence totale de statistiques décisives (buts ou passes dé’). Alors que le maintien ou non de son club va se jouer sur un fil dans les quatre dernières journées, l’ailier droit va devoir montrer qu’il a retenu ce qu’il a appris de sa première saison en Ligue 2 pour le tirer vers le haut.

Walid Nassi, arrivé cet été du Stade Briochin, a commencé la saison dans la peau d’un titulaire à Dijon avant de progressivement céder sa place à Xande Silva et Loum Tchaouna, recrutés plus tard au cours du mercato estival. Avec vingt-et-une apparitions dans l’équipe Ligue 2 (en moyenne 26 minutes sur le terrain, pour un total de 542 minutes), l’ailier a souvent donné de sa personne et montré de belles choses dans ses dribbles, ses passes et ses intentions. A Annecy encore, l’ailier droit (bien aidé par Paul Joly) envoie un centre dangereux dans la surface, repoussé difficilement dans l’axe par les défenseurs sur un Bryan Soumaré qui a le champ libre pour marquer l’un des plus beaux buts de la saison. Son entraîneur précédent Didier Santini nous raconte son arrivée dans le groupe N1 de son ancien club, à la surprise générale.

nn

« Il fait partie de ces jeunes joueurs fougueux, généreux, qui ont envie de bien faire. Je crois que le premier match qu’il a fait avec moi c’était contre Châteauroux, il est rentré arrière droit pendant 20 minutes ! Il n’avait que 21 ans, il venait de nulle part ou presque, après deux années de CoVid et très peu de matchs en N3. Il faut savoir que Walid vient de très loin dans les divisions inférieures, il est venu de la réserve rejoindre l’équipe première de Saint-Brieuc pendant l’épidémie, j’avais 18 cas donc plus aucun joueur à l’entraînement… Il est venu s’entraîner avec moi et de tous les jeunes qui sont montés, c’est le seul qui est resté avec moi. Il a fait tous les matchs de la saison 2021-2022 ou presque, en étant beaucoup titulaire en fin de saison. Comme notre attaquant à Rodez Killian Corredor, c’est une histoire de structuration. »

nn

« Passer de R1 ou N3 à N1 ou Ligue 2, il y a une grande marge à combler d’un coup, continue Santini ! Il a la qualité, il va le faire parce qu’il est malgré tout adroit devant le but et qu’il va très très vite. C’est un grand travailleur, il a un cœur gros comme ça, c’est une belle personne donc je ne me fais pas de souci pour lui. Mais des fois il va tellement vite qu’il peut confondre vitesse et précipitation ! Ça et le fait que la Ligue 2, ce n’est pas non plus le National. Je pense qu’il avait besoin d’un temps d’adaptation après la très belle saison de N1, les quatre derniers mois fantastiques qu’il a faits… Il faut se souvenir qu’il n’a pas fait de centre de formation donc il y a encore plein de choses qu’il doit apprendre, assimiler. Et je pense que c’est tellement quelqu’un de bien, d’intelligent, qu’il va passer ce cap. Ce qu’on lui faisait travailler dans les 20 derniers mètres, c’est le relâchement pour pouvoir adresser des centres, faire des passes décisives ! »

Les supporters se rappellent encore de ces grosses occasions manquées contre Saint-Étienne (J1), Caen (J3), Sochaux (J8) ou encore Grenoble (J15)… Et pour cause : avec douze tirs depuis l’intérieur de la surface de réparation sur l’entièreté de la saison, le jeune ailier n’a pas marqué une seule fois. Tantôt à côté, tantôt dans les gants du gardien, rien ne réussit au joueur de 22 ans, qui n’a pas non plus enregistré la moindre passe décisive. Une statistique étonnante qui n’est pas sans rappeler les débuts de Wilitty Younoussa à Dijon. Un joueur qui s’est durablement fait une place dans le onze de départ de Rodez sous Santini.

nn

« Willy, c’est extraordinaire lui aussi, poursuit le coach du RAF ! Ce n’est pas le même joueur que Walid, mais c’est le même petit défaut dans les 20 derniers mètres, quand il est sous pression… Contre Saint-Étienne lors de la J33 (1-1), s’il est bien, Willy peut nous mettre un but et quatre passes décisives ! Quand vous arrivez à ce niveau-là, que vous avez tout fait et que vous êtes dans la bonne zone avec de la vitesse, il faut faire preuve de sang-froid, ça se travaille. Willy et Walid sont capables de produire des actions extraordinaires. En Ligue 2, il faut montrer d’autres qualités encore qu’en N1, mais il va le faire Walid. J’ai vu certains de ses matchs en début de saison pour préparer l’affrontement contre Dijon, des fois il lui manquait seulement un petit peu de justesse technique pour faire la bonne dernière ou avant-dernière passe dans la bonne zone… Mais je ne doute pas qu’il va le faire, qu’il va y arriver. »

nn

Espérons que le technicien ait raison avant la fin de la saison, puisque Walid Nassi devrait prendre une place légèrement plus importante que depuis l’arrivée de Dupraz (quatre entrées en jeu en fin de rencontre sur cinq matchs). Surtout après le probable départ de Tchaouna à la Coupe du Monde U20 avec la France, la blessure de Jacob (encore « out pour la 35e journée) et la méforme de Silva qui dure depuis trop longtemps.

11 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *