Cholet 2-1 DFCO : lassant…

Rassénérés par leur prestation très convaincante face à Nancy, les Dijonnais se déplaçaient chez la lanterne rouge du championnat avec l’occasion et l’espoir de lancer, enfin, une série capable de cultiver l’espoir de rattraper le peloton de tête. Mais une nouvelle fois, ce DFCO a fait preuve de son incapacité à être régulier, mentalement, physiquement, techniquement, en livrant un match indigent malgré une ouverture du score précoce. A l’image d’une saison en montagnes russes, qui fini par devenir épuisante.

A l’image d’un Fdaouch méconnaissable, le DFCO est passé à côté de son match

LE MATCH :

SO Cholet – DFCO : 2-1 (0-1)
Au stade Pierre Blouen (Cholet), le 1er mars 2024, coup d’envoi à 19h30.

Buts : Santini (61e), Dembélé (87e) pour le SOC / Schur (3e) pour le DFCO.

Avertissements : Robinand (29e), Santini (89e) pour le SOC/ Marié (25e), Makutungu (48e), Etoga (67e) pour le DFCO.

  • 3e : le DFCO ne perd pas de temps ! Etoga fait la différence dans l’entrejeu grâce à un superbe double contact et décale Fdaouch. Celui-ci centre au second poteau pour Moco qui parvient à remettre en retrait à Kévin Schur. Esseulé dans la surface, il n’a plus qu’à pousser le ballon au fond (0-1) !
  • 9e : Cholet à deux doigts de revenir ! Un très beau centre de Renaud venu de la gauche trouve la tête de Jarju, trop libre dans la surface dijonnaise. Le cuir s’écrase sur la barre ! Avertissement sans frais pour Dijon.
  • 28e : après une possession de balle choletaise côté gauche, Najim efface Ariss, parvient à s’infiltrer à l’angle de la surface et à frapper au but. Risser repousse !
  • 32e : sur une passe en profondeur de Cholet, Risser sort au devant des attaquants et dégage le ballon à l’entrée de sa surface. Il heure au passage ses coéquipiers et met un peu de temps à se relever. Rien de sérieux heureusement pour le portier dijonnais.
  • 43e : Tom Renaud repique dans l’axe et place une frappe de l’extérieur de la surface. Ça manque de puissance et de précision pour inquiéter Risser.
  • 45e : aux 30 mètres, Robinand déclenche une très belle frappe du gauche. Risser s’envole et parvient à détourner du bout des doigts ! Quelle parade !
  • 49e : coup-franc excentré de Robinand. C’est repoussé par le défense mais Dramé, esseulé au 2e poteau, parvient à reprendre et à frapper. Ça passe assez loin du poteau droit de Risser.
  • 50e : bonne percussion de Santini côté droit, qui centre fort dans la surface pour Najim, reprenant d’une volée qui fle sous la barre. Mais le but est refusé pour une faute de Robinand sur Soumaré, à l’écart de l’action. Ça chauffe sur le but de Risser !
  • 58e : nouvelle opportunité pour Cholet, avec ce cafouillage dans la surface, de nouveau suite à une action venue de la droite et menée par le duo Renaud-Santini. Cissé contre et Risser parvient à s’emparer du ballon.
  • 61e : à force de subir, le DFCO fini par craquer. Suite à un corner de Renaud, le ballon revient dans les pieds de Dembélé, qui transmet à Renaud. Le milieu centre dans la surface, Risser contre un premier ballon dévié mais ça revient sur Santini qui conclut fort à bout portant (1-1)
  • 81e : malgré les nombreux changements opérés, le DFCO ne parvient toujours pas à mettre le pied sur le ballon et dilapide son énergie dans des actions mal construites et émaillées de fautes techniques. Cholet domine nettement les débats.
  • 83e : Abdeldjelil hérite du ballon dans la surface et arme sa frappe mais Risser se jette dans ses pieds et s’empare du cuir. 
  • 87e : quelle apathie des Dijonnais… Sur un centre de Gameiro repoussé par Cissé, le ballon revient sur Dembélé. Personne n’est au deuxième ballon pour lui disputer le cuir et le milieu de terrain, absolument pas attaqué, peut ajuster Risser d’une frappe limpide à l’entrée de la surface. 2-1.

Le DFCO dit adieu à la Ligue 2…

Au soir de la 22e journée, après la victoire convaincante face à Nancy, le DFCO comptait 8 points de retard sur le 2e, Niort. Un océan. Un océan toutefois pas infranchissable, puisque Dunkerque, promu la saison dernière en Ligue 2, comptait exactement le même nombre de points de retard sur le 2e au même moment de la compétition. Toutefois, pour s’autoriser le droit de rêver jusqu’au bout à un destin aussi magique, le DFCO savait qu’il n’avait aucun droit à l’erreur. Un impératif encore plus criant après la victoire à l’arraché de Niort, plus tôt dans la journée, face à Marignane. Autant dire qu’avec cette contre-performance à Cholet, le DFCO à d’ores et déjà grillé un joker… qu’il n’avait pas. Les maigres chances d’une accession en Ligue 2 se sont définitivement envolées, en même temps que les bonnes intentions affichées lundi sur la pelouse de Gaston Gérard.

Et c’est somme toute logique. Car après tout, une équipe incapable de réaliser des séries longues, incapable de la moindre régularité sur le plan des intentions et de l’engagement, incapable de prendre le moindre point face à une équipe qui pointe à la dernière place du championnat, ne mérite tout simplement pas de remonter à l’échelon supérieur. Il est assez symbolique que le DFCO perde ses derniers espoirs de promotion après un match aussi désastreux chez la lanterne rouge. Cela traduit parfaitement ce qui auront été les maux de cette équipe cette saison. Une irrégularité chronique, des accès de nonchalance et de suffisance impardonnables, un manque d’engagement dans l’adversité, la défaillance des rares historiques restants (le sujet du brassard de capitaine accordé à Marié va devoir se poser sérieusement)… Bref, le gâchis d’un potentiel certain et dont on a vu, à plusieurs reprises, de très convaincantes illustrations. Alors certes, après les saisons horribles que l’on a connu ces dernières années, passer celle-ci à regarder plutôt vers le haut, même si c’est pour finalement voir les ténors du championnat prendre peu à peu le large, c’est déjà une nette amélioration. Mais on s’était mis parfois – déraisonnablement sans doute – à espérer encore mieux.

… et tant mieux ?

Les derniers espoirs de montée évaporés, le DFCO va devoir maintenant se concentrer sur une mission prioritaire, à savoir assurer le maintien le plus vite possible. Mais une fois cela acquis, quid de la suite ? En voyant les choses du bon côté, on pourrait se dire qu’un maintien acquis tôt et sans plus grand chose d’autre à jouer permettra à tout le club de se concentrer sur la poursuite de la reconstruction, en vue d’aborder la saison suivante avec le costume d’un favori assumé. Il ne faut toutefois pas oublier que cela ne sera pas si simple.

D’une part, certains joueurs qui ont porté l’équipe cette saison, à commencer par Zakaria Fdaouch, risquent fort d’attirer des convoitises à l’étage supérieur. Et il sera bien difficile de les retenir car, d’autre part, le DFCO va devoir faire face à des problématiques financières majeures. On le sait, les revenus de la N1 sont largement insuffisants par rapport aux coûts de fonctionnement d’un club comme le DFCO. Et si la vente du jeune Jules Stawiecki, le départ acquis ou à venir de quelques gros salaires ou d’éventuelles ventes cet été permettront de faire face partiellement, il restera un trou à combler. Un trou qu’Olivier Delcourt, qui a déjà pris des mesures l’été passé pour assurer le passage sans encombre du club devant la DNCG, ne sera peut-être pas en mesure de gérer seul. Loin de nous l’idée de jouer les Cassandre mais ces risques doivent être gardés à l’esprit. Car si sportivement, le DFCO a retrouvé certaines bases et un entraîneur capable de construire un projet à long terme, il n’est pas certain que le club ait le temps d’attendre.

@Gus21

LES NOTES :

Homme du match : Risser (5,2)
Il a alterné le bon, voire le très bon, et le moins bon ce soir. Probablement battu sur la tête de Jarju qui finit sur la barre en début de match, il fait un bel arrêt à la 28ème sur une frappe d’entrée de surface. Il est ensuite vigilant à la 43ème sur une frappe enroulée et réalise un très bel arrêt à la toute fin de la première mi-temps, en sortant une grosse frappe qui partait se loger sous la barre. Il aurait sans doute pu faire mieux sur les buts choletais, notamment le premier où il devait capter la balle.

Cissé (3,3) : son début de match est plutôt correct, mais le souci avec ce joueur, ce sont les trous d’airs. Très fâcheux pour un défenseur central. S’il s’est montré plutôt agressif dans les duels en début de match, il a par la suite été moins présent dans ce domaine, notamment en début de 2ème. Il a alterné au final entre des interventions autoritaires, où il compense même les entre difficultés d’entente avec ses compères de la défense dijonnaise et interventions ratées, comme ce renvoi dans l’axe qui se transforme en passe décisive pour le 2ème but de Cholet.

Drouhin (2,9) : globalement, il se sera montré beaucoup trop tendre dans les duels, il a manqué de tranchant, et à force de subir les vagues adverses, surtout en 2ème mi-temps, il aura multiplié les impairs. Dès le début de match, il lâche Jarju quand ce dernier place une tête sur la barre. Il a été parfois intéressant balle au pied, mais de manière trop irrégulière. Et bien souvent trop loin de ses adversaires, ce qui est tout de même problématique pour un défenseur.

Ariss (3,0) : à l’instar de ses camarades de la défense, il n’a pas été au niveau. Lui qui a montré sur ses précédentes entrées pas mal d’énergie et d’agressivité défensive, il en a cruellement manqué ce soir. On l’a vu montrer un peu de présence dans son couloir au début de match, mais lui aussi a été trop loin des attaquants, comme par exemple sur la frappe choletaise à la 28ème. Ses errements défensifs ont logiquement conduit le coach à le sortir. Remplacé à la 71e par Duville-Parsemain, qui a amené son énergie, mais sans coup d’éclat.

Makutungu (3,0) : bon, c’est pas drôle à la fin ! Qui a enlevé le Makutungu du DFCO ? On pourrait nous le rendre svp ? Son clone ce soir, c’était nettement moins bien. Même s’il a été assez présent dans son couloir au début du match, sur la construction du jeu (en combinant avec Fdaouch), et même défensivement pendant les 30 première minutes, il s’est par la suite beaucoup fait passer dans son couloir gauche d’où sont venues la majorité des offensives dangereuses de Cholet. Il ne dégageait pas son habituelle sérénité, un peu comme à Villefranche. Nette baisse de régime, on veut le retour du taulier !

Moco (2,7) : voyons le bon côté, il est passeur décisif sur le 1er but, après une bonne projection dans la surface qui lui permet de remettre vers Schur. Pour le reste, son match a été terne. Très très terne, voir très gris. Trop souvent mal placé, on l’a finalement peu vu sur le terrain, offensivement, et son manque de présence dans les duels défensifs a contribué à faire couler notre équipe ce soir.

Etoga (3,8) : on a pu voir, par moment, pourquoi ce jeune a un avenir prometteur au milieu de terrain : une présence physique intéressante, une bonne technique, il est même capable de gestes de classe, comme ce double contact qui enclenche l’action du but dijonnais. Il a ensuite sombré avec le reste de l’équipe, petit à petit, se montrant moins incisif dans les duels. Mais est-ce le rôle d’un jeune de porter une équipe ? Remplacé à la 71e par Hamada, lequel a amené un peu plus d’envie sur la fin du match, sans pour autant que cela ne suffise.

Marié (3,9) : il est loin d’avoir été le pire ce soir. Il a même démarré son match sur des bases assez proches de sa précédente prestation. Il était présent au milieu, à la récupération comme à l’orientation du jeu. On l’a vu souvent sur les seconds ballons. Malheureusement on sait tous que Jordan n’arrive pas à tirer l’équipe vers le haut quand elle plonge. On aurait voulu qu’il sonne davantage la révolte, en 2ème mi-temps. Mais il n’a pas trouvé les ressources et est sorti logiquement, menacé d’un carton jaune qui plus est, il a été remplacé à la 62e par Temanfo qui a essayé de remettre de l’ordre sur le terrain. En vain.

Fdaouch (2,5) : il a démarré le match très en jambe, ses prises de balles tout de suite tranchantes, et il a fait le centre remis par Moco sur le 1er but. Mais son jeu s’est rapidement rempli de déchet avec beaucoup de mauvais choix. Puis il a petit à petit disparu. Un mauvais Fdaouch ce soir, qui a très peu pesé offensivement, hormis les 5 premières minutes.

Schur (4,1) : un des rares, avec Marié, à avoir davantage surnagé que ses petits camarades ce soir. Tout d’abord, il est l’auteur du but dijonnais, confirmant ses bonnes capacités de déplacement dans la surface, il a ensuite tenté de rester engagé et volontaire dans son jeu, y compris défensivement. Probablement parce qu’il manquait de jus, il a été remplacé à la 56e par Irié, qui n’a pas su déstabiliser la défense adverse.

Soumaré (2,4) : au début du match, ses prises de balles et ses progressions balle au pied mettent de l’impact sur le jeu. Hélas, trois fois hélas ! Tout ça n’aura été qu’un moment bien fugace, et Bryan disparaitra assez vite des débats sur le terrain, le mental n’étant par ailleurs pas sa plus grande qualité pour compenser un coup de mou physique. Il est remplacé à la 62e par Souci, qui dans un registre différent n’aura pas montré beaucoup plus.

@Fabius

MOYENNE : 3,4


⚠️ LE DIJON SHOW EST EN TRAVAUX ! ⚠️

Soucieux d’aller jusqu’au bout de nos engagements et de continuer à vous procurer des articles toute la saison, nous continuons à vous proposer des débriefs sur notre nouveau site même si celui-ci n’est pas encore terminé. Merci pour votre indulgence et votre fidélité !

31 vues


Commentaires

4 réponses à “Cholet 2-1 DFCO : lassant…”

  1. Avatar de Cherin Jonathan
    Cherin Jonathan

    Cette équipe est consternante , capable du meilleur et trop.souvent du pire .
    On a regardé durant quelques temps vers le haut il s’agit maintenant de reparler maintien .
    Même les.declarations de Tavenot en conférence de presse sont décevantes il semble résigné .
    Ce club devient tout insipide , c’est triste.

  2. Avatar de PACCAUD Gilles
    PACCAUD Gilles

    Je le redis : MISERABLE. Ces joueurs sont capables du pire et de plus en plus souvent. Cela en devient même méprisant au regard de l’institution qui les emploient. S’il fallait aller plus loin : que le plus grand nombre change de métier et nous leur en serons reconnaissants.
    Imaginons l’absence de sanction administrative l’an prochain. Quel projet avec de tels gars pour une remontée ? Vu leur suffisance, nul doute que ce sera Courage fuyons pour beaucoup !
    Et dire que nous sommes encore plus de 5000 au stade !!!

  3. Avatar de Beberto21
    Beberto21

    Je suis un fidèle lecteur de vos articles et c’est la première fois que je laisse un commentaire !
    Merci pour tout ce que vous faites et votre motivation pour réaliser tous ces debriefs et attribuer les notes… malgré les résultats de plus en plus en désastreux !
    Et je vois que vous êtes en train de construire un nouveau site ! Continuer comme cela, vous êtes géniaux ! (Vous, vous méritez une accession en division supérieure contrairement à d’autres…)

  4. Tout à fait d’accord avec toi Beberto21 , oui , en effet vous etes les seuls à avoir dans ce club un niveau supérieur au National . Car pour ce qui est du reste à commencer par O. Delcourt et Tavenot qui pour moi n’a pas le niveau L2 et à peine celui du National , c’est catastrophique et pourtant j’etais allé les soutenir contre le Red Star cette année et ils avaient fait un match comme il y a tres longtemps que j’en n’avais pas vu de Dijon ou je me rendais à GG tres souvent meme en L2 .Je dis aussi que l’opération destruction du club du Charlot qui nous.vient du Nord de notre beau pays continue à commencer par les mercenaires Mendes et Ben Fredj , qu’encore un effort et bientot mis à part les PTT de Dijon , il n’y aura plus de foot d’un bon niveau masculin à Dijon . Quelle trstesse , moi qui etais abonné aux cinq ans de L1 !! A pleurer mais puisque c’est ce qu’il veut notre cher  » president  » sans parler enfin des magnifiques installations de St Apollinaire auxquelles.je me demande depuis le debut à quoi elles servent et un tout dernier mot.pour parler de la pelouse tout à fait à l’image actuelle de ce triste club !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *