GOAL FC 1 – 2 DFCO : Schur un fil

Après 3 défaites de rang toutes compétitions confondues, le DFCO est parvenu à stopper l’hémorragie avec un nul un brin frustrant contre Le Mans. En se déplaçant à Chasselay pour y affronter GOAL FC en match en retard de la 15e journée, les hommes de Benoît Tavenot étaient sur la corde raide, pouvant basculer d’un côté comme de l’autre du classement. Malgré un scénario très favorable, les Dijonnais se sont fait peur jusqu’au bout mais sont parvenus à arracher 3 points très précieux qui leur permettent de nouveau de regarder vers le haut.

Célébration des Dijonnais contre GOAL FC

GOAL FC – Dijon FCO : 1-2 (0-1)

Au Stade Ludovic Giuly (Chasselay), vendredi 26/01/2024, coup d’envoi à 19h30.

nn

Buts : Schur (16e sp, 47e) pour le DFCO / M’Dahoma (70e) pour GOAL FC

n

Avertissements : Souici (32e), Irié (89e) pour le DFCO / Meynadier (20e), Tanard (49e), Abbas (57e), Assef (76e) pour GOAL FC

n

Expulsion : Camelo (34e) pour GOAL FC

n

4e : perte de balle des rhodaniens, Fdaouch récupère haut, percute et envoie la première frappe, loin à côté

n

11e : corner pour DFCO obtenu par Nassi. Suite au corner, le ballon est repoussé par la défense de GOAL, mais finit par revenir devant la surface, Fdaouch frappe au-dessus du cadre

n

15e : après un coup franc dijonnais, le ballon revient devant la surface. Fdaouch lance idéalement Schur sur le côté. Ce dernier centre sans contrôler et un défenseur rhodanien contre le ballon du bras. Penalty ! Il est transformé par Kévin Schur (0-1), qui marque sans trembler en prenant le gardien à contrepied.

n

20e : jaune pour Meynadier, agacé par Fdaouch qui lui fait des misères balle au pied depuis le début du match. Les joueurs du GOAL FC enchainent les fautes, cédant parfois à la frustration.

n

32e : faute intelligente de Souici, pour casser une offensive. Carton jaune pour le n°6 dijonnais.

n

34e : l’irréparable est commis par Camelo, en position de dernier défenseur sur Nassi. Après un bon pressing collectif des Dijonnais, notre n°11 filait en face-à-face avec le gardien. Carton rouge pour le joueur de Chasselay, le DFCO joue à 11 contre 10.

n

45+2e : belle percussion de Nassi qui rentre dans la surface, il est repris in extremis par un défenseur, et s’écroule, après un tacle qui semble régulier malgré tout.

n

46e : but dijonnais après une action d’école ! Ariss lance parfaitement Nassi dans la profondeur, ce dernier déborde en vitesse et centre en retrait pour Kévin Schur, qui se déplace bien dans la surface et n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des buts adverses (0-2). Le DFCO est bien revenu des vestiaires.

n

49e : Nassi, décidément intenable, provoque encore une faute grossière. Carton jaune pour le défenseur. Coup-franc dangereux pour le DFCO devant la surface, à droite, qui ne donne rien.

n

51e : centre fort des rhodaniens, Risser est vigilant.

n

61e : énième débordement de Nassi, son centre méritait mieux mais les deux dijonnais dans la surface proposent le même appel.

n

70e : but sur corner pour le GOAL FC (1-2). Le ballon est poussé de la tête par M’Dahoma, sautant plus haut que notre défense. Ce but redonne espoir aux rhodaniens, qui poussent fortement toute la fin du match.

n

82e : le poteau dijonnais est trouvé après un cafouillage sur notre côté gauche. Fichten place une grosse frappe de 20 mètres, on joue à se faire peur même si Risser semblait avoir bien plongé.

n

85e : Moco se fait prendre sur un appel dans son dos, mais une grosse intervention défensive de Temanfo sauve les meubles.

n

90+2e : Fdaouch part en profondeur à la suite d’une récupération au milieu et d’une belle passe lobée mais rate son face-à-face, un peu court.

n

90+3e : centre du Goal FC qui passe devant les buts dijonnais, un joueur en noir était à deux doigts de le reprendre… On a tous tremblé, quelle fébrilité sur la fin de match !

n

90e+5 : l’arbitre siffle le coup de sifflet final et les Dijonnais s’écroulent au sol, soulagés de ne pas avoir totalement craqué et de s’être imposés.

n

 

Un DFCO d’abord mature et efficace

Les Dijonnais se sont tout d’abord montrés appliqués, bien en place et sérieux. Sans être flamboyant, le DFCO maitrise plutôt le jeu après cinq minutes et se montre dangereux sur les côtés. Fdaouch, et encore plus Nassi, font du mal à la défense rhodanienne en multipliant les courses et en provoquant leur latéral balle au pied. Même si Dijon manque de précision, le premier but arrive assez logiquement. Sur le plan défensif, l’axe n’a laissé que des miettes au GOAL FC, Socka peinant à se procurer des occasions, bien muselé par Temanfo et Drouhin. Sans fioriture et encore moins de feu d’artifice, le jeu dijonnais, en première mi-temps et au début de la 2ème, apparait plein de maitrise, mature, les débats sont menés avec intelligence par nos rouges qui se sont mis dans la meilleure des situation.

nn

On aimerait sans doute voir plus de folie collective sur le terrain, mais Nassi brille tellement sur le côté droit qu’on se contente volontiers de ce qu’on voit. Le 2ème but, à 11 contre 10, aurait dû enterrer tous les espoirs de nos adversaires.

Mais ce club ne serait plus lui-même…

…s’il ne montrait pas sa traditionnelle fébrilité. Le DFCO encaisse un but sur coup de pied arrêté, peu après la sortie de Kévin Schur, qui a offert une grosse prestation et affirme de match en match qu’il est un vrai cadre de l’effectif.

nn

En supériorité numérique, nos joueurs se liquéfient malgré tout (on pourrait même employer des images moins poétiques) et concèdent beaucoup trop de situations, perdant toute capacité de gestion du match comme on avait pu le voir auparavant. Ce mal récurrent, de nouveau patent vendredi soir, fait trembler tout le monde et il faut saluer les quelques joueurs qui ont toutefois su tenir la baraque et porter l’équipe. On a malgré tout encore été dangereux en fin de match, mais le manque d’efficacité et de présence devant, après la sortie de Schur, était flagrant.

n

 

n

On retiendra la victoire, les 3 points, face à une équipe en forme lors de ses derniers matchs. On aurait tort de ne retenir que la fin de match, même si tout le monde a bien vu que cette équipe avait à l’évidence des manques, sur le plan mental, dont on peut se demander s’ils ne sont pas rédhibitoires pour atteindre les objectifs de remontée. En tous cas, il faudrait peut-être davantage de patrons sur le terrain. Et arrêter de concéder des buts sur corner, pour une fois…

n

@Fabius

n

LES NOTES :

Homme du match : Kévin Schur (7,9)

n

Un doublé amplement mérité, qui vient récompenser le travail et le sérieux qui le caractérisent depuis son arrivée au DFCO. Le choix de Benoit Tavenot de le repositionner en tant qu’avant-centre depuis deux matchs s’avère payant, grâce à sa capacité à tenir le ballon tout en se montrant inspiré dans pas mal de ses choix. Une palette assez commune pour un attaquant mais qu’aucun des avant-centres dijonnais n’avait jusque-là réussi à pleinement afficher. À l’occasion, il pourrait également être intéressant de le tester un cran plus bas, dans l’axe, pour profiter de sa bonne vision face au jeu. Remplacé par N’Chobi à la 66e, passé sur l’aile, qui n’a pas franchement su bien trouver sa place dans l’organisation dijonnaise.

nn

Risser (5,0) : assez peu sollicité directement, le portier dijonnais a su s’employer lorsque cela s’est avéré nécessaire, notamment en seconde période et a eu la chance d’être suppléé par son poteau sur la frappe de M’Dahoma à la 82e, qui aurait pu permettre à GOAL FC d’égaliser. Plutôt serein dans les relances, il a parfois un peu manqué d’initiative pour sortir récupérer les ballons un peu plus haut et soulager sa défense.

nn

Ariss (5,3) : match pas simple pour le jeune latéral, qui a régulièrement paru en difficulté sur les phases défensives. Dans ce domaine, il a heureusement pu compter sur les fréquents coups de main de Temanfo. Son apport offensif a été plus intéressant que lundi avec quelques montées percutantes et surtout cette merveille de passe en profondeur pour Nassi qui abouti au second but dijonnais, décidant ainsi du résultat final. Remplacé par Moco (66e), qui ne s’est pas montré très convaincant pour son retour dans le groupe.

nn

Temanfo (7,8) : la saison du DFCO est parfois en dents de scie, des passages à vide difficilement compréhensibles succédant à des séries extrêmement convaincantes. Dans un championnat aussi serré que le National 1, une telle inconstance pourrait vite conduire au dérapage et à la mauvaise spirale. Seulement voilà, dans ce DFCO 2023-2024, il y a Arnold Temanfo. Le point de repère inébranlable auquel toute l’équipe peut se raccrocher même dans les pires tempêtes. À Chasselay, une fois encore, il avait la taille d’un patron. Solide, serein, toujours présent pour épauler un Ariss sur courant alternatif et un Drouhin également débutant à ce niveau, il a plus que jamais la carrure d’un capitaine.

nn

Drouhin (6,4) : dans un contexte un peu plus serein qu’à Martigues, sans être parfaitement évident, le néo-professionnel a livré une prestation sérieuse. Appliqué, réactif, souvent propre dans ses interventions, il s’est également permis quelques relances brillantes. Une poignée d’imprécisions de placement et de timing mais rien de bien rédhibitoire. On ne pense pas vraiment exagérer en considérant qu’il peut sérieusement prétendre à la place de n°3 dans la hiérarchie, même s’il n’a pas sauté assez haut pour empêcher la réduction du score, gêné par son partenaire.

nn

Makutungu (6,2) : bon, d’accord, il s’est pris un petit pont légendaire qui lui promet quelques jours de chambrage par ses coéquipiers. Mais à par ça, notre indéboulonnable latéral gauche a rendu une copie de très bon niveau, ce qui est devenu une – excellente – habitude. En première période notamment, il a régné en maître dans son couloir, malgré un tout début de match un peu timide. Plus en difficulté sur les 20 dernières minutes face aux assauts de GOAL FC, sans avoir toutefois été réellement pris à défaut.

nn

Marié (4,2) : une classique Jordan Marié. Un match à peu près correct, sans gros loupé – malgré quelques erreurs techniques grossière – mais manquant cruellement de folie et, par moments, d’engagement. Son niveau technique, indubitablement supérieur à la moyenne du championnat, devrait lui permettre de donner le tempo et d’insuffler le rythme. Seulement, pour ça, encore faudrait-il se faire violence. Notre milieu se contente un peu trop souvent du minimum.

nn

Souici (4,8) : comme son compère du double pivot, il nous a servi sa spécialité : le bon vieux diesel d’avant l’invention de l’HDI. Si le DFCO, incapable de se sortir du pressing, s’est fait bousculer au milieu du terrain pendant le premier quart d’heure, c’est notamment à cause de son absence dans les duels et dans la percussion. Et puis, petit à petit, il est monté en puissance. Sans parvenir réellement à livrer une prestation complètement satisfaisante, il a toutefois apporté de la présence dans l’entrejeu et des solutions de surnombre sur les phases offensives. Remplacé par Irié à la 87e, plein d’une envie qu’il a eu grand mal à canaliser, mais avec un peu de vice dont on manquait jusque-là.

nn

Soumaré (3,7) : sincèrement, cela devient difficile de commenter ses prestations. Il ne fait pas un match catastrophique, il s’est même montré précieux par intermittence pour le contrôle du ballon assez haut. Mais on attend tellement mieux de lui ! On ne l’attend pas forcément pour mettre un gros impact dans l’entrejeu – même si parfois un peu plus d’engagement ne serait pas du luxe – mais dans la création, il est trop loin du rôle de métronome auquel ses capacités techniques le prédestinent. Il y a parfois quelque chose d’un peu triste dans le spleen qui semble traîner. Remplacé par Chahid à la 77e, auteur d’une entrée correcte, avec pas mal d’erreurs techniques mais aussi beaucoup de mouvements qui ont permis à l’équipe de respirer un peu.

nn

Nassi (7,8) : on est deux doigts de décerner un 2e trophée d’homme du match pour le lui attribuer. Car au-delà du carton rouge provoqué et de sa passe décisive pour le second but de Schur, il a livré une prestation de très haut niveau. Infiniment plus à l’aise dans une position excentrée que dans le rôle d’axial auquel l’avait récemment essayé Benoit Tavenot, ses déboulés ont mis au supplice la défense de GOAL FC. À l’époque gauloise, il était de coutume pour les guerriers de suspendre à l’encolure de leurs montures les têtes des ennemis vaincus. S’il avait gagné Chasselay à cheval, Nassi serait très certainement reparti, pour sa part, avec une belle collection de reins prélevés sur ses opposants du soir. Remplacé par Ben Fredj à la 77e, qui s’est fendu de quelques bons mouvements sans être toutefois très impactant. Et quel raté sur l’occasion sur laquelle il est signalé hors-jeu (à tort).

nn

Fdaouch (6,4) : une fois n’est pas coutume, il s’est fait un peu voler la vedette par son camarade du côté opposé, mais il n’en a pas moins fait un match tout à fait satisfaisant. Sur son aile gauche, il a lui aussi causé beaucoup de misère à l’arrière-garde du GOAL FC. Et s’il ne s’est pas montré directement décisif, son activité a clairement participé à ouvrir les brèches dans lesquelles se sont engouffrés ses coéquipiers. À l’occasion, il pourrait être salutaire de le faire souffler un peu, même s’il ne semble pas vraiment émoussé physiquement.

n

@Gus21

MOYENNE : 5,9

23 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *