Martigues 3-1 DFCO : au fond des eaux vénitiennes

Après une préparation hivernale emballante, le DFCO avait faim de championnat, avoir la volonté d’effacer la déconvenue d’avant la trêve face à Sochaux. Sur le terrain de Martigues, concurrent dans le haut de tableau, les hommes de Benoît Tavenot avaient l’occasion de frapper un grand coup. Au final, ils se sont noyés dans les canaux de la Venise provençale.

N'Chobi buteur face à Martigues

LE MATCH

FC Martigues – Dijon FCO : 3-1 (1-0)

Au stade Francis-Turcan (Martigues), vendredi 12 janvier 2024, coup d’envoi à 19h30.

nn

Buts : Robin (25e, 62e) et Tlili (46e) pour le FCM / N’Chobi (80e) pour le DFCO

n

Avertissements : Kembolo (23e) et Hadjem (65e) pour le FCM / Souici (47e) pour le DFCO.

    n

  • 7e : mauvaise passe de Chahid qui perd le ballon dans l’entrejeu. Ça profite à Tlili, bien lancé par Orinel. L’attaquant martégal, sous la pression de Congré, parvient à frapper mais c’est heureusement assez loin du cadre.
  • n

  • 22e : Milan Robin est trouvé par Tlili dans la surface dijonnaise mais manque totalement son contrôle. Heureusement, car il était quasiment seul…
  • n

  • 25e : le numéro 12 martégal se rattrape rapidement. Sur une nouvelle perte de balle à la relance dijonnaise, les joueurs du FCM récupèrent le ballon. Bien lancé par Belloumou dans la profondeur, Milan Robin trompe Risser d’une frappe précise dans le petit filet opposé. 1-0.
  • n

  • 46e : dès la mi-temps, Benoît Tavenot procède à un double changement, Ben Fredj et Soumaré remplaçant Nassi et Chahid. Mais les espoirs dijonnais s’évanouissent d’entrée. Daniel Congré se loupe complètement sur une passe en retrait de Moco et se fait choper le ballon par Karim Tlili, qui s’enfonce dans la surface et trouve la lucarne opposée de Risser. 2-0.
  • n

  • 49e : Hadjem, lancé côté droit, résiste au retour de Makutungu et frappe en force en bout de course. Risser est sauvé par son poteau ! On est passé tout près du KO définitif…
  • n

  • 62e : nouvelle perte de balle dijonnaise à la relance. Martigues récupère haut dans l’entrejeu et profite de l’apathie dijonnaise pour mener une belle action collective, conclue par un caviar d’Hadjem pour Milan Robin, qui termine à bout portant. 3-0.
  • n

  • 72e : Après une frappe détournée de N’Chobi, le ballon revient sur Ben Fredj, qui peut frapper au but. Son tir est détourné in extremis par le gardien martégal ! Fdaouch est tout proche de récupérer devant le but vide mais la défense du FCM parvient à se dégager. C’était la première occasion dijonnaise.
  • n

  • 80e : Kader N’Chobi sauve l’honneur ! Lancé dans la profondeur, Fdaouch, face aux centraux martégaux, remise pour son coéquipier en retrait qui voit le gardien du FCM avancé et tente le lob. Ça termine au fond : 3-1.
  • n

  • 90e+2 : Schur bouscule Mendy dans la surface, l’arbitre désigne logiquement le point de penalty. Zouaoui s’élance face à Risser… et c’est stoppé par le portier du DFCO.
  • n

Deux êtres manquent au DFCO…

… et tout est dépeuplé. Certes, il serait bien exagéré de résumer l’insipide prestation du DFCO à ça, tant les manques ont été criants dans les différents compartiments du jeu. Il n’empêche que les absences conjuguées d’Arnold Temanfo et de Souleymane Cissé, les habituels titulaires en défense centrale, se sont cruellement faites ressentir. Si on peut comprendre un manque d’automatisme au sein de cette défense remaniée pour le duo Drouhin – Congré et si l’on peut un peu tolérer la fébrilité du premier au regard de sa faible expérience à ce niveau, il est bien plus difficile de trouver des circonstances atténuantes au second. Très lent à réagir sur le 1e but de Martigues, auteur d’une énorme erreur individuelle sur le 2e et de la mauvaise relance à l’origine du 3e, Daniel Congré a totalement sombré au cours de ce match. Bien sûr, cela peut arriver et il n’est pas question de s’acharner sur un seul joueur, a fortiori après une si médiocre prestation collective. Il semble toutefois que l’ancien Montpelliérain soit arrivé au bout du chemin. Après une aussi longue et belle carrière, il serait préférable de savoir s’arrêter à temps. Pour le DFCO, cela libérerait un gros salaire, qui pourrait être mis à profit pour renforcer le banc dijonnais en défense centrale. Le besoin apparaît criant.

Rouges de honte

Il y a toutefois bien pire à relever après ce match que la piètre prestation de la charnière dijonnaise. Car si celle-ci s’est montrée des plus perméables, ce n’est rien face à l’inefficacité absolue de la sécurité du stade Francis Turcan. Une gestion catastrophique qui a permis à un important groupe d’individus cagoulés de pénétrer, aux alentours de la 63e minute, jusque dans le parcage visiteurs et d’agresser physiquement les supporters visiteurs, entre autres à coups de fumigènes, conduisant l’un d’eux à l’hôpital.

nn

Une honte absolue dont sont bien entendus responsables d’abord et avant tout les individus qui ont commis cette agression. Mais dont le FC Martigues ne saurait pouvoir se dédouaner. En National 1, c’est au club recevant d’assurer la sécurité de l’intégralité du stade, parcage visiteurs inclus. Un objectif difficile à atteindre quand on laisse grand ouvert, pendant tout le match, le portail d’accès donnant sur le parcage visiteurs. Un tel manquement aux responsabilités les plus élémentaires, qui aurait pu se terminer de façon dramatique, ne saurait rester sans conséquence.

n

@Gus21

n

LES NOTES

n

L’homme du match : Makutungu (4,7)

n

Dans le marasme de la soirée, il a tout de même plutôt tenu son rang. C’est à peine s’il a coulé avec le reste de l’équipe au cours de la seconde mi-temps. Il est au contraire l’un de ceux qui a le mieux maintenu un niveau constant. Il est resté rassurant dans ses interventions défensives, hormis sur le 3ème but de Martigues, où il lâche le marquage.

n

 

n

Risser (4,1) : une prestation pour le moins décevante de notre gardien. Dès le début du match, il a semblé inquiétant avec des choix de relances hasardeuses qui ont parfois mis l’équipe en danger. Il n’est pas décisif sur le 1er but, ni non plus sur le 2ème. En fait, il a été bien peu décisif sur ce match, sauf sur le pénalty arrêté, seule action que l’on mettra à son actif sur ce match et qui lui permet d’avoir une note plus correcte que beaucoup de ses partenaires ce soir.

n

 

n

Moco (2,7) : s’il s’est montré plutôt solide au début de match, faisant parler son physique, la suite a rapidement montré des choses plus compliquées. Souvent pressé et bloqué dans ses choix de passes, il a affiché quelques lacunes défensive et multiplié les choix de relances discutables. Sur le premier but, il ne suis pas le buteur, restant passif. Remplacé à la 57e par Ariss, qui est entré à un moment où l’équipe sombrait.

n

 

n

Congré (0,9) : on avait une petite inquiétude avant match, en voyant la charnière annoncée. Daniel avait expliqué dans la presse, pendant la trêve, qu’il voulait apporter plus à l’équipe. Alors soyons clair : c’est raté, avec cette prestation cataclysmique, il a nettement apporté encore moins. Sa responsabilité est engagée sur le premier but (même s’il n’est pas le seul loin de là), et sur le 2ème but c’est encore pire, puisqu’il se fait manger par l’attaquant au point de nous faire de la peine. Sur le 3ème but, sa relance trop molle permet d’initier le contre de Martigues. Triste fin de carrière…

n

 

n

Drouhin (2,6) : il a, par moment, fait preuve d’une certaine assurance, et même de solidité. Mais la prestation, dans son ensemble, montre trop de lacunes pour qu’on puisse s’en satisfaire. Malgré quelques sorties balle au pied, il a montré trop de naïveté sur d’autres situations. Son manque de coordination avec Congré ne l’a pas aidé. A sa décharge, s’il avait pu être titularisé dans un 11 en meilleure forme, avec un compère qui soit un vrai taulier (au hasard Temanfo, par exemple) à ses côtés, sa prestation nous aurait sûrement fait meilleure impression. En tous cas, il a quand même une meilleure note que Daniel, à méditer pour la suite.

n

 

n

Chahid (2,4) : un match sans pour le jeune Dijonnais. Il a commis bien trop d’erreurs dans nos 30 derniers mètres, créant des situations dangereuses contre nous. Il n’a vraiment pas eu la justesse technique dont il sait faire preuve d’habitude. À sa décharge, il a été bien ciblé par le pressing adverse, et ses partenaires ne lui ont pas toujours fait des cadeaux en lui donnant le ballon quand il était dans une position difficile. Mais à ce stade, on en attend plus de sa part. Remplacé par Soumaré (2,9) à la mi-temps. Ce dernier montre assez vite quelques qualités avec la balle, en n° 10, même si le milieu de Martigues l’a empêché de s’exprimer. Il recule ensuite dans le double pivot après l’entrée de Schur.

n

 

n

Souici (3,1) : un match bien terne pour le milieu de terrain, qui aura trop rapidement levé le pied et aura manqué aussi de justesse technique. Il a été remplacé par Schur à la 57e, dont l’entrée n’a pas vraiment marqué les esprits…

n

 

n

Marié (2,8) : si le milieu dijonnais a fait ses courses habituelles, montrant de l’activité au milieu, et harcelant volontiers l’adversaire, on sait très bien que ce n’est l’aboyeur de milieu de terrain qui va remobiliser tout le monde quand l’équipe plonge. De plus, il est impliqué sur le premier but, trop loin de son adversaire direct.

n

 

n

Irié (4,2) : un des joueurs les plus remuants côté dijonnais, qui a créé des différences balle au pied et nous a rappelé qu’il peut se montrer dangereux à tout moment. Ce joueur est encore en apprentissage, et on aurait tort d’en attendre trop de lui. Il a d’ailleurs rapidement disparu sur le plan physique en 2ème période, où on l’a très peu vu, avant qu’il ne soit remplacé à la 68e par N’Chobi, dont l’entrée s’est déroulée en 2 temps : tout d’abord une « classique » avec des courses, de l’agitation, beaucoup de brouillon, et puis un joli lob qui lui permet de marquer ce premier but qui lui fera sans doute du bien.

n

 

n

Nassi (2,4) : il a surtout brillé par son manque de présence et de poids devant, même s’il a cherché à proposer du mouvement. Malheureusement, il a perdu trop de duels et était bien peu souvent au deuxième ballon. Il a été remplacé à la mi-temps par Ben Fredj (4), qui a montré de belles choses, certes par intermittence, mais au royaume des aveugles les borgnes sont rois. Dans une soirée comme celle-là, on aura tout de même apprécié sa technique balle au pied, créant quelques petites différences et amenant dans la construction du jeu. Il est de plus l’auteur d’une belle frappe (72e) qui aurait mérité meilleur sort.

n

 

n

Fdaouch (3,8) : s’il reste une des joueurs les plus intéressants sur le plan offensif, ce n’était toutefois pas une grande soirée pour Fdaouch, bien neutralisé par son ancienne équipe. S’il a cherché à percuter sur son aile, il a eu bien peu de succès et parfois fait de mauvais choix. Il a disparu en 2ème mi-temps, comme beaucoup d’autres, mais il est l’auteur d’une intelligente remise à N’Chobi sur le but dijonnais.

n

@Fabius

n

NOTE MOYENNE : 3,1

21 vues


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *